Conjoncture laitière« Scénario assez probable » d'une reprise du prix du lait au second semestre

| par | Terre-net Média

Selon le Cniel, le grand écart entre le cours des matières grasses et celui de la poudre de lait écrémé devrait se maintenir tout au long de l'année 2018. Dans ce contexte, la tendance des prix payés aux producteurs sera fonction de la dynamique laitière en Europe et en Nouvelle-Zélande, mais aussi du dégagement, ou non, de l'énorme stock européen de poudre. Lorsque le pic printanier de collecte aura fini de tirer les prix vers le bas, « une reprise sur le second semestre 2018 constitue un scénario assez probable », selon l'interprofession laitière.

Benoît Rouyer (Cniel) : « En moyenne, 339 €/1 000 l en janvier 2018 »

« La conjoncture présente des signes d’amélioration par rapport à la situation décrite au cours des derniers mois, explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel, dans sa note mensuelle de conjoncture laitière, publiée mardi 27 mars 2018. Le pic printanier de collecte va, comme à son habitude, tirer de façon saisonnière les prix vers le bas, mais une reprise sur le second semestre 2018 constitue un scénario assez probable, sachant que l’ampleur de cette reprise restera, quoiqu’il arrive, modérée en raison des importants stocks d’intervention. »

Après un net fléchissement en fin d’année 2017, le cours mondial du beurre est reparti à la hausse depuis le début du mois de janvier 2018. En mars, la tonne de beurre se rapproche ainsi des 5 500 €, alors qu’elle était redescendue sous la barre des 5 000 € fin 2017 et début 2018.

« En revanche, celui du prix de la poudre de lait écrémé se maintient à un niveau historiquement très bas », rappelle Benoît Rouyer, économiste au Cniel, dans sa note mensuelle de conjoncture laitière. « À l’image de l’an dernier, un grand écart de valorisation entre les matières grasses et les protéines du lait devrait se maintenir tout au long de l’année 2018 », résume-t-il.

Une croissance de la production européenne plus modérée

Dans ce contexte, l’évolution de la production dans les principaux bassins de production et l’équilibre entre l’offre et la demande sera déterminant dans l’évolution des prix du lait payés aux producteurs ces prochains mois. Et, comme l’indique Benoît Rouyer, « la production laitière évolue de façon contrastée dans les deux principaux bassins exportateurs mondiaux » : baisse de plus de 3 % de la production laitière néo-zélandaise entre décembre 2017 et février 2018, mais « production assez dynamique en Europe », en hausse d’un peu moins de 3 % sur les dix derniers mois.

En Nouvelle-Zélande, « cette tendance baissière devrait a priori se maintenir jusqu’à l’été ». En Europe aussi, la croissance de la production devrait se maintenir, « mais selon un rythme plus modéré, au cours des prochains mois ». En France, la collecte, qui a augmenté depuis la fin du mois d’août 2017, devrait continuer à converger avec le niveau de l’an passé.

Selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache, toutes primes et toutes qualités confondues, et donc qui intègre non seulement le lait conventionnel mais aussi le lait biologique et le lait destiné à la fabrication d’AOP était en moyenne de 339 €/1 000 l au mois de janvier 2018.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 10 RÉACTIONS


michel billaud
Il y a 103 jours
un peu comme la ligne d horizon ,on la suit ,on la suit ... mais pour la rattrapper ,dur dur ,puisqu elle avance au fur et a mesure!
Répondre
Dominique Yves Ego via Linkedin
Il y a 103 jours
Prévision d'un gain de rentabilite sur le #prix_du_lait, une projection d'embellie à suivre.....
Répondre
michel billaud
Il y a 110 jours
"Selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache, toutes primes et toutes qualités confondues, et donc qui intègre non seulement le lait conventionnel mais aussi le lait biologique et le lait destiné à la fabrication d’AOP était en moyenne de 339 €/1 000 l au mois de janvier 2018."

qui voudrait bien m expliquer la coherence de cette phrase (reprise dans la video!) ?
Répondre
titian
Il y a 110 jours
Pour info converti en MP et MG (%:g/kg) notre base TP et TB (g/L) correspond à 33 et 39,2.
Répondre
pipo1er
Il y a 110 jours
vous plaignez pas en Belgique 280 e prix de base a 42mg et 34prot pour janvier et fevrier
rq avant on avait parfois de nos fournisseur ou acheteur une calculette comme petit cadeau de fin d annee réfléchissez quand vous avez eu la derniere....il n oseraient plus en donner a l heure actuelle
Répondre
Chrislait
Il y a 110 jours
Notre "chance"cette année est que le pic printanier est /sera modere au vu de la pousse d'herbe actuelle !!!!!!!
Répondre
Jmb67
Il y a 110 jours
Avec un second trimestre autour de 300 le semestre suivant peut monter, mais la moyenne annuelle restera en dessous de 310 à 38 32 pour 2018, belle perspective d'avenir, mais les investissements continue dans les campagnes, c'est que les prix doivent convenir.
Répondre
titian
Il y a 110 jours
Il convient juste d'entretenir l'espoir et la naïveté chez les extracteurs de minerai.
Répondre
gillesdu01
Il y a 110 jours
Il est certain qu'après avoir touché le fond il est une amélioration possible , pour inciter les éleveurs à produire , c'est le jeu des indus , mais amélioration ne signifie en aucun cas un juste prix .
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 110 jours
Peut-être ben que oui peut-être ben que non il est payé cher pour dire ça ?
Répondre