Conjoncture laitièreDes signaux positifs pour le prix du lait, en attendant le Brexit

| par | Terre-net Média

La baisse de la production laitière et l'écoulement de la quasi-intégralité du stock européen de poudre de lait constituent des « signaux de marché plutôt positifs » pour le prix du lait des mois à venir. Mais le Brexit et les conditions incertaines de sortie du Royaume-Uni de l'UE constituent une menace pour l'équilibre du marché laitier français et européen.

[Vidéo] L'analyse de la conjoncture laitière pour ce début d'année 2019, par Benoît Rouyer, économiste au Cniel

 

L’année 2019 a démarré avec des signaux « plutôt positifs » sur le marché laitier français et européen. « Le marché des produits laitiers industriels s’est considérablement assaini au cours des derniers mois. Les excédents de poudre de lait écrémé au sein de l’Union Européenne ont quasiment disparu », explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel, dans sa note mensuelle de conjoncture laitière. « 99 % du total des stocks achetés et gérés par la Commission ont maintenant été vendus », s'est félicité l'exécutif européen dans un communiqué le 25 janvier.

À ce premier signal positif s’ajoute le constat d’une baisse de la production européenne ces six derniers mois. « En France, cette tendance baissière de la production laitière est particulièrement marquée : depuis cet été, les sondages de collecte de Franceagrimer présentent chaque semaine une baisse de 3 à 5 % comparativement à l’année précédente », poursuit Benoît Rouyer. « Cette tendance se poursuit actuellement sur le début de l’année 2019. Elle devrait se prolonger jusqu’au printemps, en raison du manque de stocks fourragers dans de nombreuses régions. »

La production laitière française est en retrait d'environ 5 % depuis le mois d'août 2018, par rapport à 2017.La production laitière française est en retrait d'environ 5 % depuis le mois d'août 2018, par rapport à 2017. (©Franceagrimer)

Le Brexit, le caillou dans la chaussure européenne

Ceci dit, ce serait trop beau pour que l’ensemble des fondamentaux du marché laitier européen soient tous au vert. Deux sources d’inquiétudes sont à relever. D’abord, les négociations commerciales annuelles avec la grande distribution restent difficiles, malgré des nouvelles règles issues de la loi Alimentation censées s’appliquer.

Surtout, l’épineux dossier du Brexit laisse les opérateurs dans l’expectative. « La situation d’ensemble dépendra également du contenu de l’accord final du Brexit ». « Le Royaume-Uni constitue, en effet, un débouché important pour la France. Il absorbe l’équivalent de 3 % de sa production laitière. » Un volume largement suffisant pour déstabiliser l’équilibre du marché laitier européen en cas de difficultés supplémentaires à exporter outre-Manche.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 7 RÉACTIONS


GALOPIN
Il y a 85 jours
aucun politiques ne dis la vérité , 40 % du lait doit etre exporté pour l'equilibre du marché , il y a donc 40% de producteur de trop en France , et subventionner l'export pour casser les prix en afrique et ne pas vouloir acceuillir la misere , c'est totalement contradictoire et la solution face au prix bas pour tous les paysans , c'est produire plus , on a jamais été payé si peu , produit autan , s'endetter autant , pour produire plus et polluer plus , sans jamais penser a organiser la penurie !!!!
Répondre
Capitaine
Il y a 84 jours
Pour bien comprendre la situation : la production européenne est en recul de 3,1% le beurre est 1% plus cher q’ilya un an -4500€-On est débarrassé dès stocks de poudre on sait la production ne peut pas augmenter car il manque la bouffe pour nourrir le bétail et on nous affecte déjà des diminutions de prix pendant qu’Agrial investit en Allemagne et Lactalis en Inde...j’ose pas imaginer à quel prix le lait va descendre au printemps !
Répondre
alain
Il y a 85 jours
merci pour l'info sur la poudre de lait . je comprends mieux pourquoi SODIAAL ( le mans )vide certaines de ses tournées ( de Mayenne ) à Craon chez LACTALIS je ne parle pas de tous les tranféres qui partent du Mans vers je ne sais oû ?
et monsieur Beisnier qui ne paye pas d'impots ( heureusement que la Conf en parle )
Répondre
capitaine
Il y a 86 jours
Une fois les stocks vendus il faut attendre pour revoir le tarif de notre lait remonter...Hors il en reste 3600t (vous me direz c insignifiant)et déja mon acheteur de lait m'applique une baisse de 5E en janvier puis une autre en Février .Moi je suis persuadé que la commission européenne va racheter les stocks poudre de lactalis et que notre lait va être indexé dessus ,et il se pourrait qu'ils en aient (les privés)fabriquer plusieurs centaines de milliers de tonnes ! Pour info Lactalis a encaisser la pus grosse enveloppe d'aide publique européenne sur 2018 pour avoir fabriquer et stocker de la poudre:21 millions d'E .Et là dans l'article personne n'en parle...le cniel est discret voyez -vous!
Répondre
alain
Il y a 87 jours
tout à fait d'accort avec toi Jonathan
j'ai quatre années de déficite derrière moi ,je ne suis pas pret de retrouver l'argent que j'ai perdu je pense . quand on sait que SODIAAL livre du lait chez LACTALIS ( quelle maguouille ! )
Répondre
Jonathan
Il y a 88 jours
Le prix du lait augmente de 5% et toutes les charges autours de nous augmentent de 10-15% . Ce n'est pas comme ça qu'on va boucher les trous et surtout prendre un salaire décent
Répondre
remi
Il y a 88 jours
comme d habitude ,les producteurs verront bien peu de ce qui pourrait etre une embellie des cours .Les indus vont deja reconstituer leurs marges et donner quelques miettes aux agri .
Répondre