Dossier Retour au dossier Prix du lait

Conjoncture laitièreLe manque de dynamisme de la production devrait soutenir les prix

| par | Terre-net Média

Le marché des produits laitiers industriels reste contrasté, d'après Benoît Rouyer, économiste au Cniel. La production laitière européenne est en faible progression et la collecte française poursuit son redressement entamé depuis le mois d'août. Le prix standard du lait de vache conventionnel s'élevait à 343 ¤ les 1 000 l en septembre 2019, en augmentation comparé à l'année dernière, à date.

Cliquez pour lancer la vidéo.

Comme le mois dernier, le marché des produits laitiers industriels reste contrasté. Le prix du beurre poursuit sa baisse entamée depuis plus d’un an et se situe aujourd’hui autour de 3 700 €/t. « En parallèle, le prix de la poudre de lait écrémée augmente régulièrement depuis le printemps 2018 et dépasse aujourd’hui 2 500 € », a annoncé Benoît Rouyer, économiste au Cniel, dans sa note de conjoncture laitière mensuelle du 9 décembre 2019.

Retrouvez la dernière conjoncture laitière d'octobre 2019 > Une progression de la collecte stoppée par l'incendie de Lubrizol

343 € les 1 000 l en septembre 2019

FranceAgriMer a indiqué dans son enquête mensuelle laitière que le prix standard du lait de vache conventionnel se portait à 343 € les 1 000 l en septembre 2019, soit 6 € de plus que l’année précédente.

Prix mensuel du lait de vachePrix mensuel du lait de vache. (©Cniel/FranceAgriMer) 

Une production européenne en faible progression

La production laitière continue d'être peu dynamique dans les principaux bassins exportateurs mondiaux, avec une faible progression dans l’Union européenne et aux États-Unis sur les dix premiers mois de 2019, alors qu'elle diminue de 1 % en Nouvelle-Zélande.

Évolution de la collecte laitièreCourbes de la collecte laitière entre 2016 et 2019 en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis et dans l'Union Européenne. (©Cniel ) 

La production laitière française se redresse

En France, la production remonte depuis août 2019 et devrait continuer dans les prochains mois. « La collecte nationale devrait avoisiner, sur l’ensemble de l’année 2019, le niveau de l’année précédente ».

Évolution de la collecte laitière françaiseÉvolution de la collecte laitière française jusqu'à fin mi-novembre 2019 (©Cniel/FranceAgriMer)

Des prix à la consommation en progression contrastée

« Les prix à la consommation pour les ménages en France continuent de progresser pour l’ensemble des produits laitiers mais de façon contrasté selon les familles de produits laitiers. Le prix du beurre est celui qui a le plus augmenté, avec + 30 % depuis début 2017 et une progression de 6 % sur les 12 derniers mois, entre octobre 2018 et octobre 2019. « Les yaourts et les fromages affichent une augmentation de 2 à 3 % sur un an tandis que le prix du lait liquide progresse de 1 %. »

Pour conclure, Benoît Rouyer explique que, comme pour le mois précédent, « les fondamentaux en termes d’offre et de demande sont plutôt bien orientés », avec toujours un « manque de dynamisme de la production dans les principaux bassins exportateurs mondiaux » qui devrait soutenir les prix dans les prochains mois mais avec des variations qui devraient rester mesurées. D’après l’expert, « le Brexit et les menaces de rétorsions des États-Unis sur les produits laitiers français importés entretiennent en effet un climat d’incertitude qui pèse sur les marchés. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Capitaine
Il y a 45 jours
Patrice votre remarque est bonne mais sachant que 40% des fermes laitières ( ou polyculture élevage) sont au bord du gouffre et que 25% des fermes Allemandes ne couvrent pas leurs coûts de production chaqu’une va tenter de produire plus pour diluer plus!!! Et l’on connaît la suite...
Répondre
Patrice Brachet
Il y a 47 jours
Si on était raisonnable en Europe faudrait pas appuyer sur l accélérateur et les prix se tiendraient !!
Répondre