3Juin
Covid-19

Les cinq principaux impacts du confinement sur la filière viande bovine

Les mesures de confinement mises en place dans la quasi-totalité des pays européens pour lutter contre le Covid-19 ont eu de multiples conséquences sur le marché de la viande bovine. Dans un webinaire réalisé le 28 mai dernier, Caroline Monniot, chef de projet conjoncture viande bovine à l'Idele, a fait un bilan sur la situation dans l'Union européenne.

28Mai
Marché des produits laitiers

Fixer à l'avance le prix du lait, une « solution à la crise » ?

Alors que plusieurs laiteries allemandes proposent déjà aux éleveurs la possibilité d'une fixation des prix à l'avance, la France est en retard, selon Stefan Nether, vice-président du développement produits laitiers chez INTL FCStone. Pourtant, ce système offrirait, selon lui, un avantage non négligeable aux éleveurs : une meilleure visibilité, en toute transparence, pour une meilleure gestion de leur exploitation.

27Mai
Filière laitière bio

L'explosion de la production de lait bio va-t-elle faire évoluer le modèle ?

Si les deux premières vagues de conversions dans la filière laitière biologique étaient surtout le fait de la production, la troisième vague, qui intervient depuis 2016, est soutenue aussi par la transformation et l'aval de la filière, signe d'un véritable changement d'échelle qui ne va pas sans susciter d'interrogations quant au modèle de développement souhaitable à l'avenir.

20Mai
Conjoncture laitière

Entre Covid-19 et météo, la collecte marque le pas

Le pic saisonnier habituellement constaté en cette période a été atténué cette année, en raison de signaux dissuasifs liés au coronavirus, mais aussi aux conditions météorologiques qui ont ralenti la pousse de l'herbe. Côté prix, si la chute des cours semble stabilisée, le lait de printemps connaîtra des contrastes importants en fonction des bassins laitiers, et des collecteurs.

20Mai
Conjoncture viande bovine

Avec le déconfinement, de meilleures perspectives pour la filière ?

Le secteur de la viande bovine, déjà affecté par des prix bas, n'a pas été épargné par la crise du Covid-19, entre la disparition des débouchés pour la restauration collective, et des échanges perturbés. Le déconfinement pourrait améliorer la situation, au niveau des exportations comme de la consommation intérieure, avec un retour progressif à un équilibre carcasse plus habituel.

14Mai
Alimentation animale

Une hausse des prix à prévoir dans les prochains mois

Pour le président du Syndicat national de l'industrie de la nutrition animale, les difficultés entraînées par la crise du coronavirus vont provoquer une augmentation des prix dans les prochains mois, en lien avec un surcoût des transports, et une augmentation de prix des vitamines, souvent produites en Chine.

13Mai
Covid-19

Les pertes sont lourdes pour les producteurs laitiers transformateurs

Si en cette période de crise sanitaire, les consommateurs reviennent vers le local et la vente à la ferme, les producteurs laitiers fermiers encaissent de lourdes pertes économiques. Avec la fermeture des marchés et de la RHD, beaucoup ont dû réorganiser leur production mais ça ne suffit pas. L'ANPLF demande des comptes aux pouvoirs publics.

12Mai
Conjoncture laitière européenne

Vers une crise « bien plus longue et profonde que les deux précédentes »

Si aucun pays européen ne semble épargné par la baisse du prix du lait, les stratégies adoptées pour faire face à la crise diffèrent selon les situations. Si certains demandent aux éleveurs de lever le pied sur la production, d'autres n'en voient pas la nécessité. Certains pays tentent de relancer la filière à coup de campagne de promotion, tandis que d'autres appellent au patriotisme.

11Mai
Consommation de produits laitiers

Les pertes en RHD compensées en volume par les achats des ménages

Depuis la mise à l'arrêt de la restauration hors domicile, plus de repas sont pris à domicile et les achats de produits laitiers par les ménages ont fortement augmenté. À tel point, qu'ils ont même permis de compenser en volume la chute de consommation en RHD, d'après l'Idele.

30Avril
Conjoncture bovine

Entre cotations qui décrochent et échanges en baisse, la filière souffre

Dans sa note de conjoncture mensuelle, FranceAgriMer dresse un bilan sur la filière viande bovine. La demande en haché est dynamique et permet une meilleure valorisation des vaches laitières. Malgré des cotations qui décrochent, les stocks augmentent en jeunes bovins et les animaux doivent sortir avant d'être trop lourds, ce qui conduit à des abattages en hausse. Quant aux exports de broutards, ils se poursuivent, tandis que les incertitudes liées à la pandémie perturbent les échanges de viande.

