Dossier Retour au dossier Prix du lait

Conjoncture laitièreLa production laitière augmente mais les marchés restent incertains

| par | Terre-net Média

Bien que les cours et les ventes des produits laitiers se soient stabilisés, des incertitudes pèsent sur le marché laitier. En effet, la situation pourrait de nouveau se trouver perturbée à cause de la crise du coronavirus. En parallèle, la production laitière ne cesse d'augmenter.

[Vidéo] Conjoncture laitière septembre 2020 :

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo

« Ça pourrait être pire » : voilà ce qu'on pourrait retenir de cette dernière conjoncture laitière du Cniel. Benoît Rouyer, économiste à l'interprofession laitière explique qu'en effet la situation actuelle est moins favorable que ce qui était annoncé en début d'année (avant la pandémie), mais que la conjoncture n'est pour autant pas aussi dégradée qu'elle le fut en 2015 ou 2016. « Il n’y a pas de stocks à l’intervention, il n’y a pas non plus de menaces à court terme de forte dérive baissière des prix sur les marchés internationaux. »

L'incertitude plane sur le marché laitier

En fait, la situation actuelle est surtout très incertaine compte tenu de la crise sanitaire du Covid-19 et de la crise économique en devenir.

Cours des produits laitiers industriels septembre 2020Les prix des produits laitiers industriels se sont stabilisés. (©Cniel/FranceAgriMer)

« Les cours des produits laitiers industriels ont connu une évolution assez chaotique au cours du premier semestre. Les mesures prises pour endiguer la pandémie du coronavirus ont perturbé à partir du mois de mars l’équilibre global des marchés et induit une baisse brutale des cours du beurre et de la poudre de lait écrémé. Courant mai, après le pic printanier de production laitière, les prix des produits laitiers industriels ont de nouveau progressé, pour se stabiliser pendant l’été à des niveaux en dessous des valeurs du début de l’année. »

Concernant les ventes au détail en grande surface, elles reviennent également à la normale mais une question reste en suspens : comment va évoluer le comportement des consommateurs au cours des prochains mois ? C'est imprévisible.

Pour autant, la production laitière augmente

Benoît Rouyer poursuit : « Selon l’enquête mensuelle laitière de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache conventionnel était au mois de juillet 2020 de 326 €/1 000 l. Il se situe 14 € en dessous du niveau de juillet 2019. »

Prix du lait en France en juillet 2020Toutes qualités confondues, le prix du lait moyen s'élève à 347 €/1000 l sur juillet 2020. (©FranceAgriMer)

Pour autant, la crise sanitaire ne ralentit pas le production laitière des grands bassins exportateurs mondiaux. « Sur les sept premiers mois de 2020, la collecte progresse de 1,3 % dans l’Union Européenne. En Nouvelle-Zélande, elle est globalement stable sur les huit premiers mois de l’année, mais dans le même temps, elle augmente de 1,4 % aux États-Unis. »

Collecte laitière dans le mondeLa collecte laitière augmente dans les grands bassins exportateurs mondiaux. (©Cniel)En France, même tendance : + 0,4 % sur le début 2020. Si elle a fortement augmenté en début d'année, elle a reculé sur les mois d'avril, mai et juin (en lien avec l'incitation à réduire la production). Après une forte reprise en juillet (+ 2,7 %), la canicule a brisé cet élan sur août.

Collecte laitière en FranceÉvolution de la collecte laitière en France jusqu'à mi-septembre 2020 (©FranceAgriMer)

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Marius
Il y a 24 jours
Chez nous pas concerné par les marchés. Le prix est fixé par nous avant transformation à 490. La vente directe augmente dans notre exploitation. A chaque crise, c'est pareil... des clients plus nombreux. Depuis le corona, nous avons dû avoir recours à un voisin pour compenser notre production. La majorité de ceux payés à 300, nourrissent leurs usines à lait (les tas d'os noirs et blancs qui pullulent dans certaines régions) avec maïs ensile, soja, concentrés, et progéniture issue de semences clonees venant du Canada de taureaux nourris à la farine de viandes et après deux à trois lactations réformées. Quelle marge brute. Pas à 178.....
Répondre
jersiaise
Il y a 30 jours
Il manque la courbe de lait d'importation peut être ne vous la connaisse pas
Répondre