Marché du porc bretonLe prix du porc en chute libre du fait de l'embargo russe

| par Mpb | Terre-net Média

Le cours moyen du porc est en baisse de 3.4 cent ce jeudi 13 février et atteint 1,247 ¤.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI

Le prix du porc est sous influence directe et indirecte de l'embargo russe. Toutes les viandes destinées à la Russie (25 % des exportations totales de l'UE) se retrouvent disponibles pour les marchés européens. Soit elles contribuent à gonfler les stocks congelés, soit elles pèsent sur le prix des pièces concernées par des disponibilités supplémentaires.

Les négociations entre la Commission européenne et la Russie s'enlisent, manifestement la Commission n'a pas conscience de l'ampleur des dégâts et de l'urgence de trouver un terrain d'entente avec son premier client à l'export.

Le cours du porc ne peut que baisser par excès d'offres de viande tant que les accords d'exportation ne seront pas renouvelés. La Commission européenne doit reconsidérer les efforts de traçabilité "né, élevé, abattu" réalisés par certains Etats membres et proposer des solutions dans ce sens aux Russes pour permettre de retrouver un commerce à la fois nécessaire aux exportateurs de l'UE et aux importateurs russes.

Cours du porc sur le Mpb au 13 février 2014.Cours du porc sur le Mpb au 13 février 2014. (©Mpb) 

Une étude sur la production de porcs en Europe, réalisée par les services de la prospective et de la statistique du ministère de l’Agriculture révèle que la France est à l’écart des bouleversements qui affectent l’ensemble de la filière depuis plus de dix ans.

La Pologne est en revanche devenue un acteur européen majeur avec une production et des exportations qui fleurtent avec celles de la France. « Les importations polonaises de viande porcine, quasiment nulles au début des années 2000, ont très fortement augmenté au cours de la décennie. La Pologne importe principalement de l’Allemagne, du Danemark et de la Belgique. Dans le même temps, ses exportations ont suivi la même trajectoire.

Les principaux clients de la Pologne sont les pays de l’Europe de l’Est (Belarus, Ukraine, République tchèque, Slovaquie) ainsi que le Royaume-Uni et l’Italie. Ainsi, la Pologne, suite à son adhésion à l’UE, est très certainement devenue une passerelle ouvrant de nouveaux marchés à ses fournisseurs. Elle n’en est pas pour autant une seule plate-forme d’échanges : en effet, si la Pologne importe principalement de la viande non-désossée et désossée, elle exporte une quantité non négligeable de préparations à base de viande porcine. La Pologne est même le second exportateur européen de préparations de viande porcine derrière l’Allemagne ».

« La France est le sixième exportateur européen et le cinquième importateur de viande porcine ». « L’Espagne est le premier fournisseur de la France, suivie de l’Allemagne. Ces deux pays ont fortement augmenté leurs exportations vers la France (+ 146 % entre 2000 et 2012 pour l’Espagne et + 107 % pour l’Allemagne), contrairement aux autres pays fournisseurs qui ont diminué leurs ventes ».

En 2012, la production européenne de viande porcine – mesurée par les abattages – s’élevait à 22 millions de tonnes- équivalent-carcasse (tec). La même année, près de 8 millions de tec de viande porcine étaient échangées entre les différents pays de l’Union européenne et 2,4 millions étaient exportées vers les pays tiers. L’importation par les pays de l’UE de viande porcine en provenance des pays tiers est quasiment nulle (36.000 tec). Ainsi, en 2012, 35 % de la production européenne de viande porcine était échangée entre pays de l’UE, une proportion en augmentation puisqu’elle était de 29 % en 2005.

En 2012, l’Allemagne – avec 5,5 millions de tec – est le pays européen qui abat le plus de porcins, suivi de l’Espagne avec 3,7 millions de tec. Ces deux pays réalisent 41 % des abattages européens de porcins. Ils se distinguent en outre du reste de l’UE par une augmentation des abattages entre 2000 et 2012.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


billy
Il y a 1651 jours
j'ai se qu'il faut pour toi !!!
Répondre
billy
Il y a 2471 jours
je pense que l'élevage du porc est une bonne que j'ai personnellement envie de faire.mais les moyens me manquent,si je peux trouver des je serai vraiment content. (S0S...)
Répondre