Essai du tracteur MF 5612Un concentré de performances au service de la polyculture et de l'élevage

| par | Terre-net Média

Antoine Boixière et Jean-Marie Chapron, deux de nos lecteurs, ont essayé le tracteur Massey Ferguson 5612. Taillé pour l'élevage, ce tracteur se révèle dynamique, maniable et très complet.

Antoine Boixière et Jean-Marie Chapron ont pu tester au fumier à la terre et sur route les performances du MF 5620Antoine Boixière et Jean-Marie Chapron ont pu tester les performances du MF 5612 au fumier et à la terre, sur route et dans leur corps de ferme. (©Terre-net Média)

Principale caractéristique du Massey Ferguson 5612 : c’est le tracteur de polyculture-élevage par excellence. Manutention, fenaison, travail du sol, semis… le modèle que nous avons pu essayer avec Antoine Boixière et Jean-Marie Chapron, deux lecteurs polyculteurs-éleveurs de Terre-net.fr et Web-agri.fr, peut tout faire.

Réactif

Passage au banc

Côté motorisation, le MF 5612 est équipé d’un moteur Agco power 4 cylindres de 4,4 litres de cylindrée respectant les normes moteurs Stage IIIb grâce au système Scr et au Doc situé sous le pot d’échappement du tracteur.

Après le passage au banc, le moteur affiche une puissance maximale à la prise de force de 107 ch à 1.950 tour/min.

Avec 107 ch et 100 l/min de débit hydraulique, il excelle dans les chantiers de manutention. Monté en voie étroite avec 2m16 de large, il se faufile partout. Sa prise en main est simple et son ordinateur de bord complet, assurant ainsi un très grand nombre de réglage d’automatismes. Mais son écran est petit et son interface n’est pas la plus intuitive.

Confortable

Rien à redire sur le confort de conduite si ce n’est un peu de brutalité dans le passage des gammes de la boîte de vitesses. Sa cabine est spacieuse et offre une bonne visibilité sur l’avant grâce au capot plongeant. En revanche, à l’arrière, c’est un peu moins facile lorsqu’il s’agit d’atteler un outil. Le nouveau levier multifonction électronique du chargeur est ergonomique et permet aussi le contrôle de la transmission.

L’empattement de ce modèle est de 2,56 m, la hauteur du tracteur au girophare est de 3.13 m. Le chargeur Alo/quick 958 emmène la lame du godet en position horizontal à 3,85m. Complètement cavé la hauteur n’est plus que de 2,90m, ce qui permet de charger une remorque aux dimensions standards. Le rayon de braquage est d’environ 2.80 m aux roues intérieurs et de près de 5m à l’extérieur.L’empattement de ce modèle est de 2,56 m, la hauteur du tracteur au girophare est de 3.13 m. Le chargeur Alö/Quick 958 emmène la lame du godet en position horizontale à 3,85 m. Lorsque le godet est complètement cavé, la hauteur n’est plus que de 2,90 m, ce qui permet de charger une remorque de dimension standard. Le rayon de braquage est d’environ 2.80 m aux roues intérieures et de près de 5 m à l’extérieur. (©Terre-net Média)

La cabine est spacieuse et offre une bonne visibilité sur son environnement. Elle intègre un nouveau mono levier électronique qui assure le contrôle du chargeur. Ergonomique et très facile à prendre en main. Imaginez-vous dans un télescopique avec une main sur le volant et l’autre sur le levier. Monter, lever, benner, caver, avancer, reculer… Il dispose de l’inverseur, d’un neutre et du passage des powershifts.

La troisième fonction est assurée par les touches H3 et H4. Appuyez deux fois consécutives sur H4 et vous activez le secouage automatique du godet. Vous pouvez même régler le nombre de secousses de ce dernier. Ou modifier l’affectation des commandes.

Tout est géré à partir de l’ordinateur de bord. Son interface est accessible à partir d’un petit écran situé sur le tableau de bord. On navigue à travers une quinzaine de pages de façon linéaire grâce à un pavé de touches. Pas très pratique.

Complet

Néanmoins, si on prend le temps d’approfondir son utilisation, tout est réglable. De la gestion de la boîte de vitesses en mode automatique aux plages d’utilisation du régime moteur en passant par la souplesse de l’inverseur. L’utilisateur peut aussi associer le régime moteur à la hauteur du relevage arrière durant un chantier de semis par exemple ou encore prérégler les régimes : un en bout de champ, l’autre au travail. Le tout, c'est de bien connaître son tracteur et de manipuler régulièrement son ordinateur ou de prendre en option l’écran couleur Console Datatronic 4.

Au global, le ressenti de nos deux agriessayeurs n’est pas mauvais. Chacun attribue à un dixième de point près la même note : 7/10.

Plus d'informations en visionnant le reportage vidéo publié sur Terre-net : Essai du tracteur MF 5612 - Efficace sur son terrain de jeu, polyvalent et performant


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article