Valorisation du laitBel et l'APBO renouvellent leur contrat en 2019 au prix de base de 350 ¤/ 1000 l

| par | Terre-net Média

L'association des producteurs de lait Bel Ouest et le Groupe Bel ont renouvelé pour 2019 leur accord d'approvisionnement du lait, avec un prix de base annuel de 350 ¤/1 000 l, auquel peuvent s'ajouter 21 ¤/1 000 l de primes pour des « pratiques d'élevage différenciantes » : une alimentation des vaches 100 % sans OGM et un minimum de 150 jours de pâturage.

Antoine Fiévet, patron du groupe Bel, et les représentants de l'Association des producteurs Bel Ouest, ont annoncé début décembre la reconduction pour 2019 du contrat de valorisation du lait des producteurs. Antoine Fiévet, patron du groupe Bel, et les représentants de l'Association des producteurs Bel Ouest, ont annoncé début décembre la reconduction pour 2019 du contrat de valorisation du lait des producteurs. (©@belcorporate) 

L’ Association des producteurs de lait Bel Ouest (APBO) et le Groupe Bel ont signé vendredi 7 décembre 2018 le renouvellement de leur accord de valorisation du lait des producteurs lancé fin 2017.

Se disant « très fier du résultat » un an après la signature de l’accord avec l’APBO, Antoine Fiévet, le PDG du Groupe Bel, a annoncé le « renforcement de ce partenariat inédit ». « Nous ne faisons pas de la philanthropie. Nous voulons convaincre nos partenaires de la distribution de s’engager dans cette voie, pour que tous les acteurs fassent de même. »

« Il est le résultat de plusieurs mois d’échanges et de concertation au cours desquels l’APBO, force de proposition, a pleinement exprimé sa vision d’un partenariat gagnant-gagnant. Il implique l’ensemble de ses 700 exploitations adhérentes », ont expliqué les représentants du groupe Bel.

Cet accord entre Bel et l’APBO prévoit « la garantie d’un prix de référence moyen annuel pour toute l’année 2018 pour le lait acheté aux producteurs de l’APBO, fixé à 350 €/1 000 l », en contrepartie d’un « déploiement par l’ensemble des producteurs de l’APBO de pratiques d’élevage différenciantes parmi lesquelles une alimentation sans OGM pour les troupeaux laitiers et la mise en valeur du pâturage, avec un engagement de 150 jours par an minimum ». « La rémunération de ces pratiques différenciantes sous forme de primes mensuelles s’élève à 21 €/1 000 l » (6 €/1 000 l pour le pâturage, 15 €/1 000 l pour l’alimentation sans OGM).

À l’occasion de ce renouvellement, Gilles Pousse et Anne-Laure Dutertre, respectivement président et vice-présidente de l’APBO, ont dressé un premier bilan de l’accord. « En 2017, Bel nous avait fait part de sa volonté de travailler sur les pratiques d’élevages. L’APBO est garant de la généralisation de la démarche aujourd’hui reconduite », a expliqué Anne-Laure Dutertre. Sur les deux critères que sont le pâturage et l’alimentation 100 % sans OGM, il n’y a pas de référentiel. Dès le 1er juillet 2018, les producteurs ont commencé à faire la transition sur la partie alimentation sans OGM. » Après une transition de six mois, soit à partir du 1er janvier 2019, Bel pourra commercialiser des produits « garantis 100 % sans OGM ».


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 1 RÉACTION


Jonathan
Il y a 188 jours
Certaines laiteries devraient bien prendre exemple....
Répondre