Conjoncture laitièreDemande soutenue et production ralentie : la hausse du prix du lait se confirme

| par | Terre-net Média

Selon le Cniel, la demande mondiale soutenue et la production laitière ralentie sont actuellement favorables à la conjoncture laitière. En effet, les grands bassins exportateurs mondiaux étant moins dynamiques que prévu, le prix du beurre devrait poursuivre sa hausse. Concernant la poudre de lait, la vente récente de 24 000 tonnes permet d'espérer « que les prix pourraient augmenter, au moins légèrement », selon l'interprofession laitière.

« L a conjoncture laitière présente des signes d’amélioration par rapport à la situation décrite au cours des derniers mois, explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel , dans sa note mensuelle de conjoncture laitière publiée lundi 30 avril 2018. La demande mondiale s’avère globalement soutenue, tandis que la production laitière donne des signes de ralentissement, aussi bien en Nouvelle-Zélande qu’en Europe. »

La production laitière des grands bassins exportateurs mondiaux est en effet moins dynamique que les prévisions établies en fin d’année 2017. C’est le cas en Nouvelle-Zélande depuis le mois de décembre mais également au sein de l’Union Européenne depuis le mois de mars à cause de la météo défavorable. Ce revirement de tendance apparaît clairement en France : les sondages de FranceAgriMer montrent que la courbe de collecte de 2018 est en dessous de celles de 2016 et 2017, et ce depuis la seconde quinzaine du mois de mars.

Un prix du lait à la hausse pour les prochains mois

« Le ralentissement de la production laitière devrait conforter dans les mois à venir la tendance à la hausse du prix du beurre observée depuis le mois de janvier, indique Benoit Rouyer. En ce qui concerne la poudre de lait écrémé, les niveaux de prix restent actuellement très bas (bien en dessous du seuil d’intervention) mais le dynamisme de la demande internationale et la vente récente de 24 000 T de poudre d’intervention en avril 2018, laissent à penser que les prix pourraient augmenter, au moins légèrement, au cours des prochains mois. »

Selon l’enquête mensuelle de FranceAgriMer, le prix standard du lait de vache conventionnel était de 326 €/ 1000 l sur février 2018, soit 13 € de moins que le prix standard toutes primes et toutes qualités confondues (intégrant le lait conventionnel, le lait bio et le lait destiné à la fabrication d’AOP) qui était en moyenne de 339 €/1 000 l.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,
en cliquant ICI

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 11 RÉACTIONS


tmat
Il y a 19 jours
vivi .. i va monter en France (notez l'emploi du futur ...) alors qu'il baisse en Allemagne (et en France aussi d'ailleurs)...
Payer des mecs pour qu'ils se foutent de la gueule de ceux qui payent .... c'est une belle coutume locale. Assez rare ailleurs, ce qui est bizarre ...
et yen a qui sont contents ..
La suite est "les prix ont finalement baissés" : c'est qu'une question de conjugaison finalement ...
Répondre
Malou 01
Il y a 19 jours
Oh alors un tout petit peut plus favorable
Chez nous bresse bleu sevencia mois de mai. Primes comprise 28 C
Super he oui ont tien encore oui mais plus d investissements !!
Plus de rébellion non plus pire pour l assemblée général meme pas une question abasourdi par les problèmes le sourire au placard !! C est ça le Monde Agricole?
Répondre
Gwendal @Gwendal_RAOUL via Twitter
Il y a 21 jours
1.C'est sympa de voir Rouyer avec un peu de cambouis sur le postérieur plutôt que sur un canap rue de Chatodin:)

2.Le prix standard est enfin à nouveau communiqué!!!326 eur en 02/18

3.A noter que la segmentation actuelle(bio,aop)n'apporte que 13 eur les mille de plus au global
Répondre
La chouette
Il y a 22 jours
En 2014 en volume les prodution laitiere etait baissiere de 3 points et le lait à été réglé 7 points de plus .C'est bien la preuve que lorsque l'on maitrise la production tout le monde y gagne.(à l'epoque c'etait juste 3 fois rien 470millions de litres en moins sur l'europe)(l'équivalent du litrage annuel de 900 producteurs de lait en france,mais dilué sur l'europe)
Aller chercher à produire pour un marché qui n'existe pas n'engraisse que les industriels et apauvris les paysans (quand ils ne disparaissent pas carrément)
on est 7 milliards d'humains sur la planète actuellement et certains parmi nous voudraient déja produire pour les 9 milliards que l'on sera en 2045,allez comprendre?
Répondre
debutant
Il y a 22 jours
c est ferie aujourd hui ca bosse au cniel ? c est pour quand les majorations jours feries etc dans nos reves les plus fous la production laitiere francaise est sur le declin et tant mieux le resultat d un foutage de geule monstrueux
Répondre
PATRICE BRACHET
Il y a 22 jours
En réponse à mon collègue Jmb la profession qui est au commande a plutôt un comportement comme le chasseur de Calimero et cela me désole Les industriels ne sont pas blancs mais au seing de notre profession ce n est pas mal Pas plus tard que hier soir je me suis fait allumer par un ( chasseur de lièvres) qui trouve que j explique trop ce que je fais y compris aux politiques ( cela c est passé à mon domicile) Cela va être très dur d arriver à faire comprendre qu’il vaut mieux moins produire et faire moins de frais et par effet domino la hausse arrivera toute seule Mais quel parcours il reste à faire !
Répondre
Jmb67
Il y a 22 jours
Ont ne s'en sortira pas de ce merdier, les industriels n'ont qu'une chose en tête payer le moins cher la matière première. Actuellement ils investissent dans les pays de l'est avec l'argent qu'ils volent aux producteurs et à notre pays, et demain ils gonfleront leur bénéficie qui échappera à l'impôt. Tous ceci cautionné par nos politiques. Les producteurs doivent organiser la maîtrise de la production pour coller aux marchés, le souci ce n'est pas pour demain, il y a trop d'individualisme des producteurs, cultiver par les industriels et une interprofession beaucoup trop faible où les producteurs n'ont pas de pouvoir. Sera t ont un jour capable dans prendre conscience ?
Répondre
steph72
Il y a 22 jours
Ca ne durera qu'un temps j'en ai connu des gars qui voulaient investir et produire le million,certains ont mal finis d'autres ont arrété.
Si on veut aller vers la fuite en avant comme les porcs,bon courage il faudra travailler 90 H par semaine pour meme pas un smic.
Faire du volume au prix mondial,en Europe certains le font mieux que nous...
On produit de la nourriture pas des biens industriels!!
Répondre
caliméro
Il y a 22 jours
J'ai toujours cette image en tête, parti à la chasse chez un camarade de classe, il tue un lièvre gros comme un lapin, je l’interpelle en lui disant que ce n'était pas ma conception de cette pratique (d'ailleurs je ne chasse pas moi même); il m'a répondu: " si ce n'est pas moi qui le tue, ce sera mon voisin". Il avait de facto perdu une partie de mon estime... Aujourd'hui il produit 1.2 millions de litre de lait avec 2 robots quand à l'époque ses parents en produisait 500 000...
Répondre
Dominique Yves Ego via Linkedin
Il y a 21 jours
Une prédiction " d'augmentation au moins légère du #prix_du_lait " nécessite de faire abstraction ou de relativiser une quantité exceptionnelle en poudre de lait et identifier Ia saisonnalité des #AOP comme la potentialite du marché BIO en consommation directe et en ingrédient.
Répondre