Conjoncture laitièreLe stock européen de poudre, un boulet à la hausse du prix du lait à la ferme

| par | Terre-net Média

Selon le Cniel, le stock européen de poudre de lait écrémé, qui avoisine toujours les 380 000 tonnes, « scotche » le prix à un niveau très bas. Ce même stock « freinera un impact positif du manque de beurre sur le prix du lait » payé aux éleveurs.

S

elon le Cniel, « la conjoncture présente quelques éléments d’amélioration par rapport à la situation décrite au cours des deux derniers mois ». « Pour autant, tant que les stocks d’intervention resteront aussi élevés, à près de 400 000 tonnes, le prix de la poudre de lait écrémé restera scotché à un niveau très bas, et freinera l’impact positif du manque de beurre sur le prix du lait à la ferme », analyse Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, dans sa note de conjoncture laitière de mars 2018.

« Selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache, toutes primes et toutes qualités confondues, et donc qui intègre non seulement le lait conventionnel mais aussi le lait biologique et le lait destiné à la fabrication d’AOP, était en moyenne de 343 € /1 000 l au mois de décembre 2017. Ce prix occupe une position intermédiaire entre le point bas du printemps 2016 et les niveaux record atteints pendant l’année 2014 », explique le spécialiste.

(source: Observatoire européen des marchés laitiers)

Collecte en baisse en Nouvelle-Zélande, mais en hausse en Europe

« Le revirement de tendance concernant les prix sur le marché mondial est à mettre en liaison avec un recul de la production laitière en Nouvelle-Zélande sur les mois de décembre et de janvier. La sécheresse importante qui a sévi là-bas laisse à penser que la production laitière diminuera au cours du premier semestre 2018. »

« En revanche, la production laitière s’avère actuellement très dynamique en Europe et devrait le rester au cours des prochains mois. » En France, la collecte de ce début d’année 2018 se situe à un niveau supérieur à celui de 2017, avec une progression de l’ordre de 2 à 3 % sur les sept premières semaines. « La collecte actuelle reste, néanmoins, en dessous du niveau atteint au début de l’année 2016. »

« Les prix à la consommation pour les ménages en France évoluent également de façon disparate selon les familles de produits. En l’espace d’un an, le beurre affiche une progression de 14 %. En revanche, les évolutions sont plus modérées pour les autres produits laitiers, avec des hausses de l’ordre 2 % pour le lait liquide, les fromages ou les yaourts. »

Evolution de la collecte laitière françaiseEvolution de la collecte laitière française (©Cniel)

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 6 RÉACTIONS


pipo1er
Il y a 196 jours
le pire ou la bonne nouvelle c est qu une grande partie de la poudre va devoir etre jetee car perime....
Répondre
choubaka08
Il y a 192 jours
C'est bien là le problème Tant qu'on sera minoritaire il n y aura pas de régulation des productions.En plus d'une volonté politique,il faut une volonté des paysans.Et c'est pas le cas .......pour l'instant!
Répondre
Capitaine
Il y a 192 jours
Choubaka08,c bien la rareté d'une matière qui fait son prix plus élevé.On vit dans le lait actuellement comme l'a vécue la production porcine dernièrement ou autrefois la volaille .Pareil pour les fruits et les légumes... Donc il manque la volonté politique d'outils à la régulation.l'emb est favorable à ce processus et j'ajoute que la Confédérati Paysanne l'est aussi et depuis très longtemps ! Le modef réclame quant à lui un prix payé à la ferme de 470€...n'oubliions pas les syndicats minoritaires ´merci
Répondre
choubaka08
Il y a 197 jours
Pour éviter ces montagnes de poudre mises à l'intervention et qui en plus ,coûtent au contribuable,la solution était de baisser la production européenne avant la surproduction.c'est ce que propose l'EMB à Bruxelles.le problème c'est les gens(il y a des paysans aussi) qui font du lobbying pour le contraire.ils veulent de la matière pour faire tourner leurs usines(peu importe le prix payé aux paysans). n' oubions pas que c'est la rareté d'un produit qui fait son prix!!
Répondre
steph72
Il y a 198 jours
C'etait le but de la suppression des quotas,avoir des excédents pour que le prix du lait ne remonte plus.
Devinez à qui ça profite.....
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 198 jours
Plusieurs pistes pour le stock on en fait payer une grande partie à la Hollande (ils ont fraudé) l autre on distribue aux ong pour la surproduction européenne et passagère il faut contenir les volumes mais il n y a aucune volonté Le jour ou le lait sera payé en tenant compte des omégas, du méthane et j en passe tout le monde se calmera mais d ici là la Seine aura débordé plusieurs fois car là aussi il n y a pas de volonté affichée ce n est pas le tout de faire des litres d eau qui inonde le marché mais faire de la matière utile de haute qualité Un jour( je ne serai plus là) il reproché aux producteurs d avoir vendu du lait pas terrible pour la santé humaine mais quand je l explique je viens d une autre planète Utilysons ce que l on produit chez nous en premier améliorons nos rendements et faisons fit du superflu !
Répondre