Semis 

Dans cet univers, retrouvez tous les articles de la rédaction de Terre-net.fr qui abordent ce sujet. Du matériel à la technique, aux conseils de techniciens, jusqu'aux reportages chez les agriculteurs.

26Avril
Témoignages d'agriculteurs

Avant le semis de maïs ou en combiné, le strip-till se développe

Alors que le labour reste majoritaire avant un semis de maïs, d'autres pratiques d'implantation comme le strip-till progressent. Consistant à travailler uniquement les futures lignes de semis, cette méthode représente un bon compromis entre la préparation de sol classique et le semis direct pour Alexis Bénard, cultivateur en Seine-et-Marne, qui s'intéresse à l'agriculture de conservation des sols. Agriculteur dans le Morbihan, Franck Pellerin peut aussi semer son maïs plus tardivement, à la suite de la récolte de dérobés. Tous deux observent également une meilleure régularité de levée et une vie du sol améliorée.

17Avril
L'agronomie vue par les constructeurs

Horsch Autoforce : retour d'essais sur la profondeur d'un semis de maïs

Plusieurs facteurs sont à prendre en compte lors d'un semis de maïs afin de maximiser le rendement futur : semence, écartement entre grain, espacement entre rangs, profondeur de semis, densité... Des essais comparatifs menés par Horsch montrent que la levée homogène des pieds, conditionnée par la pression appliquée sur l'élément semeur, est l'un des paramètres les plus importants.

16Avril
Revue des réseaux

Les semis de maïs fourrage ont d'ores et déjà commencé

Les premiers semis de maïs fourrage sont lancés. D'après les photos et vidéos postées sur les réseaux, plusieurs éleveurs ont d'ores et déjà sorti les semoirs. D'autres en revanche attendent de récolter leurs méteils même si la quantité n'est pas au rendez-vous. Certains craignent un manque de stock potentiel !

5Avril
L'info marché du jour

L'inégale répartition des pluies aux USA, à la fois faibles dans les zones de production de blé et abondantes dans celles de maïs, a un impact tout aussi contracté sur les deux cultures. Sur les marchés en revanche, il est identique, la météo américaine étant source d'inquiétudes quel que soit le volume de précipitations.


25Mars
[L'actu d'Arvalis] Lutte ravageurs

Protection des semis de maïs : un choix limité de solutions

Suite à l'interdiction des néonicotinoïdes, la protection des semis de maïs contre les ravageurs du sol repose désormais sur des solutions en microgranulés. Comment bien les choisir et les appliquer ? Retour sur les derniers résultats d'essais Arvalis.

25Février
Maïs fourrage

Détruire le couvert à temps pour ne pas pénaliser la culture

Arvalis-Institut du végétal rappelle : « La date de destruction des cultures intermédiaires résulte d'un compromis : le couvert doit avoir eu le temps de jouer son rôle de piège à nitrates et de protection du sol vis-à-vis de l'érosion, sans dégrader le potentiel de la culture qui suit. » Ainsi, les résultats d'essais montrent qu'au delà du 15 mars, un couvert encore en place risque de pénaliser le maïs qui suit.

18Novembre
2018
Revue des réseaux

Des semis perturbés

Malgré le retour de la pluie dans plusieurs régions, la sécheresse a souvent perturbé les semis et la levée des colzas, blés, orges, prairies... Quelques secteurs ont eu plus de chance avec la météo. Agriculteurs et techniciens en témoignent sur les réseaux sociaux.

8Novembre
2018
Autonomie alimentaire

Sous quels couverts semer une prairie temporaire ?

Le semis de prairie sous couvert permet de gagner du temps en conduisant deux cultures de façon simultanée. Certains couverts comme l'orge de printemps ou l'association pois-féverole sécurisent l'implantation de la prairie. C'est ce que nous montrent les résultats d'essais du programme Reine Mathilde.

8Novembre
2018
Sur les réseaux

Des cultures impactées par les conditions sèches

Même si la pluie est revenue dans plusieurs régions, la sécheresse a entraîné des conséquences importantes pour les agriculteurs : problèmes de levée des colzas, semis retardés des blés et orges d'hiver, présence favorisée des ravageurs ... Sur les réseaux sociaux, les agriculteurs partagent leurs situations et leurs inquiétudes.