Essai télescopique ManitouV. Bannier : « Visibilité, confort et productivité... Ça colle ! »

| par | Terre-net Média

Manitou a lancé officiellement la nouvelle gamme NewAg en novembre 2016. Pour vous, la rédaction a déniché une machine disponible pour réaliser un essai sur l'exploitation de Vincent Bannier, éleveur dans le Maine-et-Loire. Installé aux commandes pour quelques jours, l'agriessayeur en a profité pour examiner le télescopique MLT 737-130 PS+ sous toutes les coutures. Prise en main rapide, toit panoramique innovant, débit hydraulique élevé... Une machine productive et confortable.

Pour lancer la lecture de la vidéo, cliquer sur l'image.

V incent Bannier, éleveur et agriessayeur à Baugé-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, a pour mission de tester le nouveau télescopique Manitou MLT 737-130 PS+ de la gamme NewAg. Une semaine de mise à l'épreuve intense pour réaliser tous les travaux de manutention de son exploitation. Propriétaire d'un engin concurrent, autant dire que l'éleveur est gonflé à bloc et va ausculter le Manitou sous toutes ses coutures !

L'objectif est clair : vérifier si les points forts mis en avant par la marque sont réels et déceler les améliorations encore possibles sur cette gamme lancée en novembre 2016. Puissance, visibilité, maniabilité, confort, insonorisation, consommation... Tout est passé au crible. La manutention est-elle vraiment entrée dans une nouvelle ère ?

Un toit panoramique innovant

« En cabine, la visibilité est bonne ! L'opérateur garde en permanence l'accessoire à l'œil, quelle que soit la hauteur du mât », débute le producteur. Et d'ajouter : « Le toit panoramique est innovant ! On se sent en sécurité sans jamais perdre de vue le bout du mât du télescopique. » Les ingénieurs de la marque proposent un dispositif de protection homologué Fops intégrant des lames d'acier dont l'angle d'inclinaison suit l'angle du regard de l'opérateur. Ainsi, elles n'altèrent jamais la visibilité.

Monter à bord est simple. Grâce à la découpe dans le plancher, l'agriculteur voit parfaitement la marche. Idem à la descente ! La marche est toujours visible, pas comme sur les anciennes versions où celle-ci était masquée par le seuil de la cabine. « Il fallait être vigilant, surtout pour descendre ! », explique Vincent. Du coup, inutile de sauter pour gagner du temps ! Fini les chevilles foulées.  

Point de vue assise, l'essayeur apprécie le confort du siège pneumatique Grammer. Cependant, il souligne être assis trop bas, ce qui réduit légèrement sa visibilité. À noter aussi, l'absence de la demi-porte vitrée. Elle a disparu au profit d'une porte intégrale bénéficiant d'une vitre latérale à ouverture électrique. « C'est comme dans la voiture ! Il suffit d'appuyer sur l'interrupteur et la vitre s'ouvre ! La climatisation est indispensable si l'on ne veut pas étouffer », ajoute-t-il.

Des mouvements fluides grâce au débit hydraulique important

Sur la droite, la forme du capot moteur a été retravaillée en vue d'améliorer la visibilité. « C'est mieux, mais si je compare avec mon télescopique, la visibilité de celui-ci peut encore être optimisée ! », regrette-t-il. Pour répondre aux normes d'émission des moteurs, les ingénieurs doivent intégrer toujours plus de composants sous le capot. Le moteur quatre cylindres Deutz de 3,6 l de cylindrée développe 130 ch de puissance. « En curant les étables, j'ai immédiatement senti la puissance. C'est agréable de piloter une machine qui en a sous le pied ! »

Côté adhérence, le comportement du chariot est plutôt bon. « Lorsqu'il s'agit de remplir la benne multifonction dans le fumier compact, les roues accrochent, ça pousse fort ! Surtout avec cette puissance moteur », souligne l'agriculteur.

Sans oublier le débit hydraulique de 150 l/min. Il assure des mouvements fluides et l'opérateur peut activer plusieurs fonctions simultanément, sans pénaliser l'une ou l'autre. Grâce au nouveau joystick, toutes les fonctions de l'engin sont à portée de doigts. Cavage, montée, descente, télescopage et même inversion du sens de marche. « La prise en main est rapide, tout ce dont j'ai besoin me tombe sous la main. En outre, je peux régler la réactivité depuis l'écran du terminal en cabine. Pratique pour adapter le comportement de l'outil au travail en cours », explique le producteur.

Autre fonction intéressante pour réguler la température du moteur et limiter la consommation de carburant : l'inversion du sens de rotation des pales du ventilateur. Une fonction automatique qui sert à ôter la matière qui se colle sur la grille de refroidissement et évite que le moteur chauffe. L'opérateur règle la durée entre deux déclenchements et le système fait le reste. Du coup, le nettoyage s'adapte aux conditions de travail pour préserver le moteur et réduire la consommation de carburant.

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article