Dossier Retour au dossier Prix du lait

Paroles de lecteurs350 ¤/1 000 l de lait, 323 ¤, 313 ¤ : qui dit moins ?

| par | Terre-net Média

Plus que le manque de transparence sur le prix du lait, pointé par Agritel sur Web-agri il y a une dizaine de jours, c'est sa faiblesse qui indigne les lecteurs. 350 ¤, 323 ¤, 313 ¤ : les enchères sur le niveau auquel les mille litres sont payés aux éleveurs sont ouvertes... à la baisse !

paroles de lecteurs web agri prix du lait « Le bout du tunnel est encore très loin, on n'est pas prêts d'avoir un prix du lait rémunérateur ! », estime toutou.(©Terre-net Média)

Massol estime effectivement que « c'est la roulette russe !!! »

grrr ajoute : « (...) Les éleveurs ne sont pas informés du prix du lait a posteriori mais avant le premier jour du mois selon les règles en vigueur, sauf en cas de ristournes "éventuelles" annuelles des coopératives laitières ou pour les laiteries qui prennent leurs aises...  »

« La roulette russe »

En ce qui concerne le prix du lait lui-même, selon toutou, « dans beaucoup de cas, il se situe autour de 350 €/1 000 l, avec rémunération ou pas... » « On fait comment pour vivre ? », demande-t-il. « Sur 10 ans, il y a deux années moyennes et 8 mauvaises. Même si de nombreux producteurs arrêtent le lait, il y en encore trop sur le marché  ! Donc le bout du tunnel est encore très loin, on n'est pas prêts d'avoir un prix rémunérateur et en attendant les charges (alimentation, véto, matos) augmentent !! », déplore-t-il.

Autour de 350 €/1 000 l, avec rémunération ou pas... 

« On fait comment pour vivre ? »

« Il y a peu, j'ai fait la moyenne des 10 dernières années, c'est plutôt 323 € avec les taux !, lance Chris.

Jason, lui, a calculé en 2017 « la moyenne sur 15 ans ». Résultat : « 326 €. » « Vu votre calcul, @Chris, la tendance est à la baisse, ce qui n'est pas le cas des intrants malheureusement... »

Trop de lait sur le marché, même si beaucoup d'éleveurs arrêtent ! 

Pour Seb, c'est encore moins : « 313 €. » « Comment fait-on pour vivre ? », répète-t-il, confirmant : « En Gironde, tous les éleveurs cessent la production laitière ! ».

« T'as qu'à faire comme moi : arrêter et changer de métier ! »

« Tu as raison @Seb, répond Lolo. Mais tu fais quoi quand tu arrêtes ?? », enchaîne-t-il.

Quelle vision d'avenir !

« Tu changes de métier, @Lolo, comme moi, pas le choix !, rétorque Terminé. Après, certains agriculteurs, qui passent leur temps à se plaindre, écrasent tout de même leurs voisins !! Les crises laitières se succèdent et rien ne change. Les producteurs pleurent mais ne font rien. Pire, ils ne sont pas du tout solidaires. Pourtant, ils aggravent ainsi leur propre situation. Les arrêts et les liquidations d'exploitations laitières continuent dans l'indifférence la plus totale. On tue l'élevage !!! Marché à terme ou pas, avec des prix d'il y a 40 ans, on va dans le mur ! C'est la même chose en céréales d'ailleurs !! Quelle vision de l'avenir avec des prix aussi faibles ?? (...) Sauf pour les entreprises de l'amont et l'aval de la filière laitière et agricole en général, qui volent les agriculteurs en faisant des bénéfices plus gros qu'elles... »

Opacité sur les prix comme les débouchés...

The germs explique : « Le problème du prix du lait, c'est qu'il dépend de la valorisation derrière, c'est-à-dire si les transformateurs fabriquent des produits à forte valeur ajoutée ou non, et s'ils ont des débouchés ou non, etc. On peut produire tellement de choses avec un litre de lait qu'il est facile, pour les industriels privés ou les coopératives, de dire qu'ils valorisent peu le lait alors qu'ils le destinent à des filières haut gamme. »

Les laiteries trouveront du lait ailleurs !

Lolo conclut : « Quand les producteurs de lait auront tous disparu, les industriels et les consommateurs commenceront à réfléchir... »

Seb renchérit, fataliste : « Du lait, les laiteries en trouveront ailleurs ! »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Céline CLEMENT
Il y a 100 jours
Désolée grrr, c'est corrigé.
Répondre
grrr
Il y a 101 jours
mise au point :
mon "c'est faux " ne s'appliquait pas aux propos de Massol , mais sur la rédaction de l'article même qui laissait supposer que les producteurs livrent leur lait sans en connaitre le prix
Répondre