Menu

Prix du laitLa Commission européenne sollicitée pour sécuriser les revenus des éleveurs

Le Comité des Régions et le Parlement européen sont en accord sur la nécessité de sécuriser les revenus des éleveurs laitiers. Le 8 juin, ils ont soumis à la Commission européenne quelques recommandations. Parmi lesquelles : rehaussement du niveau du filet de protection, un observatoire européen du lait plus précis…

Le 8 juin, le Parlement, le Comité européen des Régions et le Comité Economique et Social Européen ont adopté le rapport de M. Nicholson. Ensemble, ils considèrent qu’il est nécessaire de sécuriser les revenus des producteurs laitiers. Pour rappel, le Comité européen des régions est l'assemblée des représentants des pouvoirs locaux et régionaux des 28 États membres de l'Union européenne.

« Dans le contexte de surplus de lait et de baisse du prix, cette perspective est extrêmement préoccupante car dans de nombreux États membres et régions, la production laitière est un pilier essentiel de l'économie régionale et de la valeur ajoutée agricole. En effet, après le rebond inattendu des prix des produits laitiers entre janvier et mars 2015, la pression à la baisse est de nouveau perceptible depuis mars, comme l'indique le rapport de l'Observatoire du marché du lait. Il est donc inconcevable que la Commission européenne continue à faire la sourde oreille et à déclarer que les perspectives de marchés sont favorables », remarque René Souchon, président de la région Auvergne.

« Dans cette période difficile pour les producteurs, le Comité européen des régions préconise les recommandations suivantes :

  • rehausser le niveau du filet de sécurité, pour une durée limitée et pour faire face à la crise imminente, en attendant la mise en place d’un autre dispositif ;
  • renforcer le rôle des organisations de producteurs afin qu'elles jouent un rôle clair dans la gestion des prix et de l'offre. Leur but serait également d’améliorer l’efficacité de la contractualisation en élargissant le dispositif à toute la filière, incluant notamment la grande distribution ;
  • améliorer le fonctionnement de l'Observatoire européen du lait (European Milk Market Observatory). Pour cela, il est essentiel que l’observatoire produise des données en temps réel et à une échelle plus fine, pour prendre en compte la diversité des situations entre les régions européennes ;
  • prendre d’urgence des mesures de sécurisation des revenus de tous les producteurs laitiers en s’inspirant en particulier des propositions d'European Milk Board », suggère René Souchon.

« Plusieurs études confirment l'émergence d'un double modèle économique pour la période d’après quota : d'une part, la concentration de la production laitière dans les bassins les plus productifs (forte densité laitière et coûts de collecte les plus faibles) et par ailleurs la dépréciation laitière dans les régions dites défavorisées ou sensibles, notamment les régions de montagne », ajoute René Souchon.

Réagir à cet article

Sur le même sujet