Conjoncture laitièreLe Cniel confirme de bonnes perspectives pour les produits laitiers en 2019

| par | Terre-net Média

Dans sa dernière note de conjoncture laitière, le Cniel confirme des perspectives 2019 plus favorables pour les produits laitiers industriels. Mais en Europe, le Brexit laisse quelques doutes.

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Selon le Cniel, le marché mondial des produits laitiers s’est stabilisé ces dernières semaines. « Le prix de la poudre de lait écrémé a peu évolué. Celui du beurre s’est stabilisé », précise Benoît Rouyer, économiste à l’interprofession laitière, dans sa note mensuelle de conjoncture.

Le prix du beurre s’est effectivement stabilisé à un peu moins de 4 500 €/t. Celui de la poudre de lait écrémé oscille entre 1 900 et 2 000 €/t.

Ces prix sont amenés à augmenter ces prochains mois, faute de production dynamique dans les principaux bassins exportateurs mondiaux. « La sécheresse freine la production des pays du Sud », notamment en Nouvelle-Zélande, en Australie et en Argentine. En Europe, la production a retrouvé, en février 2019, son niveau de l’année précédente. En France, il a fallu attendre le mois de mars. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Capitaine
Il y a 223 jours
C normal chris il faut régurgiter aussi l’impact des milliers de T de poudre qui ont étés subventionnés à l’exportation et ceux-ci oscillent entre 200 et 300000tonnes.Ceux qui règlent la note sont ceux qui ont aussi produit ce surplus de lait. Mais de façon injuste .En lait de chèvre c l’inverse, les industriels recherche 25 millions de l . Et les éleveurs sur l’exercice dernier affichent des prélèvements privés /uth de 30000€. C bien la preuve que lorsqu’on maîtrise les volumes ça porte ses fruits. Pareil pour les betteraves et le sucre...Aussi (pour le lait de vaches) les actes d’achats de produits laitiers des 38-44 ans envers les enfants de 1 à 5 ans est en nette diminution, ce n’est pas un bon signe pour nous...
Répondre
Chris
Il y a 224 jours
Pour l'instant, 340 € tonne, y a rien de de transcendant !!!!
Répondre
Jonathan
Il y a 224 jours
C'est sûr j'espère bien une pénurie de lait au niveau mondial. Le stock de poudre faisait baisser le prix peut-être qu'avec une pénurie ils se décideront a nous le payer.
Répondre
Capitaine
Il y a 224 jours
Laissons faire la pénurie de production , elle nous permettra des prix rémunérateurs sur le long terme.
Répondre