29Aout
2017
Fruits et légumes bio

Les fruits et légumes bio restent en moyenne 79 % plus chers que leurs équivalents en agriculture conventionnelle, des tarifs prohibitifs pour les plus modestes et qui proviennent en grande partie de « sur-marges » pratiquées par les distributeurs, dénonce mardi l'UFC-Que Choisir.


6Juillet
2017
Etats généraux

Timing trop serré pour des enjeux trop nombreux ?

Annoncés initialement début juillet, les Etats généraux de l'alimentation devraient être finalement lancés le 20 juillet par le président de la République. Le calendrier qui se dessine pour leur organisation semble très serré au regard des enjeux auxquels le dispositif doit apporter des solutions, mais aussi au regard des chantiers agricoles estivaux qui mobilisent également les responsables agricoles.

28Juin
2017
[Vidéo] Du kilo de blé à la baguette

Avec une baguette 0,02 ¤ plus chère, les producteurs pourraient espérer 210 ¤/t

Dans une vidéo publiée sur Youtube, un agriculteur de la Nièvre explique en 5 minutes la répartition de la valeur d'une baguette de pain vendue 90 centimes d'euro, dans laquelle le blé payé au producteur ne représente que 3 centimes. Selon ses calculs, avec deux centimes de plus payé par le consommateur, le producteur pourrait espérer 210 ¤/t.

30Mai
2017
Répartition des marges

Olivier Mevel : « Faisons table rase pour mieux protéger les agriculteurs »

Consultant en stratégie des filières alimentaires, Olivier Mevel s'est porté candidat pour présider l'observatoire de la formation des prix et des marges. Selon lui, les chiffres actuels ne reflètent absolument pas la réalité de la répartition de la valeur au sein de la chaîne alimentaire. Il défend un changement radical de méthode, mais aussi une révision profonde de la loi de modernisation de l'économie, pour rééquilibrer le rapport de force en faveur des agriculteurs. Le sujet de la répartition des marges au sein des filières sera central lors des Etats généraux de l'alimentation promis par Emmanuel Macron.

12Avril
2017
Prix et marges

« Mais où vont les marges générées tout au long de la chaîne alimentaire ? », se demandent ironiquement les Jeunes Agriculteurs dans un communiqué. Ils demandent plus de transparence et une renégociation des prix pour permettre aux exploitants de couvrir leurs coûts de production.

12Avril
2017
Rapport sur les prix et les marges

Des comptes 2016 de plus en plus dégradés pour les producteurs

L'observatoire de la formation des prix et des marges a rendu, mardi 11 avril 2017, son rapport 2016 au Parlement. Un rapport faisant état d'une répartition des marges toujours plus inéquitable au sein des filières. Sur 100 ¤ d'achat alimentaire par le consommateur, seulement 6,2 ¤ reviennent au producteur.

9Mars
2017
Négociations commerciales annuelles

Un climat commercial qui « continue de se dégrader » malgré des efforts isolés : les négociations tarifaires annuelles entre les industriels de l'agroalimentaire et leurs clients de la grande distribution ont été marquées cette année encore par une « pression déflationniste », dénonce jeudi l'Ania (Association nationale des industries alimentaires).

29Septembre
2016
Filière blé tendre

Bilan positif pour Agri-Ethique, le « commerce équitable à la française »

Les créateurs d'Agri-Ethique ont fêté, jeudi 29 septembre 2016, les trois ans d'une démarche désormais considérée comme référente en matière de « commerce équitable à la française » pour la filière blé tendre. 40 000 tonnes sont désormais contractualisées, du champ à la baguette de pain.

22Aout
2016
Sortir de la crise #1

Raymond Girardi, Modef : « Il faut vite légiférer pour des prix rémunérateurs »

Premier volet de notre « tournée » syndicale de cette rentrée 2016, le Modef ne voit qu'une seule solution d'envergure pour enrayer la crise agricole : légiférer pour garantir des prix rémunérateurs aux agriculteurs. Vice-président d'un syndicat fidèle à ses convictions anti-libérales et à sa proximité avec le parti communiste français, Raymond Girardi détaille en trois minutes les mesures de fond que le Modef revendique.

21Juillet
2016
Progresser malgré la crise

J.-M. Burette: « Je réserve 5 à 10 % de mon revenu en budget R&D sur ma ferme »

Installé en polyculture-élevage dans le Nord, Jean-Marc Burette consacre chaque année, malgré les difficultés, quelques milliers d'euros pour l'innovation sur sa ferme. Une démarche plus habituelle dans les grandes entreprises que dans les petites structures familiales, mise en place pour anticiper d'éventuels ratés et pour ainsi progresser de manière réaliste.