30Mai
L'actu de Terres Inovia

Premiers signalements de pucerons sur tournesol

Les premiers pucerons sont signalés sur tournesol. La période de sensibilité de la culture s'étend de la levée jusqu'à la formation du bouton floral. Terres Inovia rappelle l'importance de vérifier la présence d'auxiliaires avant toute intervention insecticide.

21Mai
Écho des plaines

Continuer à surveiller septoriose et fusariose des épis

Les passages pluvieux que nous avons connus ces derniers jours, sont favorables à la septoriose. La maladie doit être surveillée de près dans les parcelles de blé qui n'ont pas été protégées au stade dernière feuille étalée. Le retour des précipitations est aussi propice, dans les régions où les blés sont plus avancés, à la fusariose des épis. Sur colzas, les floraisons sont en train de se terminer, il faut continuer à être vigilant, notamment vis-à-vis du charançon des siliques et des pucerons cendrés.

15Mai
[Maïs] Biocontrôle

Association entre Corteva Agrisciences et Monosem pour lutter contre les taupins

Corteva Agrisciences et Monosem ont associé leurs savoir-faire afin de proposer une solution de biocontrôle contre les taupins. Les premiers résultats d'essais sont encourageants. Les deux entreprises viennent d'ailleurs de recevoir une médaille d'argent aux Trophées Culturales 2019 pour cette innovation.


14Mai
Écho des plaines

Sur blé, conditions favorables à la septoriose

Jusqu'à présent, les conditions météorologiques n'étaient pas très propices au développement de la septoriose sur blé. Les pluies récentes et l'arrivée de la « dernière feuille étalée » du blé, stade clé pour la protection contre la maladie, imposent la plus grande vigilance. En colza, le sclérotinia est toujours d'actualité dans les régions les moins avancées. Les charançons des siliques et pucerons cendrés se manifestent en bordure de parcelles, de façon plus ou moins importante selon les régions.

7Mai
Echo des plaines

Sur colza, arrivée des charançons des siliques et des pucerons cendrés

Alors que des parcelles de colzas doivent faire face un peu partout en France, à des difficultés de floraison, les charançons commencent à faire leur apparition en bordure de parcelles, de façon plus ou moins timide selon les régions. Il en est de même des pucerons cendrés. En fonction des précipitations, le risque sclérotinia est aussi plus ou moins marqué. En blé, c'est surtout la septoriose qui retient l'attention, avec un risque plus ou moins élevé selon l'avancée des cultures et le niveau de sensibilité des variétés.

16Avril
Écho des plaines

Anticiper le risque sclérotinia sur colza

Le risque sclérotinia sur colza, est à prendre en compte en préventif, au stade chute des pétales, en fonction de la parcelle et de l'année. Les conditions climatiques ne sont pas forcément favorables à la maladie, mais une partie des premiers kits pétales réalisés, s'est révélée positive. Côté insectes, les méligèthes sont toujours à surveiller dans les parcelles les moins avancées. Dans les autres, la vigilance sera de mise pour les charançons des siliques et les pucerons cendrés. Sur blé, la rouille jaune est présente ponctuellement sur variétés sensibles et la septoriose est à surveiller à partir du stade 2 n½uds.

8Avril
Écho des plaines

Faible pression des maladies sur blé

Hormis quelques parcelles touchées par la rouille jaune, ou des secteurs avec présence de piétin-verse sur variétés sensibles, la pression des maladies sur blé est dans l'ensemble assez limitée jusqu'à présent cette année. C'est aussi le cas du sclérotinia sur colza. Jusqu'à maintenant, ce sont surtout les insectes qui constituent une menace pour les colzas. Avec l'avancée des stades, les méligèthes vont peu à peu laisser leur place aux charançons des siliques, puis aux pucerons cendrés.

1Avril
Écho des plaines

Forte pression méligèthes sur colza

Sur colza, les méligèthes confirment leur présence dans toutes les régions et dans une grande majorité des parcelles. La surveillance est donc de mise. Le risque charançons de la tige s'estompe ; il va laisser la place dans les régions les plus précoces, à l'arrivée des tous premiers charançons des siliques, même s'ils ne sont pas encore nuisibles sur colzas. En blé, le risque piétin-verse est à mesurer à la parcelle, en fonction de la variété et des grilles de risque. Les autres maladies sont encore assez discrètes.