Dossier Retour au dossier Pâturage

RentabilitéFaut-il se lancer dans une démarche « lait à l'herbe et sans OGM » ?

| par | Terre-net Média

Votre laiterie vous propose d'intégrer une démarche « lait à l'herbe » ou « lait sans OGM » et vous hésitez à franchir le cap ? Faites une simulation pour vérifier si votre système est compatible avec ce changement et notamment si la démarche vous sera profitable.

Passer dans une démarche « lait de pâturage et sans OGM » : oui mais seulement si les simulations montrent sa rentabilitéPasser dans une démarche « lait de pâturage et sans OGM » : oui mais seulement si les simulations montrent sa rentabilité (©Terre-net Média) Depuis quelques temps maintenant, les laiteries proposent aux éleveurs laitiers d’entrer dans des démarches de « lait à l’herbe » ou de « lait sans OGM » afin de mieux répondre aux demandes des consommateurs. Si certains ont déjà passé le cap, d’autres restent prudents. La question qui revient régulièrement est : « est-ce que le surcoût de production engendré sera rentabilisé ? ». L’équipe Inosys réseaux d’élevage s’est penchée sur la question avec des simulations sur cas-types en prenant en compte trois critères communs à tous les cahiers des charges : 150 jours de pâturage minimum, 15 ares/VL minimum sur l’année et 0 OGM) ainsi qu’un complément de prix de 15 €/1 000 litres.

Avoir des prix en tête pour calculer les résultats probables

Pour réaliser les simulations, il a fallu comparer le prix des concentrés, leurs valeurs alimentaires, prendre un prix du lait moyen et coût d’implantation d’une prairie.

Alimentation de base (€/t)Alimentation « 0 OGM » (€/t)
Tourteau de soja360Pas considéré ici (peu disponible)
Tourteau de colza STNO240240
VL 40375390
VL 18255270
Aliment veau290305
CMV650400 (sans phosphore)

Produits
Prix du lait base en A325 €/1 000 litres
Prix du lait base en B240 €/1 000 litres
Différentiel TB2,96 €/g
Différentiel TP5,39 €/g
Prime « lait sans OGM »+ 15 €/1 000 litres

Hypothèses techniques :

Passage du tourteau de soja au tourteau de colza : 1 kg de t. soja = 1,5 kg de t. colza >> + 0,6 l/VL/j, - 1,2 en TB, + 0,3 en TP, passage en CMV sans phosphore

Passage du tourteau de soja au VL 40 : 1 kg de t. soja = 1 kg de VL 40

Les experts ont ensuite simulé trois cas-type des fermes des Hauts-de-France : un éleveur lait spécialisé maïs, un polyculteur familial avec betteraves en zone bon potentiel et un polyculteur avec pommes de terre et robot.

Coût d'implantation d'une prairie :

Semences35 €/ha (amorti sur 5 ans)
Fertilisation90 €/ha (120 U)
Mécanisation0 € (semoir déjà disponible)
Divers125 €/ha (clôture)
Total250 €/ha

Système « éleveur lait spécialisé maïs »

Simulation pour un système « éleveur lait spécialisé maïs » du passage au « lait de pâturage et sans OGM »Simulation pour un système « éleveur lait spécialisé maïs » du passage au « lait de pâturage et sans OGM » (©Inosys réseaux d'élevage)

Système « polyculteur familial avec betteraves en zone bon potentiel »

Simulation pour un système « polyculteur familial avec betterave en zone bon potentiel » du passage au « lait de pâturage et sans OGM »Simulation pour un système « polyculteur familial avec betterave en zone bon potentiel » du passage au « lait de pâturage et sans OGM » (©Inosys réseaux d'élevage)

Système « polyculteur avec pommes de terre et robot »

Simulation pour un système « polyculteur avec pommes de terre et robot » du passage au « lait de pâturage et sans OGM »Simulation pour un système « polyculteur avec pommes de terre et robot » du passage au « lait de pâturage et sans OGM » (©Inosys réseaux d'élevage)

Les facteurs clés de réussite :
- Avoir suffisamment de parcelles accessibles autour du bâtiment des vaches laitières et les aménager (chemins, accès, abreuvements...)
- Gérer les aléas climatiques et avoir des stocks de sécurité
- Savoir cultiver l'herbe : semer de nouvelles prairies, les entretenir pour maintenir le potentiel de production (fertilisation, gestion du pâturage, gestion des refus)
- Gérer le rationnement à l'herbe en ajustant la part de fourrages et des concentrés distribués afin de valoriser l'herbe pâturée
- Pour les systèmes en vêlage étalé et avec des niveaux de production élevés, gérer les fraiches vêlées au moment de la mise à l'herbe
- En système robot, un robot non saturé pour avoir de la souplesse pour le pâturage des vaches laitières (max 50 VL à la traite)

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


Patrice
Il y a 3 jours
Vous avez raison s’mais personne ne veut rien changer et tout le monde pousse pour que le système actuel perdure le plus longtemps on fait vivre tellement de monde que si on diminuait de 500kg/vaches on fait fermer combien de boutique Alors les instances font rien pour que cela évolue Si seulement le regroupement de toutes les op s inspirait du comté !!!!
Répondre
s'50410
Il y a 4 jours
Pour illustrer ce que dit Patrice ainsi que Sp :le bio a de beaux jours devant lui et c très bien.Aussi une filière aop-aoc tel que le comté (qui n'est pas bio) se voit durcir son cahier des charges tout fraichement pour perdurer dans le temps.Pas d'ogm,pas de vaches à plus de 8200l lait de paturage pas de volume stucturel au dela de 1.2millions de litres ,robots interdits,14 traites obligatoires par semaine et au bout de tout cela un prix rémunérateur qui oscille entre 470 et 500 e la tonne! Lorsqu,on maitrise une production on prépare l'avenir de nos enfants.
Répondre
Sp
Il y a 5 jours
Aujourd'hui le prix du lait est au même prix que les années 80 !!oups je pense qui il y a un problème arrettez de faire des propositions et de prendre les éleveurs pour des cons par chez nous toutes les coperatives ont du bitume partout !! Avec l argent de qui ?? Les jeunes ne veulent plus rester à la campagne , alors il est grand temps de réfléchir !! A bon entendeur salut !! (Je suis éleveur dans le 29 en bio depuis 8 mois )
Répondre
Patrice
Il y a 6 jours
Très bien l article mais tout les essais tournent entre Pays de Loire, Bretagne, Est et Nord bien entendu rien contre ces collègues de ces belles régions ni contre le reportage simplement quand on parle pâturage je dis attention ⚠️ il y’a des régions où c est plus compliqué ! De toute façon le consommateur veut le top et rien payer à moins d y trouver son compte personnel faut pas s emmerder à écouter des discours plus politiques que rentables ! Je suis non ogm car ma façon de faire me permet mais je m aperçoit qu il ne faut pas vouloir tout généraliser donc tant qu’il n’y a pas d efforts financiers en face conséquents tous aux abris Cdlt a tous
Répondre