[Vidéo] Essai télescopiqueFreddy Casseau : « Avec un TL 38.70 HF, ça déménage ! »

| par | Terre-net Média

Une semaine. C'est le temps que Bobcat a laissé à Freddy Casseau pour tester le nouveau chargeur télescopique TL38.70 HF lancé au dernier Sima. Avec ses 130 ch, autant dire que l'engin en a sous le coude ! Sans oublier la pompe Load Sensing qui débite jusqu'à 190 l/min et alimente toutes les fonctions hydrauliques simultanément sans pénaliser les autres. Qu'en pense l'agriessayeur ?

A près l’avoir découvert sur le stand du constructeur au Sima 2017, la rédaction a souhaité mettre à l’épreuve le nouveau télescopique TL38.70 HF de Bobcat. Aux commandes, Freddy Casseau, un jeune éleveur mayennais qui utilise occasionnellement ce type d’engin sur son exploitation. Pour d’importants travaux de manutention comme le fumier, il préfère louer une machine. Le débit de chantier de ce télesco fera-t-il pencher la balance du côté investissement ?

Avant de terminer les semis de maïs, il reste du fumier à épandre dans quelques parcelles. Pour accélérer le rythme de travail, Freddy fait appel à son entreprise de travaux agricoles, qui débarque dès le lendemain matin avec deux épandeurs Sodimac Rafal 3300. S’il veut suivre, le chargeur n’a pas intérêt à trembler face au rythme imposé.

« Dès qu’on tourne la clé pour démarrer le moteur, on sent que ce molosse en a sous le coude ! », déclare Freddy. Sous le capot, le constructeur a monté un moteur « maison » de 3,4 l de cylindrée qui développe 130 ch. Il répond aux exigences de la norme Tier 4 final grâce à la technologie SCR. Il dispose de l’AdBlue, d'une vanne EGR, d'un catalyseur d’oxydation diesel (Doc) et d'une rampe commune d’injection. Et selon la marque, les ingénieurs ont développé un système de gestion de la suralimentation de façon à diminuer la consommation de carburant. En outre, le couple maximal du moteur est atteint dès 1 400 tr/min, autrement dit, pas besoin d’accélérer pour l’obtenir.

Le débit d’huile fait la différence !

Et pour réduire encore la quantité de carburant qui part en fumée, Bobcat a installé un ventilateur à régime de rotation variable, qui adapte sa vitesse à la température pour ne pas fonctionner inutilement. Autre avantage, il est capable de tourner en sens inverse. « C’est une fonction très pratique. Surtout quand il y a beaucoup de poussière, comme lorsqu’on charge de la paille par exemple. », s’exclame le producteur. « L’inversion est gérée automatiquement, à intervalle programmable. Et si la grille d’aspiration se salit trop vite, il suffit d’appuyer sur une touche pour lancer un cycle manuellement. Le moteur avale toujours de l’air propre et, grâce à ce dispositif, il ne chauffe pas. »

À voir aussi >>>

L’éleveur enchaîne sur les fonctions hydrauliques. « Au fumier, le débit (190 l/min) d’huile fait la différence ! On ne s’arrête jamais pour attendre que le mat monte ou s’allonge. À l’usage, le facteur limitant de ces engins est souvent le débit. En plus, il est possible d’actionner plusieurs fonctions en même temps sans ralentir les autres. C’est top ! », insiste-il. Et d’ajouter : « en contrepartie, certains diront que la consommation de carburant est un peu élevée. Personnellement, je ne la trouve pas aberrante vu le débit de l’engin ».

Le frein de parking s’active automatiquement

Pour l’éleveur, le principal défaut de la machine, c’est le bruit de la transmission en cabine. En particulier sur la route à 40 km/h. « Le sifflement est intenable à bord, surtout si je compare par rapport aux autres modèles que j’ai habituellement en location. À noter aussi le système de coupleurs hydrauliques sur la flèche, qui ne nécessite pas de décompresser le circuit. Le principe est intéressant mais, au changement d’outil, parfois ils s’enclenchent du premier coup, parfois c’est une vraie galère. Leur position superposée limite peut-être la prise en main », regrette un peu insistant l’agriculteur.

Sur ce modèle, le frein de parking s’active automatiquement dès que l’opérateur quitte le siège. « C’est appréciable de ne pas s’en préoccuper, sans pénaliser la sécurité. Et pour atteler une remorque, c’est facile grâce à l’interrupteur fixé sur le panneau arrière de l’engin. Il décompresse le circuit de freinage et permet de connecter le flexible sans forcer. Après une semaine d’essai, cette machine donne envie d'avoir son propre engin plutôt que de le louer », conclut Freddy.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article