Lait en poudreLes stocks de lait en poudre dans l'UE divisés par deux

| AFP

Les stocks de lait en poudre dans l'Union européenne ont été divisé par deux depuis les sommets atteints fin 2017 sans perturber le marché, resté stable, s'est félicitée vendredi la Commission.

La moitié du lait écrémé en poudre accumulé dans les stocks d'intervention publique depuis 2015, soit 190 000 tonnes sur 380 000, a été remise en circulation sur les marchés « sans les déséquilibrer et sans compromettre le redressement du secteur », affirme l'exécutif européen dans un communiqué. « Notre approche prudente porte ses fruits », a déclaré le commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan, cité dans le communiqué. « Il ne s'agit pas, en revanche, d'être complaisant. La production doit rester mesurée en tenant compte de la réalité des conditions du marché », a-t-il tout de même ajouté. L'intervention publique, gérée par la Commission européenne, « a joué un rôle important dans la stabilisation des marchés entre 2015 et 2017 en aidant à éliminer les excédents de production dans une situation qui était extrêmement déséquilibrée », rappelle la Commission.

Depuis fin 2016, une série d'adjudications a permis de remettre progressivement les stocks sur le marché. Selon l'Observatoire du marché du lait, les prix du lait écrémé en poudre évoluent sous le niveau public d'intervention (169,8 euros / 100 kilos) depuis un an, mais la situation « s'améliore un peu depuis mai ». Cette situation avait incité mi-octobre les ministres de l'Agriculture des 28 à prolonger la suspension du plafond d'intervention publique pour l'achat de lait en poudre, appliquée depuis mars.

Les prix du lait sont, quant à eux, sur une pente ascendante après un plus bas à 32 centimes le kilo en mai, atteignant en moyenne 35 centimes le kilo en septembre, selon le dernier rapport de l'Observatoire du lait. Les prix du beurre restent à des niveaux très élevés, à plus de 5 000 euros la tonne depuis six mois, et les prix du fromage se maintiennent à de « bons » niveaux, selon la Commission, malgré une légère hausse des stocks chez les producteurs. La production de lait, qui a été encore élevée au premier semestre, devrait s'afficher en hausse « modeste » de 0,8 % pour l'année 2018, prévoit la Commission.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article