Filière laitière et négociationsDes hausses consenties de 3 à 4 % pour 2018 par rapport à 2017

| AFP

Les négociations commerciales entre la grande distribution et les industriels laitiers ont permis à ces derniers d'obtenir des hausses de tarifs qui devraient se répercuter sur les revenus des éleveurs, ont affirmé mardi les producteurs de lait de la FNPL.

Marie-Thérèse Bonneau, Thierry Roquefeuil et André Bonnard, les trois leaders de la FNPL, en septembre 2017.Marie-Thérèse Bonneau, Thierry Roquefeuil et André Bonnard, les trois leaders de la FNPL, en septembre 2017. (©Terre-net Média) « Aujourd'hui, aucun distributeur ne propose d'acheter moins cher les produits laitiers en 2018 qu'il ne les a payés en 2017. C'est un fait », a indiqué André Bonnard, secrétaire général de la Fédération des producteurs de lait (FNPL), lors d'une conférence de presse au Salon de l'agriculture à Paris. « La fédération des producteurs de lait n'est pas dans la négociation, nous ne sommes qu'observateurs attentifs car cela a une conséquence directe sur le revenu des producteurs », a-t-il précisé. « Les négociations commerciales dans la filière laitière visiblement ne se sont pas déroulées tout à fait dans le même état d'esprit que dans les autres filières », souligne André Bonnard, évoquant un « effet États généraux ».

« Du mieux dans les négociations » selon la FNPL devrait se traduire par des hausses de prix pour 2018. En moyenne et hors produits frais, les hausses consenties tourneraient autour de 3 à 4 % pour 2018 par rapport à 2017.

L'augmentation des tarifs par les distributeurs devrait améliorer les conditions de rémunération des producteurs de lait, « en tout cas, les industriels n'auront plus l'argument de dire qu'ils n'ont pas touché de l'argent de la part des distributeurs », assure le secrétaire général de la FNPL, qui sera « extrêmement vigilant à ce que cette augmentation des tarifs ne se traduise pas par une augmentation des marges des industriels mais bien qu'elle soit partagée entre producteurs et industriels ».

Une valeur socle de 350-360 €/1 000 l « largement atteignable »

Selon lui, notamment pour les grandes marques nationales, une valeur socle de 35-36 centimes le litre au producteur, pour du lait de qualité A en 38/32, est « largement atteignable ». Ceci dit, les contrats industriels-distributeurs n'étaient pas encore tous signés, 24 heures avant la fin officielle des négociations. « Ceux qui n'ont pas encore signé sont ceux qui ne sont pas d'accord avec les niveaux de hausse  », explique le syndicaliste, ciblant notamment Carrefour, « le plus mauvais joueur cette année  ».

« Après, les niveaux de hausse qui sont acceptés par les distributeurs sont assez variables selon la quantité de matière grasse contenue dans les produits », précise le secrétaire général de la FNPL, car « plus le produit contient de la matière grasse, plus les hausses sont importantes, la pénurie de beurre qu'on a connu l'année dernière étant passée par là ». « Il est très probable qu'on connaisse à nouveau une pénurie de beurre cette année du fait des productions mondiales de beurre qui ne sont toujours pas en hausse », a-t-il ajouté.

Malgré un « effet États généraux » dans les négociations sur les produits laitiers, c'est toujours la même question qui attend une réponse : combien reviendra aux éleveurs ?

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


BOU21
Il y a 97 jours
sI LE LAIT NE MONTE PAS EN JUILLET ON ARRETE LA PRODUCTION CA FAIT TROP LONGTEMPS QUE L ON POMPE NOTRE CAPITAL
Répondre
stan
Il y a 198 jours
A vrai dire on est pas défendu par les industrielles 320 euros on mange des nouilles tous les jours ! On a plus la force de travailler si on mange si peu a 350 on fait comment les propriétaire s vende leur terrain au plus offrant les genisses vont manger léger cette année sa risque de faire des traiteaux si le prix reste bas
Répondre
Malou01
Il y a 202 jours
Ah bon le lait qui monte ou ou ? Pas ici sevencia bressor Ain prix ce matin 230 plus les primes au mieux 300 alors mais il est où ou ce prix qui remonte ? C est qui les voleurs ?? Mettez vous d accord
Répondre
jean
Il y a 203 jours
3à4% de hausse du produit laitier prêt a consommer permettront ils une hausse de 8 à10% du prix du lait pour arriver au 350-360€ largement atteignable ???.avoir ce niveau de prix nous aiderait bien.
Répondre
balel
Il y a 203 jours
3 à 4% ! En admettant naïvement que ce soit répercuté à 100% aux agris et sur 100% du lait, ça fait 9 à 12 euros sur une base 300 euro/T.
C'est pas très ROQUE, ni BONO et encore moins BONNARD ! Il va quand même falloir un jour savoir pourquoi ces élus multi-casquettes vendent l'âme de leurs congénères à si petit prix.
Répondre
Jmb67
Il y a 204 jours
La tendance actuelle nous amène vers un prix de base sur l' année autour de 300 à moins que l'Europe trouve une solution pour la poudre
Répondre
tell14
Il y a 204 jours
l idee est de faire croire a une remontee des prix jusqu a la fin du salon puis apres...
rien !cela risque meme de plonger a partir de fin mars.
les stocks de poudre ont ils disparus?
Répondre
Jonathan
Il y a 204 jours
Chez savencia nous connaissons le prix jusqu'au mois de juin....avec la fin des négociations il y aura-t-il une répercussion sur le prix payé ???? J'en doute...
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 204 jours
Et l export! Chez nous 50a60%
Répondre
bou21
Il y a 203 jours
pour l'instant en mars on nous baisse le prix ;encore du foutage de gueule de la part de notre coop. apres la hausse du beurre encore une nouvelle hausse dont on ne verra pas la couleur !!
Répondre