Menu

"Bienvenue à la ferme"Augmenter la notoriété, la qualité et l’accessibilité des produits fermiers

Jean-Marie Lenfant, président de Bienvenue à la Ferme, a présenté le 15 novembre les orientations du réseau pour 2023-2025. (©Terre-net Média)
Jean-Marie Lenfant, président de Bienvenue à la Ferme, a présenté le 15 novembre les orientations du réseau pour 2023-2025. (©Terre-net Média)

Créé il y a plus de trente ans, le réseau Bienvenue à la ferme, qui réunit sous l'égide des Chambres d'agriculture des agriculteurs commercialisant en circuit court et/ou qui pratiquent l’agritourisme, se projette dans l’avenir et entend augmenter le nombre d’agriculteurs accompagnés, tout en développant la notoriété de la marque et son adéquation aux attentes des consommateurs en matière de signes de qualité et d’accessibilité des produits.

Après plus de trente ans d’existence, Bienvenue à la ferme renouvelle sa stratégie de développement pour 2023-2025, et mise sur la transparence et la durabilité, explique son président, Jean-Marie Lenfant, agriculteur dans l’Eure (27). « Aujourd’hui, on s’oriente sur « vous êtes les bienvenus » : les consommateurs sont en recherche de plaisir, de durabilité et de lien avec le producteur », explique-t-il. Et si Bienvenue à la ferme, connue par une personne sur deux, fait aujourd’hui partie des trois marques de circuits courts qui inspirent le plus confiance (étude Kantar menée pour Bienvenue à la ferme en 2022), l’objectif est de développer davantage cette notoriété.

Accompagner 12 000 agriculteurs d’ici 2025

Car la visibilité constitue un des leviers d’accompagnement des agriculteurs impliqués dans la démarche. Bienvenue à la ferme, qui compte aujourd’hui 8 000 adhérents et conseille au total près de 10 800 agriculteurs, souhaite accompagner 12 000 agriculteurs d’ici 2025.

Si la crise sanitaire avait donné du souffle aux circuits courts et à la vente directe, l’attrait des consommateurs s’est depuis un peu démenti. « Chez nous c’est l’accompagnement qui fait la différence, mais il y a des magasins et des producteurs en difficulté, qui viennent nous demander de les aider à commercialiser. Pour cela, on a une palette d’outils », développe Jean-Marie Lenfant.

Le cahier des charges constitue d’ailleurs un deuxième outil pour rendre la marque plus visible et plus engagée. Le nombre d’agriculteurs engagés sous signe officiel labellisé ou certification est d’ailleurs en progression, souligne le président de Bienvenue à la ferme, avec 58 % des producteurs du réseau, dont 30 % en agriculture biologique et 28 % en AOP/AOC ou IGP.

5 magasins « Fermes and co » ouverts, 12 prévus

En octobre 2021, Bienvenue à la ferme avait lancé sa société d’affiliation de magasins de producteurs, dénommée Fermes and Co, afin de développer la présence de magasins de produits fermiers sur l’ensemble du territoire. Cinq magasins étaient ouverts fin 2022, trois ouvertures sont prévues pour le premier trimestre 2023, explique Patricia Sijilmassi, directrice de Fermes and co. « Le but est de gagner en parts de marchés pour les circuits courts et de structurer le marché afin que ces produits fermiers soient plus accessibles car plus visibles sous une enseigne », rappelle-t-elle, l’objectif restant fixé à 100 magasins d’ici 2026. Une douzaine de magasins pourraient être ouverts en 2023, estime-t-elle.

Au-delà des magasins de producteurs, le réseau s’appuie également sur d’autres canaux de commercialisation, comme les marchés fermiers, le commerce en ligne, ou les casiers automatiques.

Enfin, l’agritourisme, qui représente 24 % des adhérents de Bienvenue à la ferme, constitue également un axe de développement stratégique pour le réseau qui s’implique dans les comités de discussion avec le ministère du tourisme, afin de mieux faire connaître les enjeux de développement des territoires via le tourisme local. Néanmoins, aujourd’hui, un certain nombre de freins demeurent, « y compris pour faire du slow tourisme », regrette Jean-Marie Lenfant, qui relève des difficultés d’implantation en local et espère des avancées législatives sur ces questions.

Réagir à cet article

Sur le même sujet