28Avril
Coronavirus

La filière veau de lait sous la mère en panne de cotations

Confinement oblige, les foires de Brive-la-Gaillarde et d'Objat (19) où sont habituellement fixées les cotations du veau de lait sont fermées, privant la filière de prix de référence. Une situation inédite qui inquiète les éleveurs. Le marché arrive malgré tout à se maintenir grâce à l'activité des boucheries traditionnelles, dont la fréquentation est en hausse.

21Avril
Conjoncture laitière

Jusqu'à - 30 ¤/1 000 l sur le prix de base en cette période de crise

La filière laitière française, comme dans la majorité des pays confinés, doit faire face à de profonds bouleversements sur ses débouchés habituels. Un report de consommation se fait de la RHD vers la grande distribution, mais la demande ralentit fortement, selon l'Idele. Face à la dégradation de la conjoncture, des mesures de réduction de la collecte s'avèrent indispensables.

20Avril
Aux États-Unis

Le cours des produits laitiers s'effondre, les éleveurs jettent leur production

Aux États-Unis, la situation est plus que tendue pour les éleveurs laitiers. Le coronavirus et les mesures de confinement qui en découlent affectent les cours des produits laitiers. La consommation des ménages se voit modifiée, ce qui crée un surplus de lait sur le territoire et oblige les éleveurs à jeter une partie de leur production.

10Avril
Viande bovine

Le coronavirus bouscule l'équilibre des marchés

Selon les dernières tendances de l'Idele, expliquées dans un webinaire le jeudi 9 avril, la perte du débouché RHD a certes relancé les achats des ménages, mais le marché français s'est réorienté vers plus de haché, et notamment surgelé. Malgré des abattages réduits, les prix des vaches laitières sont en baisse. Par ailleurs, le ralentissement des sorties en JB fait craindre un alourdissement des animaux.

9Avril
Conjoncture laitière

Le coronavirus fait chuter les ventes et les prix dans la foulée

« La filière laitière traverse actuellement une période de forte turbulence », constate Benoît Rouyer du Cniel. Dans sa note de conjoncture, il explique la désorganisation actuelle des marchés laitiers. Ventes en chute libre, prix à la baisse et production à la hausse. Pour l'économiste, « la période actuelle s'avère particulièrement critique ».

6Avril
Filière laitière

Le coronavirus modifie les habitudes d'achats

En pleine crise sanitaire, les consommateurs ont modifié leurs achats de produits laitiers, affirme Gérard You, responsable du service économie des filières à l'Institut de l'élevage. Si les achats des ménages sont en hausse et que les produits laitiers français sont favorisés, les consommateurs privilégient les achats de produits de base, au détriment des produits élaborés.

3Avril
Produits laitiers

Le ralentissement des exportations met à mal la filière laitière

L'Institut de l'élevage a réalisé un point hebdomadaire sur les marchés des produits laitiers. Pour Gérard You, responsable du service économie des filières à l'Institut de l'élevage, c'est la baisse de débouchés à l'export qui fragilise le plus la filière laitière. Face à la crise, les laiteries sont plus ou moins touchées, selon leur taille et leurs orientations.

27Mars
Témoignages d'éleveurs face au Covid-19

« On adapte nos volumes transformés en gardant un ½il sur le prix du lait »

En plein confinement, les nerfs sont mis à rude épreuve pour les éleveurs transformateurs. En Normandie, Thomas Graindorge (61) et Raphaël Spruytte (14) ont le pied sur la pédale de frein. Si Thomas voit la fréquentation de son magasin augmenter, la fermeture des écoles, des restaurants et des marchés l'oblige à réduire de 30 % sa production de crème. Même constat chez Raphaël, dont la production de fromage risque de fortement ralentir face à un carnet de commandes quasiment vide. Les deux éleveurs redoutent d'ailleurs une chute du prix du lait qui entraînerait tout le monde dans sa course.

19Mars
L'info marché du jour

Le pétrole au plus bas depuis près de 20 ans !

Presque deux décennies que le cours du pétrole n'avait pas atteint un niveau aussi bas. Face à l'ampleur de la crise provoquée par le coronavirus, un vaste plan d'aide a été mis en place par la BCE pour soutenir l'économie mondiale. Les marchés agricoles, en pleine tourmente, pourraient voir leur situation améliorée.

19Mars
Covid-19

Vers un décrochage des prix du lait et de la viande ?

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, de nombreux pays ont pris des mesures radicales qui pourraient bien peser sur les marchés des produits laitiers et de la viande bovine. Moins d'échanges internationaux, fabrication au ralenti, confinement : les prix du lait et de la viande pourraient bien virer à la baisse.

17Mars
Filière laitière

Non, la France ne manquera pas de lait !

Pas de panique, aucune pénurie n'est à prévoir au sein de la filière laitière, selon le Cniel. L'ensemble des acteurs de la filières sont mobilisés pour assurer un accès à tous les consommateurs aux produits laitiers. Mais l'interprofession demande le maintien de la filière laitière comme secteur prioritaire et réclame au gouvernement de « prendre les mesures qui en découlent ».

