Menu

Contenu réservé

Après le 1er PMPOAPour les élevages de porcs, des bâtiments conformes mais des terrains trop rares

Les éleveurs de porcs ont amélioré l’état de leurs bâtiments lors du premier plan de maîtrise des pollutions d’origine agricole (PMPOA). Mais ils ne disposent pas plus en 2001 que précédemment des superficies nécessaires à l’épandage des déjections animales.

Ils stockent correctement les déjections de leurs porcs, mais après ? L’enquête réalisée par le Scees en 2001 auprès des éleveurs porcins illustre les réussites du premier programme de maîtrise des pollutions d’origine agricole (PMPOA), mais aussi les progrès à poursuivre pour protéger l’environnement. Les exploitations qui ont effectué les travaux de mise aux normes disposent le plus souvent de fosses à lisier aptes à conserver quatre mois de déjections comme l’exigeait la réglementation des installations classées en 2001. Leur aire de stockage du fumier, qui n’est pas toujours couverte, est le plus souvent suffisante au regard de leurs maigres besoins. Ces éleveurs gèrent de façon satisfaisante l’écoulement des eaux pluviales comme celles des aires d’exercice. Déjà mieux équipés que les autres en 1994, ils ont encore amélioré l’état de leurs bâtiments depuis. Mais cela ne garantit en rien un épandage des déjections porcines sans danger pour l’environnement. Disposant des plus gros cheptels, les éleveurs relevant d’un PMPOA ont en effet un fort besoin d’accéder à des terrains extérieurs à leur exploitation pour épandre les rejets de leurs animaux.

 

0

Vous avez lu 99 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Bénéficiez de Web-agri en PRO pendant 7 jours gratuitement

*Offre sans engagement