[Analyse] Prix du laitGérard You : « Le prix du lait pourrait très vite atteindre un plafond »

| par | Terre-net Média

Sous l'effet de prix « plus stimulants pour les producteurs », la production laitière repart à la hausse. Gérard You, responsable du service économie des filières à l'Institut de l'élevage, s'interroge sur la pérennité de la hausse des prix payés aux producteurs et surtout de la capacité du marché à absorber l'augmentation actuelle de la production européenne.

[Analyse] Gérard You : « 340 €/t est devenu un prix stimulant pour de nombreux producteurs »

Revenant sur la situation inédite d’une évolution radicalement différente entre le marché de la poudre de lait et celui du beurre, Gérard You, responsable du service économie des filières à l’Institut de l’élevage estime que la remontée du prix du lait payé aux producteurs pourrait ne pas durer.

« La remontée du prix du lait au premier semestre 2017 a relancé la production, explique-t-il. Un prix moyen européen constaté de 340 €/t est un prix désormais stimulant pour bon nombre de producteurs. » Pour lui, la production laitière européenne devrait retrouver les très bons niveaux enregistrés en 2015. « On est dans une logique de croissance, mais une croissance plus modérée que celle observée avant et après la suppression des quotas laitiers. »

Conséquence de cette hausse de la production : même avec l’envolée sans précédent des cours du beurre sur le marché spot, le prix du lait payé aux producteurs pourrait « très vite arriver à un plafond ».

Des coûts de production « raisonnables »

« Toute la question est de savoir si le marché, c’est-à-dire la demande, va pouvoir absorber cette hausse de la production européenne », résume-t-il.

D’autres indicateurs penchent en la faveur d’une stabilisation prochaine du prix du lait départ ferme. « Les deux grands bassins de production laitière – les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande – sont eux aussi dans une phase de croissance de leur production. Aussi, les aliments du bétail vont rester à des prix relativement stables. Il n’y aura pas de tension de ce côté-là. Le prix de l’énergie aussi reste abordable. Les producteurs vont pouvoir augmenter leur production à des coûts raisonnables. »

Selon l’expert, la réponse dépendra de la reprise de la demande, qui pourrait être plus dynamique « du fait de la reprise de la croissance dans les pays émergents et dans certains pays pétroliers qui ont connu un passage à vide ces derniers mois. »

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 10 RÉACTIONS


Malou01
Il y a 46 jours
He oui le prix baisse déjà novembre 260 comme d'ab environ 60 de primes
320 chez savencia Bresse bleu idem voir moins en décembre et janvier il paraît que sa risque de baisser alors le prix du beurre grande foutaise le jour où les industriels accepterons de payer le lait à son juste prix n est pas encore arrivé bla bla illusion perdue nous passons pour des saules pleureurs mais qui accepterais qui je vous le demande de vivre avec un salaire de misère mais comment font-ils pourquoi ils continuent disent beaucoup de personnes he bien pas complique pendu de tout côté le conjoint qui fait bouillir la marmite comme il peut mais souvent lors des réunions pas de réaction pourquoi par honte mais moi je n ais pas honte de dire que si les banque m'étais un stop aus ouvertures de crédit ils ni auraient plus beaucoup de fermes à la fin de l année
Si les conjoints disaient aussi stop idem
Allez un peut de courage de vos opinions

Répondre
vendanges2roger.lambert08@orange.fr
Il y a 66 jours
il n'y à pas de solution...........................avec mon grand âge je me souviens dans les fins fonds des campagnes......pratiquement tout le monde tuait un ou plusieurs
cochons il y avait des producteurs de petits porcs (20 kg)des que les cours
montaient il y avait beaucoup d'acheteurs de petits qui se lançaient dans l'élevage
(une ou deux truies)et quant leurs petits arrivaient sur le marché les cours s'écroulaient.....logique.............alors ils arrétaient
de produire et les cours remontaient
c'est exactement ce qui se passe avec le lait.........on a rien inventé ce qui est dit
plus haut date des années 50 /60
le lait va sans doute rester un peu stable et il replongera c'est sûr........................
hélas..............................salut..................................
Répondre
phiphj
Il y a 76 jours
on se serre des producteurs qui meurt petit a petit pour que eu vivre bien
Répondre
jmb67
Il y a 81 jours
Les producteurs dans les campagnes se meurt petit à petit, un prix plafonné à 340 € videra les campagnes !!!!!!
Répondre
rb35
Il y a 83 jours
Il y a des claques qui se perdent, non ??????
Répondre
bou21
Il y a 83 jours
ON SE MOQUE DE NOUS !!! faudrait indexer les salaires sur le prix des produits agricoles ,on verra s'ils ne bougent pas avec un salaire de 600 euros par mois
Répondre
Chrislait
Il y a 83 jours
Si peu de réaction, ça montre bien le dégoût ( résilience, dirons certains) des producteurs...
Répondre
steph72
Il y a 83 jours
oui,mais l'Europe n'en veux plus.
La régulation etant la seule solution,sans celle ci le prix du lait restera à des niveaux trop bas
Répondre
Cricri
Il y a 83 jours
L'analyse de G You prouve la nécessité absolue d'une gestion de l'offre!
Répondre
steph72
Il y a 83 jours
On pourrait echanger son salaire contre celui d'un producteur?

Ce monsieur ne sait pas qu'en 2017,le prix moyen sera à 315 320 et non 340!!!
Je constate juste que le prix du lait est moins elevé qu'il y a une vingtaine d'années ,insuffisant pour payer toutes les charges!
Répondre