Indice InseeLes prix agricoles à la production progressent de 4,6 % entre avril 2018 et 2019

| par | Terre-net Média

Sur un an, les prix agricoles à la production augmentent de + 4,6 %, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), grâce principalement à la hausse des prix des pommes de terre et, dans une moindre mesure, des céréales (+ 10,1 %), notamment du blé en raison d'une bonne demande de l'Afrique du Nord et des excellentes perspectives de récolte.

En recul depuis deux mois, de - 4 et - 5,8 % respectivement, les prix des céréales enregistrent une légère progression en avril 2019 par rapport à mars (+ 0,4 %) selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). En blé tendre en particulier, ils augmentent de + 0,4 % en un mois, après deux replis marqués en mars (- 4,6 %) et février (- 4,9 %). « Ce petit rebond résulte de plusieurs facteurs : les prix sont soutenus par le dynamisme de la demande, en provenance notamment d'Afrique du Nord, et en parallèle par les perspectives de production très élevées en céréales », détaille l'organisme dans un communiqué. Ainsi, les prix agricoles poursuivent leur hausse en avril 2019 : + 4,6 % en un an, après + 2,9 % en mars et + 4,3 % en février.

evolution du prix des cereales entre 2014 et 2017 InseeÉvolution du prix des céréales entre 2014 et 2017. (©Insee)

En maïs, les prix continuent en revanche de baisser (- 1,9 %) suite aux prévisions de récolte encourageantes. Ils avaient en effet déjà reculé de - 3,9 % en mars. Quant aux oléagineux, les prix progressent un peu (+ 1,1 %) alors qu'ils s'étaient légèrement repliés en mars (- 1,5 %). Concernant le colza par exemple, les prix connaissent une augmentation de + 1,3 %, « suivant la tendance des oléagineux outre-Atlantique, en particulier du soja américain et du canola canadien, et celle des cours du pétrole ». En pommes de terre enfin, les prix bondissent de + 67,9 % comparé à avril 2018.

+ 6,6 % pour le prix du lait en mars

Pour ce qui est des productions animales, les prix des gros bovins montent faiblement sur un mois (+ 0,3 %) et affichent une relative stabilité depuis fin 2017. Ceux des veaux régressent par contre de - 9,4 %. Le prix du lait de vache grimpe de + 6,6 % en mars et avait déjà rebondi de + 2,3 % le mois précédent. Une embellie qui s'explique par la diminution de la collecte laitière consécutive à la sécheresse de l'été dernier et au manque de fourrage.

Retrouvez le Paroles de lecteurs sur le prix des veauxLe mot « veau » vous fait partir au quart de tour tant les prix sont faibles !
Que représentent ces pourcentages ?

Pour rappel, ces chiffres correspondent à « des indices qui mesurent l'évolution des prix des produits agricoles à la première mise sur le marché, et sont publiés en base et référence 100 en 2015. Ceux qui présentent une saisonnalité sont corrigés des variations saisonnières ». Vous pouvez consulter la méthodologie en ligne sur le site internet de l'Insee.

« Les indices des prix d'achat des moyens de production agricole (Ipampa) suivent l'évolution des prix des biens et services utilisés par les exploitants dans leur activité agricole. Ils ne sont pas corrigés des variations saisonnières.

Au niveau de l'indice des moyens de productions agricoles (Ipampa), les consommations intermédiaires et les biens d'investissement varient peu par rapport au mois dernier. Entre avril 2018 et 2019, ces deux éléments progressent respectivement de + 3,5 et + 2,8 % du fait, pour le premier, de l'augmentation des prix de l'énergie (+ 4,7 %), de l'alimentation animale (+ 5,8 %) et surtout des engrais et amendements (+ 8,3 %) et pour le second paramètre, des investissements plus importants en tracteurs (+ 4,8 %), machines de récolte (+ 3,6 %), matériel de culture (+ 2,4 %) et véhicules utilitaires (+ 2,2 %).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article