#MPMA

« Mon projet mon avenir » #MPMA, la série de reportages et témoignages d'agriculteurs ayant financé une partie de leur projet d'installation, de diversification ou d'agrandissement par un financement participatlf Miimosa.

28Aout
Témoignage d'Antoine Thomas (50)

« 6 ans après mon installation, je raccroche la cotte et les bottes »

Six ans après son installation, le jeune agriculteur normand Antoine Thomas a finalement pris la décision de quitter le Gaec. Pour cause de mésentente avec l'un de ses associés, ce passionné de vaches a eu besoin de tourner la page. Il nous explique pourquoi et comment il en est arrivé là...

4Aout
[Témoignages] Mon projet, mon avenir

Se rafraîchir en campagne comme à la plage grâce aux ice trucks fermiers

De la même façon que les camions à glaces qui sillonnent les stations balnéaires, des ice trucks fermiers commencent à parcourir les villages ruraux français avec, à leur bord, des crèmes glacées au bon lait de vache, apportant un peu de fraîcheur appréciable en période de forte chaleur comme ces jours-ci, surtout quand la mer n'est pas à proximité...

24Juin
[Témoignages] Mon projet, mon avenir

Le financement participatif pour développer son troupeau et la vente directe

Des éleveurs se sont tournés vers le crowdfunding pour financer l'achat d'animaux. Certains espèrent ainsi sauvegarder des races locales à faibles effectifs, à l'image de Benoît avec la Rouge flamande, comme ce dernier l'expliquait dans la même rubrique sur Web-agri il y a deux mois. D'autres, comme Sandrine, Philippe, Joël et Jordan veulent conforter l'activité de vente directe de l'élevage, voire derrière leur installation ou la transmission de l'exploitation.


27Mai
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Une cave pour des fromages grand cru

Les trois associés du Gaec Le Colombier de Nermoux en Vendée se sont lancés dans la transformation fromagère de leur lait pour « maîtriser leur produit et son prix », de la vache aux consommateurs. Pour remplacer leur cave à vins par une vraie cave d'affinage, ils ont sollicité un appel aux dons sur la plateforme de crowdfunding Miimosa. Aujourd'hui, leurs P'tits Ronds et Plaisirs vendéens, ainsi que leurs tommes vendéennes et au fenugrec, y bonifient leurs arômes et textures comme les meilleures cuvées.

21Avril
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Préserver une race locale à faible effectif avec le financement participatif

Aider une Cuma de transformation/découpe à rénover ses équipements, des agriculteurs sinistrés à rebondir, d'autres encore à créer un labyrinthe de maïs... : les projets soutenus par la plateforme de financement participatif Miimosa se diversifient de plus en plus. Benoît Randoux, lui, l'a sollicitée pour monter un élevage de vaches laitières rouges flamandes et sauvegarder cette race locale, qui s'intègre dans une démarche plus large de réorientation technique et économique de son élevage.

17Mars
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

« Je soutiens la Cuma » : le financement participatif pour un outil collectif

Des éleveurs et éleveuses de Haute-Garonne ont fait appel au financement participatif, sur la plateforme Miimosa, pour rénover leur atelier de découpe/transformation de viande qu'ils détiennent en Cuma. Au-delà des initiatives individuelles de création ou développement d'exploitations et activités agricoles, le crowdfunding permet aussi de soutenir des projets collectifs d'agriculteurs, contribuant à dynamiser les territoires.

3Février
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Communiquer sur l'agriculture grâce au financement participatif

Pour promouvoir l'agriculture de leur département et expliquer leur métier, des agriculteurs de Vendée projettent de tourner des vidéos et une web-série. Ils espèrent ainsi toucher le grand public et les jeunes susceptibles d'être intéressés par un emploi dans ce secteur professionnel et géographique. Même s'il s'agit d'un projet de communication, et non de reprise ou création d'activité en lien avec la production agricole, ils ont fait appel au financement participatif sur la plateforme Miimosa.

