Menu

Prix du GNRQuelle évolution en 2020 ?

Le prix du GNR a baissé de 30 centimes en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19. (©Terre-net Média/Pixabay)
Le prix du GNR a baissé de 30 centimes en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19. (©Terre-net Média/Pixabay)

Perturbés par la pandémie de coronavirus, les cours du pétrole et de ses dérivés ont connu une baisse importante en 2020. Selon les chiffres publiés par Total Energies, le litre de GNR a perdu 30 centimes. Difficile de prédire si le prix remontera en 2021, cela dépend probablement de la réponse sanitaire donnée à la Covid-19.

En 2020, les marchés pétroliers ont plutôt été bousculés en raison notamment de la crise sanitaire mondiale de Covid-19. Le prix de l'essence, du gazole, du fioul et du gazole non routier (GNR)... tout a chuté au cours de l'année. Outre les particuliers, les agriculteurs ont aussi bénéficié de cette baisse de prix.

En moyenne, Total Énergies annonce 30 centimes de moins par litre de carburant là où habituellement, la fluctuation est plutôt de l'ordre de quelques centimes. Entre le prix le plus bas, enregistré le 28 septembre 2020 à 0,675 €, et le prix le plus haut enregistré le 13 janvier à 0,978 €, la différence s'élève à plus de 30 centimes. Pour les agriculteurs, consommateurs importants, le montant des économies réalisées sur ce poste de charge est considérable.

Des prix en chute libre lors du premier confinement

Les premiers mois de l'année ont vu le prix dégringoler de manière constante et ce jusqu'en juin. La seconde partie de l'année a continué à voir le prix du GNR diminuer mais de façon moins prononcée. Ce n'est que fin 2020 où le cours a commencé à reprendre. À noter que l'année s'est terminée sur la hausse importante de + 0,059 €/l.

Le cours du pétrole a clairement été perturbé par la pandémie de coronavirus et surtout lors du premier confinement. De nombreuses régions du monde se sont confinées pour tenter de limiter la propagation du virus. Résultat : la plupart des entreprises ont stoppé leur production et donc la consommation de carburant a chuté. Sans oublier l'absence de déplacements ! La demande mondiale de pétrole et de ses dérivés a diminué, entraînant donc la baisse conséquente du prix.

-9,7 millions de barils par jour pour faire repartir le prix à la hausse

L'accalmie de juin semble plutôt liée à la décision de l'Opep (organisation des pays exportateurs de pétrole) de limiter drastiquement sa production. Moins 9,7 millions de barils par jour selon l'organisation. Le déconfinement progressif des pays a fait redémarrer la consommation et donc repartir le prix à la hausse.

Après l’été, la deuxième vague de contamination de Covid-19 s’est répandue et a causé de nouveau le confinement généralisé. Les marchés ont retrouvé leur enthousiasme à l'annonce des vaccins efficaces sur le virus. Dès lors, le prix du GNR est reparti à la hausse.

Pour le moment, bien malin celui qui saurait prédire comment va évoluer le prix du carburant en 2021 ! Sa variation dépend entre autre de la réponse sanitaire que le monde pourra donner au coronavirus. Dans l'éventualité d'un troisième confinement, la baisse pourrait de nouveau intervenir. Inversement, si l'activité économique des pays redémarre sans contrainte, la demande va croître et donc naturellement, le prix aussi. 

Journaliste machinisme

Réagir à cet article

Sur le même sujet