Paroles de lecteursRetour sur la pénurie de beurre qui a marqué cette fin d'année 2017

| par | Terre-net Média

Il y a deux mois, le manque de beurre dans les magasins français faisait les gros titres des médias et le grand public se précipitait dans les rayons quasi vides des supermarchés pour faire des stocks. Revenons en cette fin 2017 sur cet événement, l'un des plus marquants de l'année agricole écoulée, à travers les commentaires d'articles des lecteurs de Web-agri. Tous ou presque accusent les grandes surfaces d'avoir créé artificiellement cette situation pour spéculer et augmenter leurs marges. Mais si elles continuent à jouer ce jeu-là, la lait pourrait venir à manquer, menacent certains d'entre vous.

paroles de lecteurs penurie de beurre « Les producteurs ont raison de dénoncer l'intox des GMS mais vont-ils être mieux payés pour autant ? », se demande Steph72. (©Terre-net Média)

Patrice Brachet : « À quand la pénurie de produits laitiers ? J'ai hâte que cela arrive, pas vous ? Alors, on sera plus des méchants pollueurs mais des gens fréquentables ! »

Oups : « On voit bien que les quotas laitiers servaient à quelque chose et que depuis le 1er avril 2015, c'est un peu la Bérézina. Quand on manquera de beurre, de lait, de viande, etc. et que tout le monde crèvera de faim, on n'entendra peut-être plus dans les médias que nous passons notre temps à polluer la planète !!! »

Steph72 : « Avec leurs prix toujours plus bas, les industriels et les grandes surfaces dégoûtent les producteurs, de plus en plus nombreux à arrêter. Que les industriels continuent à tirer sur les prix et c'est du lait qu'il va manquer ! »

Tontonlou : « Il n'y pas de beurre, mais on trouve de la crème. Faut faire marcher les barrâtes... »

The germs : « Le pire, c'est qu'il n'y a même plus de marché offre/demande, on en est même totalement déconnecté... Regardez le beurre : le marché mondial flambe, mais les distributeurs refusent de répercuter la hausse, et créent la pénurie... ça en dit long sur le "marché". Aujourd'hui, le prix mondial et le marché ne veulent plus rien dire. Si les distributeurs estiment qu'un produit est trop cher, ou si leurs marges sont trop faibles, ils ne référencent tout simplement plus le produit... Pareil pour les coops ou les privés : dès qu'il s'agit de payer, ils trouvent une excuse pour te tailler ta facture, ou ils te demandent de nouvelles conditions qualité... Nous en lait, on est pénalisables à 250 000 cellules pendant que le lait allemand, payé actuellement plus cher au producteur, peut en contenir 400 000... On n'a pas fini d'être esclaves ! »

Geoblack : « N'importe quoi ! Le manque de beurre est lié au fait que la grande distribution n'accepte pas de payer ce produit au prix où il est. Elle préfère créer artificiellement cette pénurie pour pouvoir justifier une augmentation de prix auprès des consommateurs. Privés de beurre, ces derniers se ruent sur celui-ci sans regarder le prix. Ainsi, les grandes surfaces accroissent leurs marges sur le dos des producteurs laitiers, dont le lait n'est pas payé plus cher. Complètement révoltant !!! »

Tout n'est que spéculation !

Babast50 : « L'exemple du beurre est l'illustration parfaite du jeu que jouent les transformateurs et les distributeurs. Ils stockent tout simplement le beurre dans leurs frigos et spéculent avec. »

Joseph : « M. le président de la FNCL, le problème ne vient pas du manque de compétitivité des exploitations laitières. Cela fait 40 ans que les coops, l'industrie et les grandes surfaces nous piquent tous nos gains de productivité ! Il serait bon de stopper ça, non ? Restructurez-vous, nous nous avons fait notre part. Que ces paroles viennent du président des coopératives laitières me fait bondir : il devrait normalement travailler dans le sens des agriculteurs. »

Steph72 : « Les producteurs ont raison de dénoncer l'intox des GMS mais vont-ils être mieux payés pour autant ??? »

Patrice Brachet : « Ces mêmes GMS attaquent au tribunal 21 agriculteurs périgourdins parce qu'ils ont osé montrer leur ras-le-bol devant les touristes et les médias en août 2015. On crève à cause de ces gens-là et si on montre un peu trop les dents, ils nous envoient au tribunal ! »

Phil47 : « Du beurre, il y en a ! Ce n'est que de la spéculation. Encore une fois, le consommateur est le dindon de la farce. Hier, j'ai vu une cliente prendre pas moins de 8 kg de beurre dans un rayon loin d'être plein. Quand je lui ai demandé ce qu'elle comptait cuisiner avec tout ça, elle m'a répondu : "c'est pour le congeler". Elle était pourtant trop jeune pour avoir connu la guerre... »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article