Marché laitier« Le monde manque de lait »

| par | Terre-net Média

Selon Offre et demande agricole, la demande mondiale de produits laitiers est restée dynamique, particulièrement sur la matière grasse et à destination des pays asiatiques. A contrario, le marché de la poudre de lait écrémé, matière clé en Europe, est en panne. Sur ce seul produit, l'UE a exporté 1,2 milliard de litres de lait en moins par rapport à l'année dernière.

L’Europe a exporté 1,2 milliards de litres de lait en moins qu’un an auparavant pour la seule poudre de lait écrémé.L’Europe a exporté 1,2 milliard de litres de lait en moins qu’un an auparavant pour la seule poudre de lait écrémé. (©Terre-net Média)

Pour  le  mois  de  décembre  2016 par  rapport  à décembre  2015,  la  collecte  européenne de lait est  en  retrait  de  2,8 %  d’après  les chiffres  que la  Commission européenne vient de publier. « Sur l’année 2016, elle atteint 153,2 Mt, soit une augmentation de seulement 0,6 % », a expliqué Offre et demande agricole, lors d’un point presse sur le marché laitier mercredi 22 février 2017.

« À la mi-2016, la situation s’est complètement retournée. La demande mondiale accrue en matière grasse s’est heurtée à un manque de lait disponible non seulement en Europe mais également de la première région  exportatrice  mondiale,  l’Océanie  (Australie et  Nouvelle  Zélande),  qui  a  vu  sa  collecte  régresser également fortement. »

« Résultat,  les  cours  du  beurre  ont  bondi  de  50 %  en  moins  de  six  mois  pour  atteindre  4 500  €/t  en  fin d’année.  Grâce  aux  stocks  accumulés  tant  en  Europe  qu’aux  États-Unis,  la  hausse  a  été  limitée.  Cette hausse a permis à l’indicateur de la valorisation beurre-poudre (indicateur de la rentabilité de l’industrie laitière qui entre fréquemment dans le calcul de la paie de lait) de devenir positif après 18 mois passés dans le rouge. »

Au-delà  du  beurre,  la  demande  mondiale  de  produits  laitiers  reste  dynamique,  particulièrement  sur  la matière grasse (fromage en tête et beurre) et à destination de l’Asie (et non seulement de la Chine). À contrario, le marché de la poudre de lait écrémé, matière clé pour l’Europe, est en panne. La faute revient au cours du pétrole. Le manque à gagner chez nos principaux clients comme l’Algérie et l’Arabie Saoudite se ressent dans les commandes en forte baisse. En équivalent lait, l’Europe a exporté 1,2 milliard de litres de lait en moins qu’un an auparavant pour la seule poudre de lait écrémé.

420 000 t de poudre de lait en stock

Du coup, les stocks de poudre de lait écrémé ont été multipliés sur les huit premiers mois pour atteindre 420 000 tonnes en août dernier. Les tentatives de la Commission européenne pour les vendre au prix du marché sont vaines. Sur les marchés mondiaux, les produits laitiers, poudre de lait et beurre en particuliers, ont cédé du terrain en janvier. Cette accalmie n’est pas un trou d’air ou le début de la détente des marchés, mais simplement la conséquence de la trêve des confiseurs.

A l’autre bout de la planète, les enchères Fonterra confirment le niveau élevé pour le beurre. Et sur le marché allemand de Kempten, le prix du beurre est reparti à la hausse. Le cube de 25 kg se situe entre  3 900  et  4 200  €/t.  Les  cours  sur  le marché  à  terme  de  Leipzig  se  sont  stabilisés sur  l’échéance rapprochée, mais retrouvent ces jours-ci les plus hauts sur les échéances à trois ou six mois, soit 4 100 €/t.

Par ailleurs, les enchères organisées par le géant Fonterra ont abouti mardi 21 février à maintenir les prix du beurre tandis que ceux de la poudre de lait écrémé (- 3,8 %), de la poudre grasse (- 3,7 %) et ceux de la poudre  de  lactosérum  (- 12,8 %)  reculent  significativement  sans  mettre  en  cause  la  progression  des  prix depuis un an.

Ces hausses compliquent et perturbent logiquement les négociations annuelles avec la grande distribution qui doivent se conclurent dans une semaine, pour leurs produits en boulangerie, viennoiserie et pâtisserie. Heureusement, la GMS française n’est pas le principal client ! Près de la moitié de la production nationale française part à l’exportation et les prix du lait payés aux agriculteurs demandent à être valorisés dans une compétition internationale forte.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Patrick
Il y a 168 jours
et il en manquera de plus en plus surtout en France car Leclerc et Lactalis font tout pour démotiver les producteurs
Répondre
agri22
Il y a 174 jours
pipo pipo,
sodiaal annonce 285 € le lait B !! et on manque de lait ??????
Répondre
Agripicardie
Il y a 176 jours
Pipo Pipo
Sodiaal annonce 315 pour 2017
Que du bonheur !!!!!!!
Répondre
rigolo
Il y a 179 jours
c'est pour cela que les producteurs paies des pénalités dès qu'ils dépasse leurs contrats
Répondre
Chrislait
Il y a 180 jours
Le monde manque de lait ? On va pouvoir trouver un compromis parce que moi je manque cruellement d'argent..
.

Répondre