Marché du porc bretonNouvelle suspension des cotations

| Afp

Rennes, 8 oct 2015 (AFP) - Les cotations ont une nouvelle fois été suspendues jeudi matin au Marché du porc breton (MPB) de Plérin (Côtes-d'Armor) alors que deux acheteurs, la SA Bernard et la SA Charles (groupe Jean Floc'h) étaient absents, a-t-on appris auprès du MPB.

La cotation au marché est suspendue au moins jusqu'à jeudi prochain, a-t-on indiqué de même source. Un conseil d'administration du MPB, la structure de régulation des cours du porc qui sert de référence au niveau national, s'est tenu dans l'après-midi. Cette nouvelle défection, la troisième depuis l'été d'un des principaux opérateurs du marché, marque un nouvel épisode de la crise qui secoue la filière.

Ces retraits constituent « un jeu dangereux qui fausse la concurrence à l'égard des outils d'abattage qui participent à l'établissement du prix MPB au profit de tous les éleveurs », a déploré dans un communiqué le Comité régional porcin (CRP) qui réclame toujours l'étiquetage de l'origine de la viande, qu'elle soit française ou étrangère. « Les discussions visant à réformer le MPB n'ont pas abouti à ce jour », a déploré le CRP.

Le refus, en août, de deux des principaux acheteurs de porcs, la coopérative Cooperl, et le groupe Bigard/Socopa (abattage et transformation) de payer le porc à 1,40 euro le kilo, le prix fixé pour les éleveurs par le gouvernement, suivi de leur retrait du marché, avait déjà suscité une vive tension et l'interruption des cotations. A eux seuls, ces deux opérateurs représentent environ 30 % des achats. Après leur départ, les cotations avaient repris mais les abattoirs non liés à la grande distribution ne dissimulaient pas leurs réticences à respecter le prix fixé en juin par le gouvernement, trop élevé à leurs yeux pour supporter la concurrence européenne.

Le 24 septembre, la crise avait rebondi, avec une nouvelle suspension des cotations, après que la section porcine d'une puissante fédération d'éleveurs, l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) eut renoncé au prix minimum de 1,40 euro qu'elle avait pourtant exigé pendant des semaines. « Si on continue dans cette voie, avaient alors expliqué les responsables de l'UGPVB, les opérateurs n'y viendront plus, il n'y aura plus de marché ».

Ce retournement avait entraîné le départ du président du MPB, Daniel Picart, qui avait dénoncé une « trahison ». Les cotations avaient repris quelques jours plus tard après l'élection d'un nouveau président, François Pot. Lors de la dernière cotation lundi, le cours du porc était redescendu à 1,301 euro le kilo.

On ignorait jeudi si l'absence des deux abattoirs du groupe Jean Le Floc'h (CA de 440 millions d'euros), basé à Locminé (Morbihan) présageait de leur retrait définitif du MPB.

A part ces deux opérateurs, il ne reste plus aujourd'hui que trois acheteurs au MPB, l'abattoir Abera, qui appartient au groupe Avril (ex-Sofiproteol) présidé par le président de la FNSEA Xavier Beulin, et deux représentants de la grande distribution : Josselin Porcs abattage (Intermarché) et Kermené (Leclerc).


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article