Menu

Filière laitière« Avec un Cniel sans pilote, la crise est profonde » pour la Coordination rurale

L’organisation des producteurs de lait (Opl) dénonce « la situation financière catastrophique des producteurs ». Selon la branche laitière de la Coordination rurale, il manquera 50.000 € de revenus pour couvrir les coûts de production.

« L’Opl et la CR dénoncent depuis des années la dérive de la politique laitière avec les producteurs de lait utilisés comme variables d’ajustement pour la compétitivité de l'amont et de l'aval. Le président de la famille des producteurs au sein du Cniel (Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière) lui donne aujourd'hui raison. »

 « La démission de Thierry Roquefeuil de son mandat de président de l’interprofession laitière illustre la situation financière catastrophique des producteurs de lait dénoncée de longue date par l'Opl de la CR.  L'urgence à traiter cette crise ne ressort pas de façon unanime, ce qui ne présage pas une solution rapide et efficace.    

« Les faits sont éloquents »

De plus en plus d'études montrent des coûts de revient autour des 450 € / 1.000 litres. Avec un prix du lait de 300 € / 1.000 litres, il manquera sur un an 50.000 € de fonctionnement pour une exploitation moyenne produisant 350.000 litres ! Un producteur de lait est un entrepreneur qui mérite comme les autres un salaire et des conditions de vie décentes !

Les accords des industriels avec la distribution sont basés sur un soi-disant prix payé aux producteurs à 340 € / 1.000 litres ; que valent ces accords et que cachent-ils ?

48 industriels français ont investi plus d'un milliard d'euros entre 2012 et 2014 pour 74 projets essentiellement axés sur des produits à forte valeur ajoutée. On note ainsi une augmentation de la production de poudre de lait infantile française (valorisation jusqu'à 15.000 € la tonne) de près de 40 % ces quatre dernières années. Pourquoi les éleveurs n'en reçoivent-ils aucun bénéfice ? »

« Un projet solide pour sortir de la crise »

L'Opl veut présenter au Cniel ses propositions de Prm (programme de responsabilisation des marchés) émises avec l’European Milk Board (EMB) lors d'un entretien avec Stéphane Le Foll le 7 juillet. A l’origine de la grève du lait en 2009,  l'Emb porte ainsi le projet concret de régulation de la production et des prix du lait à l'échelle européenne. Pour la France, le Cniel aurait un rôle central de lien entre les organisations de producteurs et l'Observatoire européen du marché du lait. La création de cet Observatoire en 2014 grâce à l'Emb est un premier pas sur lequel il est urgent de rebondir pour sortir enfin de la crise. »

Rédacteur en chef de Terre-net

Réagir à cet article

Sur le même sujet