Marché du porc bretonPetite hausse du prix moyen malgré l'embargo russe

| par Mpb | Terre-net Média

Le cours moyen du porc est en légère hausse de 1.2 cent ce jeudi 20 février 2014, il s'établit à 1,259 ¤.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI

Conformément aux évolutions des années passées, les offres de porcs commencent à fléchir. 48.474 porcs étaient présentés ce jeudi contre 53.000 la semaine passée. La fluidité préservée malgré l'embargo russe a permis, avec cette première réduction des offres, un très léger retournement de tendance.

Le cours augmente de 1,2 cent sur un niveau, faut-il le rappeler, très bas par rapport aux coûts de revient du moment.

Les tendances étrangères sont annoncées stables, quoique des évolutions sanitaires dans l'est de l'UE perturbent le bon fonctionnement du commerce des pays du nord de l'UE. La réouverture du marché russe est urgente pour apporter de la sérénité au commerce.

Cours du porc sur le Mpb au 20 février 2014.Cours du porc sur le Mpb au 20 février 2014. (©Mpb)

Fédération nationale porcine : « Urgence sur la Russie

« L’embargo russe sur la viande de porc et les produits à base de viande de porc en provenance de l’Union Européenne, lié à quelques cas de peste porcine africaine sur des sangliers en Lituanie, provoque depuis début février la chute vertigineuse du cours du porc en Europe.

Depuis 2007, les éleveurs de porcs français font face à une conjoncture difficile, des trésoreries exsangues et une rentabilité de leur activité bien en-deçà de niveaux suffisants. Ils n’ont donc aujourd’hui pas les moyens de résister à la baisse telle qu’amorcée.

Alors que les négociations s’enlisent entre la Commission européenne et les autorités sanitaires russes, il y a urgence à trouver une solution rapidement ! Et à défaut d’une solution européenne, nous considérons qu’il est indispensable d’aboutir rapidement à des accords bilatéraux pour que certains pays, et notamment la France, puissent au plus vite retrouver un accès au marché russe.

En outre, et alors que la démarche "Viandes de France" vient d’être lancée, il serait mal venu que des opérateurs aillent s’approvisionner dans d’autres pays à bas prix. Nous en appelons donc plus que jamais à la solidarité de la filière porcine française autour du "Porc Français" ».

Interdire les importations de porcs de France est ridicule, selon la Commission européenne

La crise porcine dont est à l’origine la Fédération de Russie était à l’ordre du jour du Conseil des ministres de l’Agriculture de l’Union européenne du 17 février 2014. Selon le commissaire européen à la santé Tonio Borg, la  Russie, pourtant membre de l’Organisation mondiale du commerce outrepasse les règles en interdisant les importations de porcs de l’Union européenne. Seuls les sept districts lituaniens et polonais où les trois sangliers atteints de peste porcine ont été identifiés doivent faire l’objet de mesures restrictives. Il est ridicule d’interdire, selon le commissaire européen, les importations de porcs de France où de tout autre pays situés à plusieurs centaines de kilomètres des lieux d’infestation. Tonio Borg poursuit ses démarches auprès du gouvernement russe pour revenir sur sa décision mais la Commission européenne n’envisage pas pour l’instant des mesures répressives à l’égard de la Russie. Par ailleurs, l’Europe aidera la Biélorussie pour limiter l’expansion de la peste porcine. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article