Conjoncture laitière« Le second semestre 2017 s'annonce dans un contexte beaucoup plus favorable »

| par | Terre-net Média

Selon Benoît Rouyer, économiste à l'interprofession laitière, le contexte laitier s'annonce plus favorable au second semestre 2017. Seule ombre au tableau : l'importance des stocks publics de poudre de lait écrémé, qui empêchera une reprise significative des prix.

(Cliquez sur la vidéo pour la démarrer)

« Les craintes d’une forte reprise de la production laitière s’estompent progressivement. Le marché de la matière grasse devrait rester déficitaire pendant toute l’année 2017 », explique Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, dans sa note de conjoncture mensuelle publiée fin avril.

« Le second semestre 2017 s’annonce dans un contexte beaucoup plus favorable. Mais l’importance des stocks de poudre de lait écrémé empêchera les prix de se redresser de manière significative. »

En fait, le prix du beurre continue sa flambée tandis que celui de la poudre de lait écrémé revient au niveau de prix d’intervention. « Le stock public de 350 000 tonnes de poudre de lait écrémé place les acheteurs dans une position attentiste et freine les échanges internationaux », poursuit-il.

Pourtant l’équilibre entre l’offre et la demande à l’échelle mondiale s’est nettement amélioré depuis l’été 2016. « La production laitière diminue non seulement en Europe, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande, confirme l’expert. Les Etats-Unis et la croissance ininterrompue de leur production font figure d’exception. »

Après une baisse sensible de la production pendant l’automne et l’hiver, la collecte française s’est redressée au mois de mars. « Le manque d’eau et la période de froid de ces dernières semaines devraient raboter le pic printanier de collecte. »

« Toutes primes et toutes qualités confondues, incluant ainsi le lait standard, le lait bio et le lait destiné aux produits AOP, le prix des 1 000 l était de 325 € en moyenne en février 2017. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


vendanges 2
Il y a 56 jours
il est certain que le prix du lait est trop bas le redire ne sert à rien
pourquoi est il si bas ?...je pense que c'est la seule question à se poser
les grandes surfaces tirent sur la ficelle pour toujours baisser ce prix
je n'ai pas la solution.........qui à la solution ?peut etre les producteurs eux mêmes?
je n'en sais rien..........en attendant je vois des jeunes mettre la clé sous ....la salle de traite........et le voisin de pres ou de loin se réjouir ...et reprend ...........
que faire ?arréter le lait..........les centre de gestion jettent les bras aux ciel
et pourtant pour beaucoup c'est peut etre la solution
pourquoi traire et perdre de l'argent ?...mieux vaut à la limite ne rien faire
je vois des chomeurs qui vivent tres bien.........et il y en aura toujours plus
n'en déplaise aux petits nouveaux dirigent qui selon les médias on aurait serré la main à trump d'une façon virile pou tenter de lui faire peur?
pas un cheveux de tump n'a bougé ne tombons pas dans le ridicule
sachez que seul les états unis ont une production laitière qui ne cesse d'augmenter
soyons réalistes et sohaitons que le pessimiste que je suis devienne...............
optimiste..............j'en doute ................saluts...........................

Répondre
stan
Il y a 74 jours
vous avez cassé le marcher avec les tours de poudre de lait on voit le résultat les prix du lait gagne quelques centimes au lieu des 50 centimes alors qu'il devrait étre a 400 euros /1000 litres , les grandes surfaces en profite les coopératives sauf les éleveurs ! la compétivité retombe toujours sur les producteurs c'est pas normal ! l'état et un voleur de poules !
Répondre
malou01
Il y a 81 jours
encore un fois mais ou ou le prix du lait nous venons de recevoir ce matin le prix de mai chez bressor 220 euros plus environ 0.60 de primes ce qui ne fait même pas 300 euros les 1000 l c est qui les profiteurs surement pas les agris mais belle et bien sevencia qui ose dire que le prix du lait est trop élevé bien sur pour eux allez voir un peut leurs bénéfices par chez nous il y a des cessations quand cela va cesser hou hou la honte a vous qui laisser crever les paysans je suis indigné plus encolére !!! alors monsieur l économiste faite attention renseigner vous !!! c est facile assis sur une chaise !!!
Répondre
abderrahmane
Il y a 82 jours
Effectivement les cours de beurre continuent à la hausse depuis quelques mois , par contre les offres de beurre d'origines Ukrainienne et autres ont des prix compétitifs par rapport aux origines U.E et N.Z - U.S.A , donc comment peut on expliquer cette différence de prix et pourquoi les Ukrainiens ne profitent pas de cette flambé des cours de beurre en proposant les mêmes prix que ceux proposés par les pays de l'U.E .
Répondre