Menu

Face au coronavirusAux champs et dans les vaches, le boulot se poursuit (non sans inquiétudes...)

Alors que les Français sont confinés chez eux pour tenter d'éradiquer la propagation du coronavirus, les agriculteurs poursuivent leurs travaux dans les champs comme dans les troupeaux. Si le para-agricole est également mobilisé pour assurer l'approvisionnement et la collecte des produits, certains éleveurs commencent à s'inquiéter, notamment concernant la collecte du lait et des bovins pour l'abattage mais aussi les prix.

Voilà maintenant une semaine que le confinement dure dans l'hexagone. Pour les agriculteurs en revanche, il n'est pas question de rester chez soi. En cultures, le retour du beau temps relance les travaux dans les champs. Pour les éleveurs, les soins aux animaux se poursuivent. Sur les réseaux, ils sont nombreux à partager leur quotidien :

Antoine le rappelle aussi dans une vidéo : « le confinement, ça n'est pas pour les vaches et heureusement ! » En effet, l'éleveur n'a plus d'ensilage d'herbe pour les nourrir. La mise à l'herbe arrive à point, même si certaines parcelles restent difficiles d'accès car trop humides :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Avec un peu d'imagination, les agriculteurs transmettent aussi leur courage aux soignants :

N'oublions pas non plus le para-agricole qui reste mobilisé et permet de boucler la boucle pour continuer de nourrir la population. Certains éleveurs ont d'ailleurs laissé des messages à leur laitiers :

Le coronavirus amène aussi son lot d'Inquiétudes chez les agriculteurs

Il y a 10 jours déjà, certains lecteurs de Web-agri s'inquiétaient quant aux impacts du coronavirus sur l'agriculture et les résultats du dernier sondage sont là : presque un éleveur sur deux estime que l'épidémie a un impact sur son activité.

On nous demande de réduire de 20 % notre production laitière.
Certaines laiteries réduisent leur activité. Après avoir reçu un courrier de sa laiterie, un éleveur en filière AOP Reblochon explique sur la page des producteurs de lait : «  À cause du coronavirus et de la fermeture des restaurants et des stations permettant de vendre de façon non négligeable du fromage sur la période hivernale en pays de Savoie, nous allons devoir réduire de 20 % notre production en fonction de l'évolution de la situation. Avec la mise au pâturage hier, ça risque d'être compliqué, on va réformer quelques vaches qui étaient prévues de partir cet automne mais ça ne fera pas tout. » Un collègue lui confie qu'il est dans la même situation en Saint Nectaire et un autre également à la LSDH, et la liste risque de s'allonger encore un peu plus. « On ne peut pas fermer les robinets comme ça nous », fait pourtant remarquer un autre éleveur.

En Italie, les producteurs réduisent déjà volontairement pour éviter de faire face à une surproduction laitière :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Les prix sont surveillés de près. Tandis que les échanges internationaux diminuent et que les usines tournent au ralenti, les prix du lait et de la viande tendent à à baisser.

Mes taurillons vont-ils être abattus ? Je ne sais pas !
Dans l'Allier, Pierre partage son inquiétude quant à la vente de ses bovins viande dans une nouvelle vidéo. Dans le flou total, il explique : « J'ai des taurillons prêts à partir pour l'Italie mais je ne sais pas comment ça va se passer. » Dans un commentaire, un collègue lui raconte : « Mon marchand vient de m'appeler, il vient chercher 10 broutards demain matin pour l'Italie. Ça part quand même mais plus lentement. Malheureusement, je crois que ça va durer encore longtemps, mais bon il faut faire avec. »

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

Pierre a tenté d'anticiper le confinement : « On a récupéré le matériel de clôture qui nous manquait, on a ce qu'il nous faut pour les céréales et pour les bovins donc c'est bon. On a juste un tracteur neuf qui devait arriver en avril mais il sera sûrement retardé. » Même s'il essaie de limiter ses déplacements, il poursuit son travail. « Il faut continuer à s'occuper des animaux, on n'a pas le choix ! »

N.B. : Les résultats de ce sondage sont indicatifs (l’échantillon n’a pas été redressé).

Rédactrice en chef de Web-agri

Réagir à cet article

Sur le même sujet