Dossier Retour au dossier Prix du lait

Campagne laitière 2013/2014Les mille litres de lait payés 358,6 ¤ en octobre

| par | Terre-net Média

La collecte de lait de vache, en hausse de 4 % sur un an en France, est tirée vers le haut par des prix de plus en plus rémunérateurs. Corrigée de la matière grasse, elle restait cependant, selon les estimations de fin octobre, en retrait de 5,2 % par rapport au quota national, soit un « déficit » de 774.000 tonnes, selon le ministère de l'Agriculture.

Manège de traiteLa production laitière mondiale n’augmente pas suffisamment pour reconstituer un niveau minimal de stocks.(©Terre-net Média)

Le mois de novembre se poursuit sur la même lancée que le mois précédent avec une collecte de lait supérieure à 4 % par rapport à la même époque un an auparavant. En semaine 45, la progression était même de 5,1 %.

Le redressement de la collecte perceptible dès l’été dernier alors même que cette période n’est pas favorable à la production, se confirme. Mais les producteurs ne semblent pas avoir le cheptel suffisant pour produire plus que fin 2011, époque à laquelle le volume de lait livré était au plus haut.

Ce sont les régions du Grand Ouest, mais aussi la Lorraine et le Massif  central qui tirent la production à la hausse tandis que l’Aquitaine ou encore la Bourgogne restent déficitaires par rapport à l’an passé.

Un prix moyen de 341,14 euros sur 10 mois

Les prix sont le moteur de cette reprise tant attendue après une année 2012 pendant laquelle ils étaient faibles. Dans son dernier bilan mensuel paru le 3 décembre, FranceAgriMer souligne que les mille litres de lait ont été en moyenne payés 358,61 € au mois d'octobre (toutes qualités confondues, prix ramené à un lait standard). Depuis le 1er janvier 2013, le prix moyen s'établit à 341,14 €, proche du record de 2008 selon la fédération nationale de l’industrie laitière (Fnil). Mais le seuil des mille litres à 350 € revendiqué par la la Fnpl (section lait de la Fnsea) n'est pas encore atteint.

« Contrairement à beaucoup d’autres matières premières agricoles (céréales, soja, café, huiles) dont les cours baissent en 2013, les cours mondiaux des produits laitiers ne cessent de progresser : + 23 % pour le beurre, + 36 % pour la poudre de lait écrémé, + 47 % pour la poudre de lait entier, + 14 % pour le fromage cheddar (variations sur un an à fin novembre - source Usda) », souligne la Fnil dans un communiqué paru le 3 décembre. Et « pour 2014, tous les indicateurs avancés sur les marchés indiquent qu’un nouveau record de prix du lait sera battu ». Ce qui ne sera pas sans répercussion sur les prix à la consommation.

Il revient en fait « à tous les acteurs de la filière laitière française de prendre leurs responsabilités face à une situation qui, sinon, pourrait avoir des conséquences catastrophiques », prévient la Fnil.

Les cours des produits laitiers continuent de progresser dans toute l’Europe et montent à des niveaux record tandis que la production laitière mondiale n’augmente pas suffisamment pour reconstituer un niveau minimal de stocks.

Evolution mensuelle de la collecte de laitEvolution mensuelle de la collecte de lait. (©FranceAgriMer)

Outre une conjoncture favorable, les meilleures conditions météo ont accéléré cette reprise. Corrigée de la matière grasse, la collecte de lait de vache estimée fin octobre en France resterait cependant en retrait de 1,8 % par rapport à l’an passé et de 5,2 % par rapport à la référence nationale allouée, soit un « déficit » de 774.000 tonnes.

Pour rappel, en septembre 2013, la collecte de lait de vache progressait déjà de 4 % par rapport à septembre 2012. L’évolution du prix du lait et des aliments favorise la relance de la production, notamment dans les régions de l’Ouest (Basse-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire). En cumul depuis le début de la campagne 2013/2014, la collecte de lait de vache se retrouve fin septembre 2013 au niveau de celle de la campagne précédente (- 0,1 %).

Le taux de matière grasse relevé au mois d’octobre 2013 s’établit à 41,4 g/l. Sur les 10 premiers mois de 2013, il se stabilise à 40,82 g/l. FranceAgriMer constate aussi une stabilisation de la teneur en protéine du lait par rapport à l’an passé à pareille époque autour de 32,88 gr/l.

La production mondiale à la peine

Les grands pays producteurs de lait peinent à suivre la croissance de la demande malgré des productions laitières en forte hausse : + 3,3 % pour l’Union européenne en septembre, derniers chiffres connus par la Fnil et FranceAgriMer. Le Service de la statistique et de la prospective (Ssp) du ministère de l’Agriculture souligne que « la hausse de la collecte de lait de vache est davantage marquée dans les pays du Nord. La collecte augmente fortement aux Pays-Bas (+ 9 % en septembre 2013). Elle progresse également de 3,5 % en Allemagne et au Danemark ; ces derniers pays sont en situation de dépassement potentiel de leur quota. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article