Dossier Retour au dossier Prix du lait

Perspectives laitièresLa demande supérieure à la production soutiendra les prix ces prochains mois

| par | Terre-net Média

La croissance de la production laitière devrait être limitée en Europe ainsi que dans les principaux pays exportateurs durant les prochains mois, avant une potentielle amélioration à partir du second trimestre 2020. Pourtant la demande mondiale se porte bien et devrait être soutenue sur le court terme, et ce, malgré le ralentissement économique, d'après INTL FCStone. Ce qui devrait soutenir les prix durant les six prochains mois.

Vaches à la traiteLa production laitière devrait être limitée dans les principaux pays exportateurs. (©Pixabay) 

Vendredi dernier, INTL FCStone, une société de services financiers, a dressé son bilan sur le marché des produits laitiers, lors de sa conférence « Nouvelles perspectives sur les marchés laitiers ». 

« Les prix européens à la production de lait restent fermes et compétitifs sur le marché mondial », a commencé par souligner Stefan Nether, vice-président de la partie produits laitiers chez INTL FCStone.  

Malgré le ralentissement économique, la demande mondiale sera soutenue sur le court terme, selon l’entreprise. Par ailleurs, « la croissance de la production de lait est limitée. Ces deux éléments devraient soutenir les prix au cours des six prochains mois, avant de baisser durant le deuxième et le troisième trimestre 2020 ». Les niveaux de prix actuels devraient favoriser une bonne production pour les mois à venir, affirme le spécialiste.   

« Une croissance limitée de la production et une bonne demande devraient supporter les prix pour les six prochains mois », d'après la société. « Une croissance limitée de la production et une demande soutenue devraient soutenir les prix pour les six prochains mois », d'après la société. (©USDA, INTL FCStone Calculations and Forecasts)

UNe marge brute qui incite à produire plus

En effet, actuellement en moyenne en Europe, « la marge brute par litre de lait est plutôt bonne et devrait conduire à une production accrue, d'après l’expert. Lorsque la marge brute est très positive, cela incite les éleveurs à produire plus de litres de lait. À l’inverse, une marge brute insuffisante aura tendance à pousser vers une réduction de l’activité ».

Toutefois, « la France n’est pas forcément le pays ou on réagit le plus vite que ce soit pour produire plus ou pour produire moins, selon Stefan Nether. Durant les 30 mois avant la fin des quotas, les vaches françaises avaient tout de même réussi à produire beaucoup plus de lait. Mais en France, lorsqu’il faut « fermer le robinet », les éleveurs n’aiment pas trop réduire la taille de leur cheptel, explique l’expert ». Contrairement à d’autres pays anglosaxons par exemple, qui n’hésitent pas à adapter la taille du cheptel en cas de surplus de production de lait.  

« La marge brute par litre de lait est plutôt bonne et devrait conduire à une production accrue », selon INTL FCStone« La marge brute par litre de lait est plutôt bonne et devrait conduire à une production accrue », selon INTL FCStone (©EU Commission, USDA, Eurostat, FRED, CBOT, INTL FCStone Calculations and Forecasts) 

En Europe, le taux de matière grasse et protéique a été plus abondant que les années précédentes durant la période estivale, mais pour les mois à venir, il devrait s’aligner sur un niveau similaire à celui de 2018, selon l’expert. « Le taux de matière grasse et protéique qui sera tendanciellement moins important que pendant les mois d’été, nous amène à penser que la production finale (beurre, poudre de lait, fromage, etc.), va être plutôt limitée sur le quatrième trimestre de 2019 et le premier trimestre de 2020, et placer la production sur un niveau similaire à l’année précédente ».

Une hausse de production modérée dans les autres grands pays producteurs  

« Aux États-Unis, il y a une remontée du nombre de vaches laitières. Or, qui dit plus de vaches laitières dit plus de lait, alors la production devrait redémarrer à court terme, explique l’expert. Néanmoins, la croissance devrait être limitée ». 

