Menu

« France 2030 »Macron annonce 2 Mds d'€ dans des innovations de « rupture », dont la robotique

Emmanuel Macron a annoncé mardi 2 milliards d'euros d'investissements dans des innovations de « rupture » dans l'agriculture, en particulier dans la robotique, sur les 30 milliards du plan « France 2030 ».

La France doit entrer dans une « nouvelle révolution de l'alimentation saine, durable et traçable » à cet horizon et, pour cela, « investir dans trois révolutions qui vont en quelque sorte être la suite de la révolution mécanique et de la révolution chimique qu'on a connues : le numérique, la robotique, la génétique », a-t-il décrit devant quelque 200 chefs d'entreprises et d'étudiants à l'Elysée.

Ces investissements doivent permettre de « décarboner la production » agricole, « sortir de certains pesticides », « améliorer la productivité » et le « traçage des aliments » et développer « des productions plus résilientes et plus solides dans les bio-solutions », a-t-il détaillé.

Rappelant qu'après la Seconde Guerre mondiale, la France avait demandé à son agriculture de produire plus pour nourrir une population croissante, il a souligné que l'agriculture de demain nous permettra de « continuer à produire pour nous nourrir », en améliorant « qualité de l'alimentation » et « compétitivité », et « en baissant les émissions de CO2 ».

Le président a mis en garde contre l'écueil qui consisterait à ne pas investir assez massivement dans cette « transition », ce qui conduirait la France à devoir « importer plus de produits qui sont faits ailleurs sur des standards qui sont moins bons que les nôtres », notamment moins respectueux de l'environnement et des critères de qualité nationaux ou européens.

Cette transition devra « remettre de la valeur » dans l'agriculture et le travail de quelque 400 000 agriculteurs français, dont l'activité agricole ne représente aujourd'hui qu'un tiers des revenus et dont 18 % vivent sous le seuil de pauvreté, selon l'Insee.

Emmanuel Macron a évoqué la proposition de loi Égalim 2, en cours d'adoption au Parlement : ce texte prévoit de généraliser les contrats sur trois ans entre l'agriculteur et l'industriel qui achète sa production, pour sécuriser le revenu du premier.

Dans le domaine de l'AgriTech, le gouvernement avait déjà annoncé fin août 200 millions d'euros d'investissements sur cinq ans pour des projets innovants.

La France compte 215 start-up et entreprises référencées dans le domaine de l'AgriTech et de la FoodTech. C'est le premier pays de l'Union européenne en termes de levées de fonds pour ces deux domaines et le cinquième au niveau mondial (562 millions d'euros de fonds levés en 2020), selon le ministère de l'agriculture.

Réagir à cet article

Sur le même sujet