13Mars
Paroles de lecteurs

Le coronavirus se propage aussi dans les commentaires

Si la pandémie de coronavirus se répand également dans les commentaires postés par les lecteurs de Web-agri et de Terre-net, qui ont réagi en nombre aux différents articles portant sur ce sujet, tous ne sont pas d'accord quant aux impacts de cette crise sur l'élevage et l'agriculture en général. Certains pensent qu'elle va faire baisser les prix du lait, de la viande, des céréales et des oléoprotéagineux et d'autres, au contraire, qu'elle va les faire augmenter. Plusieurs estiment que la consommation va diminuer et quelques-uns qu'elle restera au même niveau.

12Mars
Après-quotas laitiers

Une concurrence accrue qui amplifie les différences

Depuis la fin des quotas laitiers en 2015, les pays d'Europe du Nord ont choisi des orientations différentes. Alors que certains pays ont poursuivi leur expansion laitière, d'autres ont du rapidement stopper leur croissance, à l'instar de la France, qui semble bien être la seule à ne pas avoir tiré parti de la suppression des quotas laitiers, d'après l'Idele.

11Mars
Coronavirus et krach pétrolier

La tempête sur les marchés agricoles pourrait durer encore deux mois

Le coronavirus a entraîné une baisse de la demande mondiale de pétrole. Mais le refus de la Russie d'une réduction de sa production a provoqué un cataclysme sur le cours du pétrole, ce qui a eu de lourdes conséquences sur les marchés financiers et agricoles, et notamment sur le colza. Pour Gautier Le Molgat, directeur général adjoint d'Agritel, les perturbations pourraient encore durer deux mois. (Article publié initialement le 11 mars à 11h37)

3Mars
Conjoncture laitière

Le coronavirus ralentit la hausse du prix du lait

Alors que les fondamentaux sont plutôt haussiers pour le marché des produits laitiers industriels, avec un déséquilibre entre l'offre et la demande, le coronavirus freine la tendance, selon Benoît Rouyer, économiste au Cniel. Le prix standard du lait de vache conventionnel s'élevait en moyenne à 335 ¤ les 1 000 l en 2019. Alors que la production laitière française poursuit son redressement en France et en Europe, elle manque de dynamisme en Nouvelle-Zélande.

27Février
Lait, viandes, vins...

Les exportations agricoles et alimentaires vers la Chine piégées par le Covid-19

Les vins restent dans les chais, le lait en poudre n'est plus chargé dans les containers et la viande de porc s'empile dans les congélateurs : les exportations agroalimentaires françaises vers la Chine subissent un net ralentissement, depuis l'explosion de l'épidémie de Covid-19 qui bloque les flux logistiques.

26Février
Viande bovine

Début d'année difficile pour le marché du jeune bovin

Les abattages de jeunes bovins sont en recul en France depuis le début de l'année, mais pour autant, les prix ne remontent pas. Le marché européen du jeune bovin est en difficulté, pourtant il est loin d'être saturé. La tendance des prix est globalement à la baisse partout en Europe. En France, la production devrait encore diminuer sur 2020.

17Février
Chine

Quel sera l'impact du coronavirus sur le marché des produits laitiers ?

La propagation du coronavirus pourrait impacter le marché des produits laitiers. L'acheminement du lait aux usines est perturbé en Chine, et le pays pourrait être contraint d'augmenter ses importations pour assurer un approvisionnement fiable jusqu'aux usines, selon Nate Donnay, directeur du marché des produits laitiers chez INTL FCStone. Mais pour le moment, les échanges commerciaux sont bloqués, et les prix montrent des signes de faiblesse

13Février
Viande bovine

La Limousine a des envies de voyages en Chine

L'association Limousin Promotion a organisé une conférence de presse ce mercredi 12 février à Paris, pour présenter ses projets et son appétit pour le marché chinois. L'association prévoit d'expédier 1 000 tonnes de viande de b½uf et 1 000 tonnes de viande de porc limousines Label Rouge en 2020.

10Février
Viande

« Où va le b½uf ? »

L'Institut de l'élevage a réalisé l'étude « Où va le b½uf ? » financée par Interbev, qui vise à quantifier les couples produits-marchés pour les viandes de gros bovins en France. Les volumes disponibles, abattus et importés, sont répartis dans les différents circuits (vente directe, boucherie, GMS, RHD). La précédente étude avait été réalisée en 2014.

6Février
Viande bovine

Des importations en hausse pour compenser une production en déclin

Les importations de viande bovine devraient augmenter de 3 % en 2020, selon l'Institut de l'Élevage, conséquence d'une baisse de la production française, et particulièrement en viande de femelles. Mais la consommation nationale pourrait de nouveau reculer cette année, faute d'une offre suffisante.