Menu

ChicagoBlé et soja emportés par le nouveau variant, le maïs sauvé par les exportations

La contraction qui a touché blé et soja « ne va pas forcément se poursuivre la semaine prochaine », a prévenu Alan Brugler, pour qui le marché pourrait avoir retrouvé ses esprits lundi. (©Pixabay)
La contraction qui a touché blé et soja « ne va pas forcément se poursuivre la semaine prochaine », a prévenu Alan Brugler, pour qui le marché pourrait avoir retrouvé ses esprits lundi. (©Pixabay)

Les cours du blé et du soja ont sensiblement reculé vendredi après la découverte d'un nouveau variant du coronavirus, le maïs échappant à ce mouvement grâce à de bons chiffres d'exportation.

Le blé avait ouvert en baisse de plus de 6 % par rapport au plus haut de neuf ans atteint mercredi (le marché était fermé jeudi à l'occasion de Thanksgiving), après l'annonce de la découverte du B.1.1.529. Ce nouveau variant, identifié pour la première fois en Afrique du Sud, a été baptisé Omicron par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui l'a classé dans la catégorie « préoccupant ». Il amène les gens à s'interroger sur la reprise économique l'an prochain », a expliqué Alan Brugler, du cabinet de recherche Brugler Marketing & Management. « Juste au moment où on commençait à se dire qu'on était en train d'en sortir (...), ça recommence », a-t-il ajouté.

Les matières premières, y compris agricoles, étant considérées comme des actifs à risque, des investisseurs ont soldé tout ou partie de leurs positions au profit d'actifs jugés plus sûrs. La faiblesse des volumes d'échanges, liée à cette journée particulière, séance tronquée coincée entre le jour férié de Thanksgiving et un week-end, a accentué la volatilité du marché.

Le maïs a résisté à cette vague de ventes grâce à la publication, vendredi, de chiffres hebdomadaires d'exportation par le ministère américain de l'Agriculture (USDA). Les Etats-Unis ont vendu 1,52 million de tonnes de maïs à l'export durant la semaine achevée le 18 novembre, soit une hausse de 41% par rapport à la semaine précédente. La contraction qui a touché blé et soja « ne va pas forcément se poursuivre la semaine prochaine », a prévenu Alan Brugler, pour qui le marché pourrait avoir retrouvé ses esprits lundi.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars 2022 a perdu 1,17 % à 8,4025 dollars contre 8,5025 dollars mercredi (le marché était fermé jeudi). Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars a terminé en hausse de 1,06 % à 5,9175 dollars contre 5,8550 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a fini en repli de 1,08 % à 12,5275 dollars contre 12,6650 dollars.

Réagir à cet article

Sur le même sujet