Quant à la Nouvelle-Zélande, la croissance avait été assez forte l’année dernière, mais cette année, « on s’attend à une production néozélandaise plutôt moyenne, à peu près au niveau de l’année dernière ou en dessous. Tout simplement parce que l’année dernière a été une année plutôt exceptionnelle et il sera difficile d’égaler les bonnes conditions météo de décembre 2018 et janvier 2019, ce qui rend une croissance pour les prochains mois peu probable », indique Stefan Nether. 

En somme, la croissance de la production laitière des principaux exportateurs (Union européenne, États-Unis, Nouvelle Zélande, Australie et Argentine) semble plutôt limitée pour fin 2019 début 2020, mais elle devrait s’améliorer durant le deuxième et le troisième trimestre 2020. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 12 RÉACTIONS


Khady niang
Il y a 252 jours
Je veu fair élevages et agricole ,j ai besoin des machine ,pou tiré l lait et agricole
Répondre
Fink
Il y a 284 jours
La demande sera soutenue pendant les 6 prochains mois..., et patati et patata.., on verra rien comme d’habitud.puisque les industriels fabriquent de la poudre à tout va et on a 70000t de beurre d’avance.... notre lait étant payé sur l’indexation des 2 .Puis faut pas oublier que les industriels continuent d’importer du lait depuis l’irlande.... donc on verra rien !
Répondre
Patrice brachet
Il y a 287 jours
Nous c est la m..... trop mouillé 450mm en 2 mois du déshydraté on est passé à la boue D ici ce soir on va peut-être semer 7 ha quand aux dérobées elles sont magnifiques et on les admire en passant à côté mais c est tout ce que l on peut en faire ; les regarder.
Répondre
hautot nicolas
Il y a 287 jours
je viens semer du méteil (il re annonce beaucoup d'eau).
couvert récolter cette semaine -30% volume.
tout les ray grass sont semer .j'ai épandu du lisier en octobre (entre les averse ) malgré la pluie je trouve que sa continue a pousser
Répondre
steph72
Il y a 288 jours
Semer des meteils avec des pois d'hiver au printemps
Mais la récolte va etre en juin,les mais vont etre semés tard!
J'ai pas de meteil de semé non plus !
Mes couverts sont levés mais pas le seigle forestier ( trop humide?)

Sinon c'est moins de lait et plus de taux (+2pts en tp et 1,5 pts en tb)
Répondre
Jmb67
Il y a 288 jours
Dans le Sud Est aussi très compliqué beaucoup de semis non réalisé, l'année passé j'ai réalisé un semis de méteil en février et récolté début juin a la sortie 5 tonnes de MS en enrubanage. Cette année je prévois dans refaire, avoine et pois de printemps.
Répondre
Fabien 53
Il y a 288 jours
Je pense que tu peux encore semé tes meteils si on a un printemps précoce ça peut le faire
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 288 jours
Jonathan nous on tente demain à la volée enfouissement dechaumeur léger. Je pense qu avec de l avoine et trèfle squarosum et michelli et où vesce on peut aller jusqu’à début d année après c est plus compliqué pour faire un maïs derrière
Répondre
Jonathan
Il y a 288 jours
Moi en Ille-et-Vilaine, Stock de maïs trop juste mais qualité correct, pas de stock d'herbe, aucun dérobés n'a pu être récolté, comment vont-ils êtres au printemps ?????. Aucun méteil de semé (je pense qu'il est trop tard) qu'en pensé tu Patrice ?
Et pour finir pas un grain de orge/blé en terre.
Il faudra un super printemps.....bref c'est la
CATASTROPHE.
Répondre
Fabien53
Il y a 288 jours
Dans mon secteur c'est moins de lait taux plus élevé.pour le prix on ne sait pas encore!!! Dans l'année 2020 ça sera baisse de productions pas par le manque de fourrage.chez nous les dérobée sont semé. La baisse se fera par l'arrêt de la production de lait dans beaucoup d'exploitation. Je pense que pour la France la production baissera en 2020
Répondre