Menu

Contenu réservé

Mycotoxines dans les ensilages de maïsUne année à risque pour la (re)production

Une année à risque pour la (re)production

Les ensilages de maïs de cet été contiendraient 20 à 30 % de mycotoxines de plus que les années précédentes. Issues de champignons qui se développent sur la culture ou au stockage, les mycotoxines s’accumulent dans l’organisme et peuvent troubler les fonctions de reproduction.

mycotoxines ensilage maïs fourrage
L’excès de mycotoxines dans la ration peut engendrer une baisse d’appétit, des variations hormonales (œstrogènes), des
problèmes cutanés (exéma) ou digestifs (hémorragie intestinale, perturbation de la flore ruménale), « Afin d’éviter les
intoxications par les mycotoxines sur bovins il faut d’abord maîtriser le risque d’acidose. En effet, si le rumen fonctionne
correctement, la plupart des mycotoxines sont détruites par la flore ruménale. Seule la zéaralénone résiste à la flore
bactérienne », précise Thomas Aubineau, vétérinaire au Gds 35. (© Terre-net Média)
« Cette année, rare sont les silos de maïs qui ne présentent pas de mycotoxines, explique Emmanuel Pruvost, chef de marché chez Zootech (Provimi – Cargill). Nous observons des contaminations supérieures de 20 à 30 % par rapport aux années précédentes ». En effet, l’été froid et pluvieux a favorisé le développement de fusarioses sur les maïs, notamment au moment de la floraison. Les mycotoxines sont produites par des champignons ou des moisissures lorsque qu’ils sont soumis à un stress (conditions climatiques défavorables, attaque d’insectes, produits de traitement mal adaptés ou sous-dosés,…).

Acidose et mycotoxines : le cocktail explosif

« En cas de chute de la production laitière ou de difficultés de reproduction, on ne soupçonne pas forcément les mycotoxines en premier lieu, fait remarquer Emmanuel Pruvost. Ces baisses de production n’arrivent pas sur toutes les vaches au même moment. Le risque est plus élevé sur les hautes productrices qui ingèrent davantage. Certaines vaches vont résister plus ou moins longtemps, jusqu’au jour où elles vont craquer car le foie ne parvient plus à détoxifier ces toxines. Cette année, avec des ensilages riches en amidon et à forts taux de matière sèche, beaucoup de vaches sont en limite d’acidose. Sur ces animaux fragiles, les mycotoxines risquent alors de mettre le feu aux poudres ».

0

Vous avez lu 37 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Bénéficiez de Web-agri en PRO pendant 7 jours gratuitement

*Offre sans engagement

Réagir à cet article

Sur le même sujet