Ravageurs

Tous les articles relatifs aux ravageurs des cultures : insectes, oiseaux, rongeurs, toute la faune nuisible de l'exploitation agricole.

2Juin
Écho des plaines

Avec le retour de la pluie, évaluer la pression fusariose des épis

Dans bien des parcelles de blé, le risque fusariose des épis est restée faible cette année, compte tenu des conditions climatiques sèches au moment de la floraison. Mais pour les parcelles les moins avancées, qui sont encore au stade floraison plus ou moins 7 jours, le retour des orages peut représenter un risque. Les fortes chaleurs sont aussi favorables aux pucerons des épis.

25Mai
L'actu de Terres Inovia

Vigilance sur l'état des légumineuses de printemps

Depuis 15 jours, des cultures de printemps de pois, lentilles et pois chiches présentant des jaunissements, crispations, disparition de pieds, sont signalées notamment dans l'est de la France. Une combinaison de stress est à l'origine de ces phénomènes, pouvant expliquer des différences d'intensité des symptômes observés selon les cultures et les secteurs. À l'inverse, les pois d'hiver et les féveroles sont moins impactés.

20Mai
L'actu d'Arvalis

Surveiller les pucerons des épis jusqu'au stade grain pâteux

(Article mis à jour, publié initialement le 12 juin 2018) Les pucerons des épis peuvent engendrer des pertes de rendement du blé si les conditions sont favorables à leur pullulation. L'observation est donc de mise pour surveiller les populations et traiter si nécessaire. Rappels de la biologie de ce ravageur et des insecticides autorisés pour s'en protéger.

15Mai
Témoignages d'éleveurs

« Attaques de corbeaux : les dégâts sont considérables cette année ! »

Après le semis de maïs, l'heure est au resemis pour bon nombre d'agriculteurs. Les attaques de corbeaux sont très importantes cette année, comme en témoignent Laurent Thiébot en Ille-et-Vilaine ou encore Sébastien Delva dans le Nord. En tournesol chez Julien Dupuis dans les Deux-Sèvres, ce sont surtout les pigeons qui font du dégât. En ce qui concerne l'effarouchement, ça ne suffit pas, « et encore moins lorsqu'on se fait voler son matériel », témoigne l'éleveur.


7Mai
Néonicotinoïdes et betteraves

Le désarroi des producteurs face à une pression pucerons inédite

Les producteurs de betteraves sucrières font face, cette année, à une pression pucerons particulièrement exceptionnelle. Pour bon nombre d'entre eux, cette situation souligne, une nouvelle fois, le « non-sens écologique » de l'interdiction d'utilisation des néonicotinoïdes en agriculture face au manque d'alternatives aujourd'hui.

4Mai
Écho des plaines

Avec le retour des pluies, montée de la septoriose sur les derniers étages

Les stades du blé avancent à grand pas. Les précipitations observées ces derniers jours ont remis la septoriose sur le devant de la scène. Il est aussi conseillé de surveiller les rouilles jaune et brune, et d'évaluer le risque fusariose des épis à l'approche de la floraison. Les pucerons et cécidomyies orange sont aussi à contrôler sur épis. Sur colza, le risque charançons des siliques commence à diminuer dans certaines régions alors que les pucerons cendrés sont toujours à surveiller.

29Avril
Lutte contre les pucerons verts

L'usage du Teppeki désormais possible dès le stade 2 feuilles de la betterave

Le ministère de l'agriculture vient d'apporter une première réponse aux demandes de la CGB concernant la lutte contre les pucerons verts sur betteraves : l'usage du Teppeki est désormais possible dès le stade 2 feuilles de la culture. Le syndicat et les planteurs restent toutefois encore dans l'attente concernant la possibilité d'appliquer un traitement supplémentaire de l'un des deux produits déjà autorisés (Teppeki ou Movento).

28Avril
Écho des plaines

Colza, continuer à surveiller charançons des siliques et pucerons cendrés

Alors que les colzas sont en train de passer des stades floraison à formation plus ou moins avancée des siliques, il est important d'être vigilant vis-à-vis des derniers insectes susceptibles de provoquer des dégâts sur la culture, les charançons des siliques et les pucerons cendrés. En blé, la pression septoriose augmente de façon plus ou moins prononcée en fonction les régions, selon qu'il a plu ou pas ces derniers jours. Les rouilles sont aussi à surveiller, de même que l'oïdium de façon beaucoup plus ponctuelle.

21Avril
Écho des plaines

Dans les parcelles de blé, apparition de la septoriose

Des symptômes de septoriose se manifestent dans les parcelles de blé, mais avec une pression très variable selon les régions, et les variétés. Comme pour la rouille jaune et la rouille brune, les variétés sensibles sont à surveiller en priorité. À noter quelques gels d'épis signalés en Bourgogne, Franche-Comté et Auvergne. En colza, la surveillance va selon les régions, du sclérotinia aux charançons des siliques et pucerons cendrés.

16Avril
Semis de printemps

Les dégâts d'oiseaux, une véritable problématique pour les tournesols

Pigeons ramiers, corneilles noires, corbeaux freux... protéger les tournesols de ces oiseaux représente un enjeu majeur à l'implantation, comme en témoigne Alexandre Fricaud, agriculteur en Loire-Atlantique. Combiner différents moyens de lutte (effaroucheur visuel et sonore, présence humaine régulière...) peut permettre d'atténuer les dégâts. Les signaler est également indispensable afin de faire reconnaître cette problématique.

14Avril
Écho des plaines

Charançons des siliques, attention aux jeunes siliques

Les charançons des siliques pondent leurs ½ufs ou se nourrissent en perforant les siliques les plus tendres du colza. Les cultures sont sensibles à leur présence, jusqu'au stade G4, soit tant qu'il dispose de siliques jeunes faciles à piquer. Selon les régions, risque sclérotinia et présence de pucerons cendrés sont aussi à surveiller. En blé, l'attention va se porter surtout sur la septoriose qui constitue un risque à partir du stade 2 n½uds de la céréale, et les rouilles jaune et brune, en fonction des secteurs.