Menu

Parlement européen/Embargo russeLes 465 M€ prélevés pour dépassement de quota doivent rester à l’agriculture

La commission Agriculture et développement rural demande à la Commission européenne de réserver les amendes prélevées aux Etats de l’Union pour dépassement de quotas laitiers au budget de l’agriculture. Ces crédits pourraient ainsi compenser le manque à gagner des producteurs victimes de l’embargo russe.

Priorité donnée aux producteurs européens victimes de l’embargo russe plutôt qu’aux malades d’Ebola en Afrique ! Dans un communiqué rendu public le 6 novembre, les membres de la commission Agriculture du Parlement européen ont demandé que les super-prélèvements de 465 millions d’euros perçus pour dépassement de quotas laitiers ne soient pas versés au budget européen. Ils doivent être employés pour indemniser les agriculteurs victimes de la mévente de leurs produits agricoles suite à l’embargo imposé au mois d’août dernier. La Commission européenne aurait en effet envisagé de réserver ces sommes collectées pour financer l’aide apportée par l’UE pour lutter contre l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique.

Pour la commission du Parlement, « l'embargo sur les produits alimentaires de l'UE est une décision politique imposée par la Russie. Aussi, l’aide apportée aux producteurs les plus touchés ne devrait pas non plus être financée par des coupes à travers généralisées aux paiements directs » ont affirmé les eurodéputés. C’était aussi une proposition émise par la Commission européenne contre laquelle la Fnsea a protesté.

L’aide à apporter aux agriculteurs ne doit pas non plus l’être par des prélèvements opérés sur les 433 M€ de fonds de gestion de crise. « Nous ne sommes pas à l’abri d’une crise majeure dans un autre secteur d’activité comme la viande bovine » a interpellé le Parlement européen.

Ce vendredi 7 novembre, le Copa-Cogeca a «invité les ministres européens de l'Agriculture à s'accorder lors de leur réunion de lundi sur une aide plus ciblée, y compris pour le secteur européen de la viande porcine, dans le cadre du budget 2015 de l'UE, pour soutenir les agriculteurs et les coopératives agricoles touchés par la crise sans précédent causée par l'embargo russe sur les exportations agricoles européennes.»

Réagir à cet article

Sur le même sujet