AgresteLe recul de la collecte laitière continue en février 2019

| par | Terre-net Média

La baisse de la collecte de lait de vache, observée depuis la fin de l'été 2018, se poursuit. En février 2019, elle s'est encore repliée de - 2,5 % comparé au même mois l'an dernier. Les fabrications sont également en recul pour la majorité des produits laitiers, excepté la crème conditionnée et les fromages.

La collecte de lait de vache a de nouveau baissé en février 2019 selon Agreste, le service de statistique et prospective du ministère de l'agriculture, de - 2,5 % par rapport à la même période l'année dernière. La diminution, initiée à la fin de l'été suite à la sécheresse, perdure dans la plupart des régions françaises malgré l'augmentation du prix du lait, sauf en Normandie où les livraisons progressent de + 2,2 % car la production fourragère a été mois impactée par les conditions sèches. Pour la même raison, le retrait est moins marqué dans le nord-ouest de la France : - 1,8 % dans le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie et - 0,8 % dans le Grand-ouest. Dans les autres bassins laitiers, il varie entre - 5,4 et - 11,9 % et s'avère logiquement plus prononcé dans le sud. Point positif : cette baisse des livraisons de lait qui a entraîné une revalorisation du prix du lait dans toutes les zones de production, de + 1,2 à + 4,2 % (2,4 % en moyenne).

baisse de la collecte de lait de vache en fevrier 2019 selon agreste (©Agreste - Enquête mensuelle laitière SSP/FranceAgriMer)

D'après Eurostat, la collecte laitière européenne s'est également retirée de - 1 % en janvier 2019 comparé au même mois de 2018 en raison du recul de la production dans les grands pays producteurs : - 2,1 % en Allemagne et - 5,1 % aux Pays-Bas. En revanche, elle a augmenté en Irlande (+ 4,5 %), en Pologne (+ 3,2 %) et au Royaume-Uni (+ 2,7 %). Sur le mois de février 2019, le lait bio représente 3,7 % du total de la collecte, contre 3,1 % en février 2018, et la part des laits AOP/IGP atteint 15,8 %.

Concernant les fabrications de produits laitiers, elles régressent de - 0,1 % pour les fromages frais, de - 0,4 % pour le lait conditionné, de - 3,2 % pour les fromages à pâte filée et de - 3,8 % pour les yaourts et les desserts lactés. En revanche, elles s'accroissent de + 1,9 % pour les fromages à pâte molle, de + 3,3 % pour la crème conditionnée, de + 4,9 % pour les fromages à pâte persillée et de + 8,2 % pour ceux à pâte pressée non cuite. Les fabrications de matières grasses diminuent de - 0,3 %, celles de caséines et caséinates de - 0,7 %. Les poudres séchées reculent de - 7,1 %, les poudres de lactosérum de - 2,1 % et celles de babeurre de - 11,2 %.

Retrouvez toutes les informations sur les marchés, les analyses, les simulateurs, les cotations des matières premières, les synthèses quotidiennes... sur l'Observatoire des marchés de Web-agri,

en cliquant ICI


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


Terminé
Il y a 198 jours
On ne parle surtout pas des arrêts de production, liquidations, reconversions, toutes les fermes laitières à vendre c est abyssale. Il n'y aura pas du lait partout.... On dit que c'est la sécheresse.... Autrefois même avec la sécheresse la production augmentait !! Les coûts de production sont aujourd'hui trop élevés les éleveurs ne gagnent plus leur vie tout simplement. Certains gagnent encore mais ils sont peu nombreux, et d autres résistent comme ils peuvent ne veulent pas croire que l elevage va si mal et qu un jour ça ira mieux... Mais il est quand ce jour....???
Le contexte est bien réel, cet article fait une mauvaise analyse.
Répondre
rebelle
Il y a 199 jours
ça, sait de l actualité ......la production de lait de février quand on est au 21 mai ,il n y a pas plus récent ? rien sur mars et avril ?
Répondre