Publi-information
Dossier Retour au dossier Améliorer son autonomie alimentaire

Levier n°1Pour plus d'autonomie protéique par la voie du concentré

| CNIEL

L'alimentation azotée est un point-clé du rationnement des vaches laitières ; elle permet d'influer rapidement sur le niveau des performances animales. en ayant recours à des concentrés riches en protéines, de type tourteau, le plus souvent achetés. Pour éviter les gaspillages et gagner en autonomie, l'objectif est d'ajuster au mieux le niveau protéique de la ration, en trouvant le bon équilibre entre efficience d'utilisation des concentrés, performances laitières et coût de la ration.

autonomie

Ajuster le niveau azoté de la ration autour de 100 g PDIE/UFL

100 g PDIE/ UFL : un objectif 100 pour 100 gagnant
Techniquement, le meilleur compromis « énergie-azote » d’une ration se situe autour de 100 g de PDIE/UFL. Ce niveau protéique optimise tout à la fois :

- l’ingestion, permettant ainsi de mieux valoriser les fourrages produits sur l’exploitation;
- et les performances laitières (lait brut et taux protéique).
Ajuster la distribution de correcteurs azotés permet en outre de réduire le coût alimentaire (en évitant de produire des litres de lait non rentables) et de diminuer les rejets azotés dans l’environnement (au-delà d’un certain seuil, les protéines sont non valorisées et éliminées sous forme d’urée).

Complémentation azotée : ni trop, ni trop peu !
Un apport azoté en deçà ou au-delà de ce seuil-cible de 100 g PDIE/UFL ne permet pas d’optimiser les performances animales ou d’assurer une bonne rentabilité de la ration, comme l’illustre la figure 1.

cniel

Les 2 chiffres-clés à connaitre
En cas de besoin de réajustement du niveau protéique de la ration, sachez que :
- le retrait (ou l’ajout) d’1 kg de tourteau de soja ou de 1,5 kg de tourteau de colza réduit (ou augmente) le ratio PDIE/UFL de 10 g ;

- une variation de la quantité des concentrés azotés modifie le niveau d’ingestion des fourrages : 1 kg de concentré se substitue à 400 à 600 g MS de fourrage, selon son niveau d’encombrement. Aussi, en cas d’augmentation de l’apport azoté, il est important de vérifier si les stocks fourragers sont suffisants pour couvrir l’augmentation d’ingestion de fourrages.

Enfin, bien connaitre l’ingestion moyenne du troupeau ainsi que les valeurs nutritives des fourrages et concentrés distribués est indispensable dans cette démarche d’amélioration de la valorisation de la ration par le biais du concentré azoté. Disposer de fourrages de qualité, bien conservés et ingestibles, aussi !

Pour aller + loin
Consulter le dossier de 10 fiches pratiques « Améliorer l’autonomie alimentaire de son exploitation laitière ». Ed. Cniel et Institut de l’Élevage, 2015


PDIE : Protéines Digestibles dans l’intestin grêle (PDI) permises par l’énergie (E)

UFL : Unité Fourragère Lait

TP : taux protéique

MS : Matière sèche


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article