Dossier Retour au dossier Prix du lait

Conjoncture laitièreLe coronavirus fait chuter les ventes et les prix dans la foulée

| par | Terre-net Média

« La filière laitière traverse actuellement une période de forte turbulence », constate Benoît Rouyer du Cniel. Dans sa note de conjoncture, il explique la désorganisation actuelle des marchés laitiers. Ventes en chute libre, prix à la baisse et production à la hausse. Pour l'économiste, « la période actuelle s'avère particulièrement critique ».

[En vidéo] Conjoncture laitière de mars 2020 par le Cniel :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

« La crise liée au Covid-19 et aux mesures mises en place pour limiter la pandémie désorganisent profondément les marchés laitiers », annonce sans grande surprise Benoît Rouyer, économiste au Cniel.

Les quatre grands circuits de vente des produits laitiers (commerce de détail, exportation, industrie agroalimentaire et RHD) sont affectés : les ventes sont globalement en baisse. Seul le commerce de détail sort partiellement son épingle du jeu puisque les ventes sont en forte hausse pour le lait liquide, la crème, le beurre, les produits ultra-frais et les fromages ingrédients. En revanche, cela ne concerne pas les fromages AOP et traditionnels dont les volumes de ventes ont chuté.

Le prix de la poudre chute de 300 €/t en 15 jours seulement

L'expert poursuit : « Cette réorganisation des marchés se traduit par une diminution du prix des produits industriels qui reste relativement modérée pour le beurre mais beaucoup plus soutenue pour la poudre de lait écrémé : en l'espace de deux semaines, le prix de la poudre de lait écrémé a diminué de 300 €/t. »

Evolution des prix de la poudre de lait et du beurre sur mars 2020Les prix du beurre et de la poudre de lait écrémé sont à la baisse sur mars 2020. Jusqu'à - 300 €/t en 15 jours pour la poudre ! (©Cniel)

Ventes à la baisse mais production à la hausse

Mauvaise nouvelle au mauvais moment car la production laitière arrive quant à elle dans sa période de pic saisonnier. « La période actuelle s'avère donc particulièrement critique d'un point de vue organisationnel, alerte l'économiste. Compte tenu du degré de saturation de nombreux outils, elle risque également d'amplifier la tendance baissière du prix des produits laitiers industriels au cours des prochaines semaines. »

Evolution de la collecte laitière en France jusqu'à fin mars 2020La production laitière est actuellement en pleine hausse saisonnière en France, ce qui n'arrange rien. (©FranceAgriMer)

Benoît Rouyer rappelle cependant le dispositif de réduction de la production sur avril mis en place par le Cniel. Il ajoute que « l'assainissement du marché laitier dépendra également de l'activation par l'UE de mesures de stockage privé que le Cniel et ses différentes familles professionnelles appellent à mettre en place le plus rapidement possible. »

Retrouvez plus d'informations sur l'Observatoire des marchés de Web-agri.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


AvisConso
Il y a 127 jours
Désolé de faire tache d'huile mais contrairement à ce que l'on lit dans votre Article LES PRIX du LAIT, DES ŒUFS , DE LA VIANDE SONT EN HAUSSE de 15 à 21 % en magasins (grande surfaces) alors comment se fait il que les agriculteurs et éleveurs et autres producteurs clament que les cours s’effondrent ? Peut être il faudrait qu'il regarde pour le consommateur finale les prix pratiqués, cela leur permettraient de mieux négocier avec les grandes enseignes et les Coopératives. Car si le producteur éleveur agriculteur ne gagnent pas d’argent, il y a des intermédiaires qui s'engraissent à la fois sur le dos des consommateurs dont le pouvoir d'achat actuel et à venir est en forte baisse.. et aussi bien sûr sur le dos des producteurs éleveurs agriculteurs. Consommateurs et producteurs éleveurs agriculteurs ont un intérêt communs à faire baisser les marges des intermédiaires.
Répondre
Olmer
Il y a 171 jours
Toutes les interprofessions agricoles, syndicats, coops, etcs sont à bannir de nos fermes,arrêtons les cotis en tout genre,ça suffit on crève !!!!!!!
Répondre
Jeuneagri
Il y a 171 jours
Pareil pour la viande bovine... Les Chevillard et la grande distri ne font plus leur travail, ils nous ont lâché !!!!
Répondre
pat
Il y a 171 jours
super u Leclerc achète au même prix . les prix sont négocier a l année c est normal
Répondre
Jonathan
Il y a 171 jours
Chez le producteur on baisse le lait, mais à Super U ou à Leclerc je n'ai pas vu de baisse du litre ni du fromage ni de yaourt ni du beurre, mais j'ai plutôt vu des rayons vides !!!!
Quelle honte
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 171 jours
A ce chapitre vous en voulez une bien bonne ? La ggt a déposé un mouvement de grève illimitée à Fromarsac ( usine savencia en Dordogne) car trop de travail et il veulent des augmentations sic ! Pour les emballages pour faire plus de marge on les achète souvent à des pays tiers (Italie par exemple)
Répondre
steph72
Il y a 171 jours
On pourra attribuer la situation à notre président qui confine l'economie parce qu'il a pris les mesures trop tardives ,pas de test,pas de traitement et pas de masques contrairement à de nombreux pays dont l'Allemagne;
Faudra adresser la note à ces incompétents qui sont payés pour gouverner donc prévoir.
Répondre
debutant
Il y a 171 jours
c est exactement cela car hier j avais la tech de notre laiterie au telephone elle me disait que les commandes arrivaient toujours, Mais le soucis a venir etait celui de l emballage et filet pour conditionnement .Ils ont du stock mais jusqu a quand ? on peut pas produire et oublier l essentiel emballer et expédier ! ce n est pas normal de voir cette situation le confinement a bon dos et certains devraient se bouger
Répondre
Massol
Il y a 171 jours
Je ne suis pas d’accord avec toi patrice, en ultra frais les commandes sont faites mais les livraisons sont partielles.il y’a un double problème d’appro .en amont les industriels n’ont pas de stock d’emballages et les livraisons sont compliquées et idem pour les livraisons .c’est juste logistique .en temps normal ça marche mais des qu’il y a un grains de sable boom
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 171 jours
Cela fait quelques jours que je le dit on part au casse pipe ; quand on va au supermarché on voit les rayons vide ; on se dit bonne nouvelle. Faux ! Ils ont arrêté de commander des produits à haute valeur et je vais vous expliquer comment je le sais : Nous avons une carte à Métro et pendant quelques jour on a reçu des pub sur le téléphone à moins 50% voir plus sur tous les fromages de coupe et jusqu’à épuisement ! Cela ne laissait prévoir rien de bon derrière. C est le reproche que je fais à ceux qui veulent nous expliquer qu il faut moins produire donnez les vrais motifs. Par contre ceux qui livrent pour de l ultra frais devraient tirer leur épingle du jeu ce qui là non ´ est pas le cas et là faudra montrer très vite les dents Ceci est l analyse d un paysan producteur qui regarde un peu autour de lui On repartait sur du solide et tout d écrasé !Si rien n’est fait demain il n y aura plus de producteurs. De plus la météo s en mêle ;beaucoup d entre nous n on pas semé à l automne et l on part sur une sécheresse de printemps ou rien ne repousse. Dans ma région ceux qui n ont pas pût poser l engrais fin janvier auront pas grand chose car les sommes de température sont là et cela monte à l épi. Après toutes ces bonnes nouvelles prenez bien soin de vous et sachez que la vie vaut plus que tout.
Répondre