Prix du laitLe prix du lait français remonte bien moins que dans les autres pays européens

| par | Terre-net Média

Certes le prix du lait payé en France était supérieur à celui payé chez nos voisins européens durant l'été 2016, soit au plus fort de la crise. Mais depuis, ce prix peine davantage à remonter chez les producteurs français.

La remontée des prix du lait payé au producteurs français est plus timide que dans le reste de l'UE, selon l'observatoire européen des marchés laitiers. La remontée des prix du lait payés aux producteurs français est plus timide que dans le reste de l'UE, selon l'observatoire européen des marchés laitiers. (©Terre-net Média)

L a reprise des cours des produits laitiers , même si elle reste jugée incertaine à moyen terme par le Cniel , est bien présente. Mais, au grand dam des éleveurs français, elle s’opère de manière bien plus réactive chez nos voisins européens qu’en France.

Aux Pays-Bas, la remontée des prix payés aux producteurs est impressionnante. Selon l’observatoire européen des marchés laitiers, sur le quatrième trimestre 2016, le prix a bondi de plus de  100 €/t, passant de 262,5 €/t en septembre à 375 €/t en décembre ! En Allemagne, le prix payé aux producteurs a aussi augmenté de 100 €/t depuis juin 2016, s’établissant en décembre 2016 à 331,4 €/t, soit 12 €/t de mieux qu’en France.

Toujours au regard des chiffres de l’observatoire européen, non seulement la reprise du prix du lait payé en France est bien plus timide qu’ailleurs, mais la facture moyenne a même baissé de 4,4 €/t entre novembre et décembre.

Prix du lait payé en Europe (en €/t)

Pour le premier trimestre 2017, les différents tarifs annoncés par les laiteries confirment la très relative embellie des prix. Savencia a annoncé par exemple un prix de 320 €/1 000 l pour janvier et février, flexibilité additionnelle comprise, et 310 €/1 000 l en mars. En Normandie, Agrial paierait le lait 310,7 €/1 000 l en janvier, puis 305,7 € en février et 300,7€ en mars. Lactalis Grand Est serait encore plus bas, à 298,29€/1 000 l flexibilité comprise.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


Agrial nous bouffe !
Il y a 6 jours
Vive agrial, des parts sociales pour être payé plus bas que chez Lactalis ! Qui dit mieux ?( 6% du ca lait, bientôt 11%)
Alors vive les coop !
Répondre
Patrick
Il y a 6 jours
Leclerc et Lactalis, ruinent l'agriculture Française qui les ont fait se développer, 2 marques et enseignes à boycotter
Répondre
steph72
Il y a 9 jours
Declaration d'un producteur qui a 50 ans
"En 1985 je vendais mon lait 36 cts en 2015 27,5
Les produits finis ont suivis l'inflation sauf les matières premières d'où les marges dans les gms et industriels
Si le lait avait suivi l'inflation il serait payé 53 cts, la chute du pouvoir d'achat des eleveurs et n'est pas compensé par les gains de productivité confisqués par l'aval.
Répondre
pipo 1er
Il y a 9 jours
en Belgique on est descendus presque un an a du lait a 20e et on est presque 2 ans a moins de 25 e de prix de base et les normes sont égales a plus sèvrent chez nous il ne faut pas se demander ce que l industrie et la grande distribution se sont engranger comme pognon car dans les magasins rien n a baisser
certaine laiterie commence a avoir peur qu il n ai plus asse de producteur dans le future car après les 45 65 ans qui traient pour le moment il n y auras plus personnes mais bon ils l aurons chercher
Répondre
Iago70
Il y a 12 jours
Il manque de beurre mais il y a des stock de poudre....
Répondre
Balel
Il y a 9 jours
Où vont les marges ? Tel est la question. Il faut commencer par aller le demander aux représentants des producteurs qui sont à la tête des coops. Car, si comme tu le dis, il y a une "bonne valorisation" via de grandes marques, ce sont soit des voleurs soit des incapables. Pour ce qui est des privés, ils suivent le tempo imprimé par les premiers cités.
Répondre
Balel
Il y a 9 jours
Je parle au niveau du prix de vente ! Pour ce qui est "des normes", il s'agit surtout de stockage d'effluents rentabilisables sur culture, les charges de structure sont à la discrétion de chaque éleveur (Qui t'a mis un revolver sur la tempe pour construire une "cathédrale" si tel est le cas ?) et le personnel en France, en production laitière, n'est pas légion. A force que hurler ces slogans en tête de cortège, ça finit par rentrer dans les cerveaux les mieux faits, ce qui est sûrement le cas pour le tien.
Répondre
Jonathan
Il y a 12 jours
Les mieux lotis.......regarde les normes, les charges de structures et de personnels!!!!!!!!!!!!!!!!
Répondre
steph72
Il y a 12 jours
Mais la France avec ses marques et sa bonne valorisation on en fait quoi???
Il suffit de regarder les marges des indus chez nous elles sont supérieures du à ses grandes marques...
Répondre
Balel
Il y a 12 jours
Depuis 2 ans, ce sont les producteurs français les mieux lotis en Europe. C'est indiscutable.
Répondre