Menu

Élection présidentielleLa FNSEA appelle à aller voter en faveur d'une « Europe plus forte »

Dans une lettre ouverte adressée aux adhérents, la présidente de la FNSEA a rappelé les enjeux du second tour de l'élection présidentielle et rappelle l'importance d'une Europe forte. (©Terre-net Média)
Dans une lettre ouverte adressée aux adhérents, la présidente de la FNSEA a rappelé les enjeux du second tour de l'élection présidentielle et rappelle l'importance d'une Europe forte. (©Terre-net Média)

Dans une lettre ouverte envoyée à ses adhérents la semaine dernière, la FNSEA appelle à aller voter pour « faire vivre la démocratie ». Si le syndicat entend rester apolitique, il rappelle néanmoins que l’enjeu de la souveraineté alimentaire dépend d’une Europe « plus forte, plus stratège » et non pas « via une Europe qui se désunit sur la base de visions nationales exacerbées ».

 

À travers le duel qui opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen pour la présidence de la République dimanche prochain, ce sont deux visions de l’Europe s’affrontent, et si la FNSEA est « statutairement apolitique », le syndicat a néanmoins choisi d’alerter ses adhérents sur le risque d’une vision nationale trop exacerbée.

Dans une lettre ouverte envoyée à ses membres le 15 avril, l’organisation appelle avant tout à aller voter : « c’est notre responsabilité d’organisation professionnelle représentative de contribuer à faire vivre la démocratie et de défendre les principes de liberté et d’égalité, permettant à chaque citoyen d’être acteur des choix du pays ». Cependant, la souveraineté alimentaire, qui est revenue au cœur des préoccupations à la lueur de la crise sanitaire puis de la guerre en Ukraine, doit être soutenue par une vision politique au niveau européen, précise également le syndicat.

« Une Europe plus forte, plus stratège »

Ainsi, « sortir de la logique incompréhensible de décroissance portée par la Commission européenne et faire de la croissance durable la pierre angulaire de développement de l’agriculture » passera, pour la FNSEA, par « une Europe plus forte, plus stratège, plus reconnectée aux réalités géopolitiques et sociales et plus efficiente pour protéger ses propres acteurs économiques », « certainement pas via une Europe qui se désunit sur la base de visions nationales exacerbées et dont les liens entre États membres se distendent ».  

Alors qu’Emmanuel Macron a promis, face au risque de crise alimentaire mondiale lié à la guerre en Ukraine, de pousser à revoir la stratégie européenne Farm to Fork pour renforcer la production agricole, la FNSEA prend donc position pour le président sortant plutôt que pour la candidate du Rassemblement national. Un choix qui s’explique par le « socle de valeurs » du syndicat qui défend une « conviction européenne », une « volonté de rapprochement des pays et des peuples » pour défendre la paix. Ce qui n’empêche pas la FNSEA de préciser qu’assurer un avenir digne aux agriculteurs français nécessitera « des réformes courageuses » et « des décisions pragmatiques ».

« Fidèles à ces valeurs et à ce projet, votons en notre âme et conscience pour une France forte et ouverte sur le monde », souligne la présidente de la FNSEA à la fin de la lettre.

Réagir à cet article

Sur le même sujet