1.000 vaches

image 1.000 vaches

La ferme des 1000 vaches dans la Somme fait débat. #1000vaches

4Novembre
Paroles de lecteurs

Les animaux sont-ils heureux dans la ferme des 1 000 vaches ?

Certains lecteurs de Web-agri répondent "non" sans appel. Comment voulez-vous que des vaches qui ne sortent jamais et ne pâturent pas soient heureuses ? D'autres rétorquent qu'il vaut mieux être dans un bâtiment que dans la boue, sous la pluie... Au-delà des conditions de pâturage, vos commentaires posent la question du modèle d'élevage que la France, et notamment les consommateurs, souhaitent pour l'avenir. Le respect du bien-être animal est essentiel, mais celui de l'éleveur l'est tout autant, comme la préservation de son revenu et de la compétitivité de la filière laitière française vis-à-vis des autres pays.


27Octobre
[Reportage] Ferme des 1 000 vaches (3/3)

« 10 ou 50 000 vaches, c'est le même travail mais pas le même management »

Repenser l'aménagement du bâtiment, gérer le personnel, amasser les données d'élevage, gérer les imprévus et aussi les critiques extérieures. Autant de paramètres à prendre en compte lors d'un agrandissement de troupeau. La ferme des 1 000 vaches a lancé les hostilités, il est désormais temps de tirer profit de cette expérience ! Pour cela : quelques conseils de Michel Welter, gérant de la SCL Lait Pis Carde.

20Octobre
[Reportage] Ferme des 1 000 vaches (2/3)

Pas de « bobologie » individuelle à grande échelle

À grande échelle, on a tendance à croire que la santé et même l'alimentation des animaux d'élevage sont négligées. Pour la suite de cette série spéciale sur la compatibilité entre le bien-être animal et l'élevage intensif, la ferme des 1 000 vaches nous montre son système de conduite en lots permettant d'assurer une bonne alimentation et de préserver la santé du troupeau.

13Octobre
[Reportage] Ferme des 1 000 vaches (1/3)

Michel Welter : « Nos vaches sont dehors toute l'année sous un grand parapluie »

Grande structure et bien-être animal sont-ils compatibles ? Dans le premier volet d'une série de trois reportages vidéo consacrés à la ferme des 1 000 vaches, Michel Welter nous parle du confort et du comportement de ses animaux qui « vivent à l'extérieur toute l'année, sous un grand parapluie pour éviter d'être mouillés ».

30Juin
Agrandissement du troupeau

Dernier épisode d'une lutte entre éleveurs et opposants à une agriculture « productiviste » autour d'une exploitation géante dans la Somme, la justice administrative a donné jeudi son feu vert à l'augmentation du cheptel de bovins de la ferme dite des « 1.000 vaches », jusqu'ici limité par l'État à 500 têtes.

19Juin
Ferme des « 1 000 vaches »

Le tribunal administratif d'Amiens examinera mardi le litige opposant sur le fond la préfecture de la Somme et l'exploitant de la ferme picarde dite des « 1 000 vaches » à propos de l'autorisation de dépassement du cheptel, nouvel épisode judiciaire de ce dossier au long cours.

    17Février
    [Billet d'humeur] Ferme des 1 000 veaux

    Un projet mal compris par des militants en mal d'arguments

    De nombreuses associations telles L214, L-PEA (Lumière sur les pratiques d'élevage et d'abattage) ou la Fondation Brigitte Bardot pour ne citer que les plus connues, s'opposent depuis plus d'un an à la « ferme dite des 1 000 veaux » ou plutôt la ferme de Saint-Martial, un centre d'engraissement collectif pour broutards dans la Creuse, qui a été la cible d'un incendie criminel en décembre dernier. À quoi ça sert d'engraisser ? Il me paraît bon de rappeler quelques éléments factuels sur le fonctionnement de la filière viande pour contrer cette overdose d'arguments frauduleux.

    1Février
    [Vidéo] Ferme « des 1.000 veaux »

    Les éleveurs actionnaires s'expliquent

    Pourquoi avoir choisi de créer la ferme dite « des 1.000 veaux » ? Les éleveurs actionnaires de ce centre d'engraissement collectif à Saint-Martial dans la Creuse, s'expliquent dans une vidéo tournée avant que la ferme ne soit la cible d'un incendie criminel en décembre. Indépendance vis-à-vis du marché à l'export, respect du bien-être animal ou encore réduction des coûts... sont autant d'arguments avancés par ces agriculteurs.