Menu

Contenu réservé

Un poste à optimiserMieux valoriser les vaches de réforme

Mieux valoriser les vaches de réforme

Il existe un intérêt économique certain à garder et engraisser les vaches de réforme. Démonstration avec Cogedis.


L'engraissement des réformes, une possibilité à étudier pour
 augmenter les résultats (© Terre-net Média)
Un million de vaches laitières sont abattues chaque année en France, soit un quart du cheptel. La qualité de ces animaux est clairement remise en cause par les abattoirs : certaines vaches ne sont pas taries et le lait pose des problèmes sanitaires sur les chaînes. Beaucoup de ces vaches de réforme sont aussi mal conformées. Pourtant, les éleveurs laitiers ont tout intérêt à garder et engraisser ces animaux pour améliorer leur valorisation.

Amélioration technique

Pour preuve : les études menées à la station expérimentale de Mauron dans le Morbihan. Elles ont montré les incidences techniques d’un engraissement des animaux de réforme (cf. tableau 1). Les animaux en question ont été « finis » à l’auge, avec une ration à base d’ensilage de maïs, de correcteur azoté et de minéral. Les effets de l’engraissement sont probants au plan technique. La conformation de la carcasse et la note de gras s’améliorent nettement par rapport à la grille de cotation EUROP. A titre d’exemple, sur la semaine 21 de l’année 2009, la cotation nationale constatée pour une vache classée P = 2 était de 2,15 €/kg, alors qu’elle était de 2,65 €/Kg pour une vache O = 3 ! Autre point important : l’alourdissement de la carcasse qui contribue à une meilleure valorisation de l’animal. S’appuyant sur cette expertise technique, nous avons simulé les intérêts économiques d’une telle pratique.

0

Vous avez lu 32 % de l'article

Vous devez vous abonner pour lire cet article en entier.

Ou

Bénéficiez de Web-agri en PRO pendant 7 jours gratuitement

*Offre sans engagement

Sur le même sujet