24Décembre
2019
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Hélène et Arnaud Follet (76) : « De la vache à la glace d'une seule traite »

Telle est la devise d'Hélène et Arnaud Follet, qui transforment depuis neuf ans une partie du lait produit sur leur exploitation en une soixantaine de glaces, sorbets et desserts lactés hauts de gamme, très demandés en cette période de fêtes de fin d'année. En complément du magasin à la ferme, ils ont voulu proposer à leurs clients un outil de vente directe « innovant et dans l'air du temps » : un "drive fermier", d'abord sur internet et peut-être plus tard grandeur nature. Les éleveurs espèrent ainsi « donner une image moderne, dynamique et positive de l'agriculture  ».

24Décembre
2019
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Le « marché bus » va pouvoir poursuivre sa route en Alsace

Depuis mars 2016, un drôle de bus parcourt les routes du nord de l'Alsace avec à son bord de drôles de passagers : des fruits et légumes, du pain, du lait, de la viande, etc. et aussi des agriculteurs ! Ces derniers ont trouvé un moyen pour le moins original d'aller à la rencontre des consommateurs et de vendre leurs produits en direct.

5Décembre
2019
26e congrès de la Coordination rurale

Mandat de transition avec une équipe rajeunie pour mener les combats historiques

À l'occasion du 26e congrès de la Coordination rurale, qui se tenait les 4 et 5 décembre à Compiègne dans l'Oise, Bernard Lannes a été réélu à la tête du syndicat dont l'équipe dirigeante a été rajeunie. Ce quatrième mandat pour l'agriculteur gersois sera le dernier, un mandat de transition pour passer la main, avec d'importants dossiers syndicaux à venir : outre les ZNT, les effets de la loi Égalim, la réforme de la Pac et un projet de loi foncière, la CR compte encore pointer du doigt les stratégies de certaines grandes coopératives, notamment Tereos et Sodiaal.

6Novembre
2019
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

« Améliorer le bien-être des vaches et sols » grâce au financement participatif

Gilles et son associé Loïc sont « convaincus » qu'il leur faut se « réapproprier » leur « métier pour être en phase » avec leur « vision de l'élevage et être plus résilients face au marché ». Ils veulent « tendre vers un système agricole durable, plus autonome et garantissant un confort de vie optimal » à leurs « vaches et sols ». Pour réussir cette transition, ils ont sollicité l'accompagnement des citoyens via la plateforme de financement participatif Miimosa.

30Septembre
2019
[RDV agri] Communication agricole

Cibler les médias pour limiter l'agribashing

Face à la montée de l'agribashing, Thierry agriculteur d'aujourd'hui a décidé de passer à la vitesse supérieure. Alors qu'il explique depuis plusieurs années son métier au grand public via des vidéos diffusées sur Youtube, il va maintenant faire appel à des professionnels pour filmer les pratiques d'autres agriculteurs dans toute la France. Son objectif : réaliser un reportage à destination des médias et des écoles, complété par des vidéos thématiques et un livre 2.0, afin d'« offrir à la société de nouvelles sources de compréhension de ce qu'est réellement le monde agricole aujourd'hui ». Un projet qu'il présentera, en détail, ce soir à 21 h sur sa chaîne Youtube pour son 17e RDV agri.

9Septembre
2019
[Mon projet, mon avenir] Aléa climatique

Aider les agriculteurs sinistrés grâce au financement participatif

En juin 2019, la grêle a ravagé de nombreuses parcelles agricoles de la région Rhône-Alpes. En quelques minutes, céréaliers, éleveurs, maraîchers, arboriculteurs, viticulteurs... ont perdu toute leur production et même pour certains, leurs bâtiments et équipements, soit la totalité de leur outil de travail. Face à l'ampleur des dégâts, un appel aux dons a été lancé sur la plateforme de financement participatif Miimosa, permettant aux citoyens de venir en aide aux agriculteurs touchés. Il diffère de ceux figurant généralement sur le site et repris dans cette rubrique, qui visent plutôt à soutenir des projets de création ou développement d'activités agricoles.

30Juillet
2019
[Témoignage] Mon projet, mon avenir

Un robot de traite pour le bien-être des vaches mais aussi de l'éleveur

La charge de travail importante est, avec le coût élevé des reprises, l'un des principaux freins à l'installation en élevage laitier. « Pour gagner du temps et se libérer de l'astreinte horaire », Pierre, jeune éleveur dans le sud de la France, a décidé d'investir dans un robot de traite. Un moyen, selon lui, d'améliorer le bien-être des producteurs comme des vaches ! Mais également d'augmenter les performances technico-économiques de l'exploitation.