Paroles de jeunes

image Paroles de jeunes

Devenir agriculteur, ils y croient ! De futurs jeunes agriculteurs parlent de la crise et de leurs envies d'avenir. Il ont entre 15 et 22 ans et ont décidé de s'installer en agriculture. Terre-net donne la parole à ces paysans de demain, passionnés par leur futur métier. Deux témoignages seront publiés chaque semaine sur Terre-net.fr et Web-agri.fr. Vous retrouverez ici tous les articles de cette série Paroles de jeunes au fur et à mesure de leur parution.

30Décembre
2016
Sur Facebook

La page Pas d'avenir sans agriculteurs passe les 100 000 j'aime !

Plus de 100 000 personnes suivent la page Facebook "Pas d'avenir sans agriculteurs", surnommée aussi "Pasa". Le cap vient tout juste d'être franchi. Quelle est cette page qui marche si bien dans le monde agricole ? Qui l'anime ? Pour en savoir plus, voici les explications de Claire, l'une des administratrices, à qui nous donnons la parole sur Terre-net.

14Septembre
2016
Paroles de jeunes

#DevenirAgriculteur, c'est notre vocation !

Ils ont entre 15 et 22 ans et ont décidé de s'installer comme agriculteur malgré la crise. Transmission des exploitations, qualité de la production, baisse des prix : la relève nous donne sa vision du monde agricole. Chaque semaine, deux nouveaux témoignages sont publiés sur Terre-net.fr et Web-agri.fr.


29Juillet
2016
Paroles de lecteurs

#DevenirAgriculteur : des « bravo » aux « faites un autre métier »

La série Paroles de jeunes s'achève. Vous avez été nombreux à commenter ces témoignages de jeunes qui veulent devenir agriculteurs, à les féliciter pour leur motivation et leurs projets, à les mettre en garde contre les difficultés de ce beau métier, voire à les dissuader de s'installer. Extraits.

3Juin
2016
Paroles de Jeunes - Pierre, 15 ans

#DevenirAgriculteur, « L'Etat, l'UE et la distribution nous mettent à genoux »

Pierre Courrier est fils d'éleveur laitier près d'Arras, dans le Nord-Pas-de-Calais. Encore étudiant, il se révolte contre les chaînes de distribution qui « gagnent des marges sur le dos des producteurs » et contre les normes toujours plus strictes.