Marché du porc bretonLe prix du porc plombé par l'embargo russe

| par mpb | Terre-net Média

Ce jeudi 25 septembre 2014, le prix du porc à Plérin est en baisse de 3,4 cents et s'établit à 1,253 ¤.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI

En l'absence de débouchés extérieurs qui plombent le prix du porc dans le nord de l'UE (l'Allemagne a baissé de 4 cents ce mercredi), la pression est forte sur tous les marchés européens.

La viande étrangère pèse sur l'activité des abattoirs français dont l'activité baisse légèrement (base 358.000 et hausse de poids carcasse).

Dans ce contexte, les 52.000 porcs présentés au catalogue ont été négociés sur une base baissière avec des écarts de prix assez conséquents entre les lots selon les situations géographiques et selon le positionnement dans le déroulement de la séance.

La cotation espagnole est attendue avec intérêt. A priori, le cours suivra le mouvement de baisse. Les nouvelles valeurs de la viande européenne avec une parité intéressante euro / dollar, un cours du porc élevé aux Usa/Canada, devraient permettre de capter des marchés supplémentaires au grand export. Malheureusement, cela sera loin de compenser les conséquences de l'embargo russe.

Impatients, les éleveurs de porcs paieront-ils encore longtemps le manque de décision ? 

Dans un communiqué du 23 septembre, la Fédération nationale porcine interpelle le ministre de l’Agriculture « qui nous répète depuis des mois qu’il va redynamiser la production et la filière porcine française, parce qu’on a besoin d’elle pour l’économie du pays. Le même discours à chaque événement agricole : Terres de Jim, Space ces dernières semaines… Sommet de l’Elevage bientôt ! Mais où est le résultat ?! Nous demandons aussi à nos députés européens d’agir rapidement pour soutenir les éleveurs de porcs qui, les concernant, subissent l’embargo russe depuis fin janvier 2014. 9 mois désormais, il est temps d’accoucher de mesures adéquates pour notre secteur !

Quant au reste de la filière, elle ne peut laisser les éleveurs s’enfoncer dans le marasme. Tous les maillons, à leur niveau, et bien que la Fnp soit tout à fait consciente des difficultés que chacun subit dans son domaine, doit jouer la solidarité de filière. La baisse de l’aliment du bétail doit s’accélérer sans pour autant entraîner le cadran à la baisse. La mise en avant du Porc Français est quant à elle plus que jamais d’actualité.

Si les décisionnaires et autres personnes concernées ne sont pas capables de prendre rapidement leurs responsabilités pour que les éleveurs de porcs ne continuent pas de payer le coût d’un manque flagrant de décisions, ils ne manqueront pas, eux, de se mobiliser pour demander des comptes dans les jours qui viennent ».

 



Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article